Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 22:25

La majorité des banques centrales ont adopté le ciblage d’inflation depuis le début des années quatre-vingt-dix. En l’occurrence, la majorité d’entre elles cherchent à maintenir le taux d’inflation au plus proche de 2 % : en principe, elles resserrent leur politique monétaire lorsqu’elles estiment que l’inflation va s’accélérer au-delà de 2 % et elles l’assouplissent lorsqu’elles estiment que l’inflation sera inférieure à 2 %. Si les agents anticipent que la banque centrale fera tout son possible pour maintenir l’inflation à 2 %, leurs anticipations d’inflation s’ancreront plus rapidement autour de 2 %, ce qui facilitera la tâche des autorités monétaires. Certains pensent également que la plus grande stabilité des prix contribue à renforcer la stabilité macroéconomique.

Le ciblage d’inflation, tel qu’il a été adopté par les banques centrales, n’a toutefois pas empêché les pays avancés de connaître la plus forte contraction de leur activité depuis la Grande Dépression des années trente. Les coûts associés à la Grande Récession ont été amplifiés par le fait que les taux d’intérêt nominaux aient été contraints par leur borne inférieure zéro (zero lower bound). Il aurait fallu que les taux d’intérêt soient négatifs pour que l’écart de production (output gap) se referme et pour que l’économie revienne à son plein emploi. Comme les taux d’intérêt nominaux peuvent difficilement baisser en deçà de zéro, la politique monétaire en devient excessivement restrictive : au lieu d’atténuer le choc déflationniste et le chômage, elle les amplifie.

Plusieurs études ont cherché à déterminer si l’existence de la borne inférieure zéro nécessite à ce que les banques centrales relèvent leur cible d’inflation [Kryvtsov et Mendes, 2015]. Par exemple, en supposant que le taux d’intérêt naturel soit de 2,5 % et que la cible d’inflation soit de 2 %, David Reifschneider et John Williams (2000) ont estimé que la politique monétaire ne sera contrainte à la borne inférieure zéro que 5 % du temps et que ces épisodes de trappe à liquidité ne durent pas plus d’une année. Olivier Coibion, Yuriy Gorodnichenko et Johannes Wieland (2012) constatent que la prise en compte de la borne inférieure zéro élève le taux d’inflation optimal de zéro à 1,5 %. Par conséquent, leurs résultats ne justifient pas une cible supérieure à 2 %.

Comme le montrent Oleksiy Kryvtsov et Rhys Mendes (2015) dans leur revue de la littérature sur l’optimalité de la cible d’inflation, les événements et études de ces dernières années ont mis davantage en évidence les dangers associés à la trappe à liquidité et les difficultés pour l’économie d’en sortir : les coûts du ciblage d’une inflation de 2 % sont beaucoup plus élevés que ce que l’on pensait auparavant. La trappe à liquidité a persisté beaucoup plus longtemps dans les pays avancés lors de la Grande Récession que ce qui avait été anticipé. Malgré le déploiement de mesures non conventionnelles de politique monétaire, les banques centrales des principales régions développées ont dû maintenir leurs taux d’intérêt durablement au plus proche de zéro, sans pour autant parvenir à ramener leur taux d’inflation aux alentours de 2 %, à refermer l’écart de production et à ramener l’économie au plein emploi. La faiblesse persistante de la demande globale et surtout, dans la période récente, la baisse des prix du pétrole ont continué d’exercer des pressions à la baisse sur les taux d’inflation, au point que de nombreuses économies avancées ont basculé en déflation ou sont proches d’y basculer. Ensuite, les études qui ont mené avant 2011 à partir d’échantillons d’après-guerre ont pu sous-estimer le degré de volatilité dans l’économie. Or, des études comme celles réalisées par Oscar Jorda, Moritz Schularick et Alan Taylor ont montré que les crises financières et les contractions brutales de l’activité sont bien plus fréquentes que ne le suggèrent la seule observation de la période entre la Seconde Guerre mondiale et la Grande Récession. Enfin, les analyses, notamment celles menées par les banques centrales, suggèrent que les taux d’intérêt sont susceptibles d’être à l’avenir en moyenne inférieurs à ceux observés lors des deux dernières décennies. Par conséquent, la probabilité pour que les taux d’intérêt soient contraints par leur borne inférieure zéro est encore plus élevée que par le passé.

Pour autant, beaucoup d’économistes, notamment les banquiers centraux, sont réticents à ce que les banques centrales abandonnent le ciblage d’inflation. Par contre, plusieurs d’entre eux suggèrent à ce que les banques centrales ciblent un taux d’inflation supérieur à 2 % ; Laurence Ball (2014), Olivier Blanchard, Paul Krugman ou encore l’actuel banquier centrale de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, ont suggéré que les banques centrales ciblent plutôt une inflation de 4 %. D’une part, les coûts macroéconomiques associés à une inflation de 4 % ne sont très certainement pas significativement plus élevés que ceux associés à une inflation de 2 %. Mais surtout un tel relèvement réduit la fréquence des épisodes de trappe à liquidité. En effet, si les banques centrales adoptaient une cible d’inflation de 4 % en lieu et place d’une inflation de 2 %, les banques centrales auraient eu une plus large marge de manœuvre pour réduire leurs taux directeurs face à un choc de demande négatif et il y aurait eu moins de chances que les taux d’intérêt se retrouvent contraints par leur borne zéro. Enfin, l’inflation contribue d’autant plus à réduire l’endettement des agents qu’elle est élevée. En l’occurrence, une forte inflation érode la dette publique, ce qui accroît la marge de manœuvre des autorités budgétaires et leur permettre d’assouplir davantage leur politique budgétaire, ce qui réduit les chances que l’économie bascule dans une trappe à liquidité et facilite la reprise de l’économie hors d’une trappe à liquidité.

 

Références

BALL, Laurence (2013), « A case for a long-run inflation target of four percent », FMI, working paper, n° 14/92.

COIBION, Olivier, Yuriy GORODNICHENKO & Johannes WIELAND (2012), « The optimal inflation rate in new Keynesian models: Should central banks raise their inflation targets in light of the zero lower bound? », in Review of Economic Studies, vol. 79.

JORDA, Oscar, Moritz H.P. SCHULARICK & Alan M. TAYLOR, (2011), « Financial crises, credit booms and external imbalances: 140 years of lessons », in IMF Economic Review, vol. 59, n° 2.

KRYVTSOV, Oleksiy, & Rhys R. MENDES (2015), « The optimal level of the inflation target: A selective review of the literature and outstanding issues », Banque du Canada, document d’analyse, n° 2015-8

REIFSCHNEIDER, David, & John C. WILLIAMS (2000), « Three lessons for monetary policy in a low inflation era », in Journal of Money, Credit and Banking, vol. 32, n° 4.

SCHULARICK, Moritz H.P., & Alan M TAYLOR (2012), « Credit booms gone bust: monetary policy, leverage cycles, and financial crises: 1870–2008 », in American Economic Review, vol. 102, n° 2, avril.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher