Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 18:06

Beaucoup d’études autour du nombre d’heures travaillées se sont focalisées sur les seuls pays riches et en particulier sur différences entre les Etats-Unis et les pays européens. Par exemple, Lee Ohanian, Andrea Raffo et Richard Rogerson (2006) se sont penchés sur les larges différences dans les changements tendanciels du nombre d’heures travaillées dans les pays riches en observant un échantillon de 21 pays de l’OCDE au cours de la période s’étalant entre 1956 et 2004. Ils constatent tout d’abord qu’en moyenne l’offre de travail a fortement diminué entre 1956 et 2004. En effet, le nombre moyen d’heures travaillées diminue de 20 % au cours de cette période (cf. graphique 1). La baisse s’opère à un rythme régulier entre 1956 et 1985, puis elle tend à se stabiliser.

GRAPHIQUE 1  Nombre heures annuel moyen travaillé dans les pays de l’OCDE

Comment le temps de travail a évolué à travers le monde ?

source : Ohanian et alii (2016)

Toutefois, l’ampleur du déclin du nombre d’heures travaillées est loin d’être uniforme, puisqu’il varie significativement d’un pays à l’autre. A un extrême, le nombre moyen d’heures travaillées augmente de 8 % au Canada entre 1956 et 2004 et, à un autre extrême, diminue de 40 % en Allemagne sur la même période. Ohanian et ses coauteurs distinguent en fait quatre groupes de pays (cf. graphique 2). Dans un premier groupe de pays, incluant l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France et l’Italie, le nombre d’heures travaillées diminue fortement durant l’après-guerre, de façon monotone, avant de se stabiliser à partir de 1990. Dans un deuxième groupe de pays, incluant le Japon, la Norvège, le Portugal, le Royaume-Uni et la Suède, le nombre d’heures travaillées diminue également de façon monotone avant de se stabiliser en fin de période, mais l’ampleur totale de la baisse est moindre que celle observée dans le premier groupe de pays. Dans un troisième groupe de pays, incluant l’Australie, le Canada, les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande, le nombre d’heures travaillées ne suit pas de tendance majeure. Enfin, dans un quatrième groupe de pays, incluant l’Espagne, la Grèce, l’Irlande, les Pays-Bas et la Suisse, le comportement tendanciel du nombre d’heures travaillées n’est pas monotone. En outre, Ohanian et ses coauteurs notent que les différences qu’ils peuvent observer dans les changements tendanciels du nombre d’heures travaillées semblent expliquer l’essentiel de la variance du nombre d’heures travaillées d’un pays à l’autre au cours du temps. 

GRAPHIQUE 2  Nombre heures annuel moyen travaillé dans les pays de l’OCDE

Comment le temps de travail a évolué à travers le monde ?

source : Ohanian et alii (2016)

Alors que les Européens avaient auparavant tendance à travailler plus longtemps que les Américains, la situation s’inverse dans les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale. Par exemple, selon les données de Gérard Bouvier et Fatoumata Diallo (2010), la durée annuelle du travail est passée de 2.230 à 1.559 heures en France entre 1950 et 2007, alors qu’elle passait de 2.010 à 1.785 aux Etats-Unis sur la même période. Alberto Alesina, Edward Glaeser et Bruce Sacerdote (2005) ont ainsi pu noter qu’au milieu des années deux mille le nombre d’heures travaillées par personne en âge de travailler s’élevait en moyenne à 25,1 heures aux Etats-Unis et à 18 heures en France ; le nombre d’heures travaillées par salarié s’élevait alors en moyenne à 46,7 heures aux Etats-Unis et à 40,5 heures en France.

Beaucoup se sont alors demandé pourquoi les Européens ont « moins travaillé » ces dernières décennies que les Américains. D’un côté, Richard Jackman, Stephen Nickell et Richard Jackman (1991), Dale Mortensen et Christopher Pissarides (1999), Olivier Blanchard et Justin Wolfers (2000) considèrent que la forte hausse du taux de chômage qui a été observée après 1980 dans les pays européens joue un rôle crucial pour expliquer les variations relatives du nombre total d’heures travaillées. Richard Rogerson (2006) estime toutefois que les variations relatives du chômage n’expliquent qu’une faible part de la baisse relative du nombre d’heures travaillées. Edward Prescott (2004) et Ohanian et alii (2006) estiment quant à eux que les différences en termes de temps de travail entre les Etats-Unis et l’Europe s’expliquent essentiellement par les différences dans leurs fiscalités respectives, notamment l’imposition du revenu du travail, dans la mesure où ces derniers influencent le nombre d’heure moyen travaillées par salarié. Olivier Blanchard (2004) a également avancé l’idée d’une préférence des Européens pour le loisir, mais cette interprétation « culturelle » explique difficilement pourquoi le nombre d’heures travaillées était plus élevé dans les pays européens qu’aux Etats-Unis avant la Première Guerre mondiale et pourquoi la situation s’est inversée à partir des années soixante-dix. Alesina et alii (2005) préfèrent ainsi mettre l’accent sur les différences institutionnelles, notamment en termes de syndicalisation et de réglementation du travail ; les institutions du marché du travail auraient pu notamment influencer le nombre d’heures travaillées en affectant le taux de chômage. Enfin, Andrés Erosa, Luisa Fuster et Gueorgui Kambourov (2012), ainsi que Johanna Wallenius (2013), ont quant à eux privilégié les différences en termes de protection sociale : l’existence de revenus de transfert réduirait l’incitation à travailler.

Selon Bouvier et Diallo (2010), la baisse de la durée annuelle du travail que l’on a pu observer dans l’ensemble des pays développés depuis 1950 s’explique tout d’abord par la salarisation de l’emploi, dans la mesure où les indépendants ont un temps de travail plus important que les salariés. Elle s’explique également par la réduction de la durée annuelle du travail des salariés à temps complet, avec la baisse de la durée hebdomadaire collective et l’augmentation du nombre de jours de congés. Durant les décennies de forte croissance d’après-guerre, les forts gains de productivité ont en effet réduit la demande de travail, rendant moins nécessaire l’octroi d’heures supplémentaires et permettant aux salariés de prendre davantage de congés. La baisse du temps de travail s’est poursuivie après les années soixante-dix alors que les économies avancées connaissaient un ralentissement de la croissance et par conséquent une hausse du chômage : d’une part, avec les moindres besoins en main-d’œuvre, le nombre d’heures supplémentaires a continué de diminuer ; d’autre part, la lutte contre le chômage est souvent passée par la baisse de la durée collective du travail et le développement des temps partiels.

GRAPHIQUE 3  Nombre moyen d’heures travaillées par semaine et niveau de vie dans les pays à faible revenu, les pays à revenu intermédiaire et les pays à haut revenu

Comment le temps de travail a évolué à travers le monde ?

source : Ohanian et alii (2016)

Elargissant cette fois-ci la focale dans l’espace, Alexander Bick, Nicola Fuchs-Schündeln et David Lagakos (2016) ont observé comment le nombre moyen d’heures travaillées variait à travers le monde en fonction du niveau de revenu. Ils ont construit une nouvelle base de données internationales couvrant 81 pays de tous les niveaux de revenu. Ils confirment que le nombre d’heures travaillées hebdomadaire par adulte est significativement plus élevé dans les pays à faible revenu que dans les pays à haut revenu (cf. graphique 3). En moyenne, un adulte travaille 29,3 heures par semaine dans un pays à faible revenu, contre 19,1 dans les pays à haut revenu. En d’autres termes, plus le niveau de vie d’un pays augmente, moins ses résidents ont tendance à travailler. Ce constat tient au bien pour les hommes que pour les femmes, pour les adultes de tous les âges et pour tous les niveaux d’éducation. Bick et ses coauteurs ont ensuite décomposé les heures par adulte entre une marge extensive (les taux d’emploi) et la marge intensive (les nombre d’heures travaillées par travailleur). Les taux d’emploi sont plus élevés dans les pays les plus pauvres. Les taux d’emploi expliquent environ les deux tiers du déclin du nombre d’heures par adulte entre les pays à faible revenu et les pays à haut revenu, alors que les heures par travailleur expliquent environ un tiers du déclin. Si le nombre d’heures travaillées par travailleur dans le secteur agricole est relativement similaire d’un pays à l’autre, il est inférieur de 8,1 heures et de 13,5 heures respectivement dans les secteurs industriel et tertiaire dans les pays à haut revenu que dans les pays à faible revenu. 

 

Références

ALESINA, Alberto F., Edward L. GLAESER & Bruce SACERDOTE (2005), « Work and leisure in the United States and Europe: Why so different? », in NBER Macroeconomics Annual, vol. 20.

BLANCHARD, Olivier (2004), « The economic future of Europe », in Journal of Economic Perspectives, vol. 18, n° 4.

BLANCHARD, Olivier, & Justin WOLFERS (2000), « The role of shocks and institutions in the rise of european unemployment: the aggregate evidence », in Economic Journal, vol. 110.

BICK, Alexander, Nicola FUCHS-SCHÜNDELN & David LAGAKOS (2016), « How do average hours worked vary with development? Cross-country evidence and implications », NBER, working paper, 21874, janvier.

BOUVIER, Gérard, & Fatoumata DIALLO (2010), « Soixante ans de réduction du temps de travail dans le monde », INSEE Première, n° 1273, janvier.

EROSA, Andrés, Luisa FUSTER & Gueorgui KAMBOUROV (2012), « Labor supply and government programs: A cross-country analysis », in Journal of Monetary Economics, vol. 59.

JACKMAN, Richard, Richard LAYARD & Stephen NICKELL (1991), Unemployment, Macroeconomic Performance and the Labour Market.

LANGOT, François, & Coralia QUINTERO-ROJAS (2008), « European vs. American hours worked: Assessing the role of the extensive and intensive margins », IZA, Discussion Paper No. 3846, November 2008

MORTENSEN, Dale T., & Christopher A. PISSARIDES (1999), « Job reallocation, employment fluctuations and unemployment », Handbook of Macroeconomics, vol. 1, chapitre 18.

OHANIAN, Lee, Andrea RAFFO & Richard ROGERSON (2006), « Long-term changes in labor supply and taxes: Evidence from OECD countries, 1956-2004 », NBER, working paper, n° 12786, décembre.

PRESCOTT, Edward C. (2004), « Why do Americans work so much more than Europeans? », in Federal Reserve Bank of Minneapolis, Quarterly Review, vol. 28, n° 1.

ROGERSON, Richard (2006), « Understanding differences in hours worked », in Review of Economic Dynamics, vol. 9, n° 3.

WALLENIUS, Johanna (2013), « Social security and cross-country differences in hours: A general equilibrium analysis », in Journal of Economic Dynamics and Control, vol. 37.

Partager cet article

Repost 0
publié par Martin Anota
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher