Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 16:13

 

L’ouvrage de Thomas Piketty (2013) a profondément renouvelé l’intérêt pour la recherche sur les inégalités de revenu et de richesse et notamment sur leurs interactions avec la croissance économique. Piketty affirmait notamment qu’avec la persistance d’un taux de rendement du capital supérieur au taux de croissance de l’économie, le revenu perd de son importance comme principale source de richesse au cours du temps ; les héritages joueraient par contre un rôle de plus en plus crucial. Cet ouvrage s’appuie sur les travaux réalisés par Piketty et ses divers coauteurs, notamment Anthony Atkinson et Emmanuel Saez. Généralement à partir de données fiscales, ils ont décrit comment la concentration des revenus et des héritages alimente le patrimoine, mais aussi comment ce dernier tend à s’autoalimenter.

Cependant peu d’études ont analysé la richesse, le revenu et l’héritage dans une perspective comparative transnationale, notamment à cause du manque de données appropriées. C’est précisément ce manque que Pirmin Fessler et Martin Schürz (2015) espèrent contribuer à combler. A partir des données de l’enquête sur la finance et la consommation des ménages (Household Finance and Consumption Survey), ils ont examiné le rôle que jouent l’héritage, le revenu et l’Etat-providence pour expliquer les écarts de richesse nette parmi les ménages entre les pays de la zone euro et au sein de chacun d’entre eux. Ils en tirent quatre principaux constats.

Premièrement, Fessler et Schürz comparent les ménages héritiers avec les ménages qui n’ont reçu aucun héritage. Environ un tiers des ménages dans les 13 pays européens qu’ils étudient indiquent avoir reçu un héritage et ces ménages ont une richesse nette considérablement plus importante que ceux qui n’ont pas hérité. En effet, l’écart de richesse nette atteint environ 100.000 euros au niveau médian de la richesse nette et dépasse 1 million d’euros au 99ème centile de la répartition. Ces chiffres sont énormes, dans la mesure où la richesse nette des ménages héritiers est d’environ 210.000 à la médiane (alors que les ménages qui n’ont pas hérité disposent d’environ 60.000 euros) et d’environ 3.000.000 d’euros au 99ème centile (alors que les ménages qui n’ont pas hérité disposent d’environ 1,2 million d’euros en richesse nette). Sur l’ensemble de la répartition, les ménages qui ont hérité ont des niveaux considérablement plus élevés de richesse nette que les ménages qui n’ont pas hérité.

Deuxièmement, Fessler et Schürz observent comme les transferts intergénérationnels influent sur la position relative des ménages au regard des autres ménages. En moyenne, alors que l’élévation d’un centile sur l’échelle des revenus ne s’accompagne que d’une élévation de 0,4 centile sur l’échelle de la richesse nette, un transfert intergénérationnel élève un ménage de 14 centiles sur l’échelle de la richesse nette. En d’autres termes, un transfert intergénérationnel élève autant un ménage sur l’échelle de la richesse nette que l’élévation de 35 centiles sur l’échelle des revenus. Les transferts intergénérationnels contribuent ainsi tout particulièrement à l’accumulation du patrimoine. Cette importance relative des transferts intergénérationnels par rapport à la position sur l’échelle des revenus varie toutefois fortement d’un pays européen à l’autre. A un extrême, en Slovaquie, un transfert intergénérationnel accroît autant le patrimoine qu’une élévation de 25 centiles sur l’échelle des revenus ; à un autre extrême, en Autriche, il accroît autant le patrimoine qu’une élévation de 52 percentiles sur l’échelle des revenus.

Troisièmement, les régressions transnationales mettent en évidence une corrélation négative entre l’ampleur des dépenses d’Etat-providence et la richesse nette des ménages. Plus l’Etat assure les individus contre les aléas de la vie, moins il est nécessaire pour les ménages d’accumuler de la richesse pour des motifs de précaution. Ce constat suggère que les services sociaux fournis par l’Etat constituent des substituts à l’accumulation de richesse privée. Ces services contribuent à expliquer les écarts observés entre les pays européens dans l’ampleur de la richesse des ménages.

Quatrièmement, l’effet de substitution des dépenses sociales vis-à-vis de la richesse nette diminue avec l’accroissement des niveaux de richesse. La relation négative entre les dépenses d’Etat-providence et la richesse nette des ménages est plus forte en bas de la répartition de la richesse nette qu’à son sommet. Lorsque les dépenses d’Etat-providence augmentent, la baisse de la richesse nette (exprimée en pourcentage) est relativement plus forte pour les ménages les plus pauvres que pour les ménages au sommet de la répartition de la richesse. Avec l’essor de l’Etat-providence, les ménages relativement pauvres sont moins incités à détenir de l’épargne de précaution, si bien qu’ils peuvent consacrer une part plus importante de leur revenu à la consommation. Au final, une hausse des dépenses d’Etat-providence peut s’accompagner d’une hausse (plutôt qu’une baisse) des inégalités de richesse : les indicateurs relatifs standards d’inégalités de richesse (comme le coefficient de Gini) ont tendance à s’accroître. Il est toutefois possible que les politiques de l’Etat-providence influencent à long terme les inégalités via différents canaux. Par exemple, les possibles répercussions sur la mobilité sociale sont susceptibles d’entraîner une baisse des inégalités à long terme. Au final, selon Fessler et Schürz, le retrait de l’Etat-providence depuis les années soixante-dix et l’essor de l’importance de la richesse privée, qui donne aussi un rôle plus important à l’héritage, apparaissent ainsi comme les deux faces d’une même pièce : ils accroissent tous deux la concentration du pouvoir dans nos démocraties.

 

Références

FESSLER, Pirmin, & Martin SCHÜRZ (2015), « Private wealth across European countries: the role of income, inheritance and the welfare state », BCE, working paper, n° 1847, septembre.

PIKETTY, Thomas (2013), Le Capital au 21ième siècle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher