Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2021 4 10 /06 /juin /2021 18:18
Partage du revenu, concentration et socialisme dans l’Allemagne de la fin du XIXème

Après une baisse séculaire, les inégalités de revenu ont eu tendance à augmenter à partir des années 1980 dans les pays développés, au point de retrouver, dans certains d’entre eux, les niveaux qu’ils atteignaient au début du vingtième siècle [Piketty, 2013]. Parallèlement, la part du revenu national rémunérant le travail a eu tendance à baisser [Karabarbounis et Neiman, 2014]. Pour certains, cette déformation du partage de la valeur ajoutée au profit du capital résulte, du moins pour partie, de la hausse de la concentration sur les marchés des produits [Autor et alii, 2020]. Pour d’autres, elle s’expliquerait plutôt du côté du marché du travail, en l’occurrence par l’effritement du pouvoir de négociation des travailleurs, qui aurait conduit à une redistribution des rentes tirées du marché des produits des travailleurs vers les propriétaires du capital [Stansbury et Summers, 2020]. Qu’importe les raisons derrière la déformation du partage de la valeur ajoutée, celle-ci est susceptible de contribuer à creuser les inégalités de revenu [Milanovic, 2017 ; Bengtsson et Waldenström, 2018]. Et quelles que soient les causes immédiates ou fondamentales de la hausse des inégalités de revenu, beaucoup craignent qu’elle alimente la polarisation politique [McCarty et alii, 2006]. 

Ces dynamiques du partage du revenu et les débats qu’ils suscitent aujourd’hui ne sont pas sans trouver des similarités avec ceux qui ont marqué la fin du dix-neuvième siècle, notamment avec le « débat sur le révisionnisme » qui opposa en Allemagne les marxistes orthodoxes aux révisionnistes comme Eduard Bernstein. Les marxistes orthodoxes, notamment Karl Kautsky, estimaient que le développement capitaliste se traduirait nécessairement par une hausse des inégalités, un accroissement des conflits sociaux et en définitive l’avènement du socialisme. Cette prédiction tenait pour l’essentiel à trois hypothèses différentes : l’accumulation du capital déformerait le partage du revenu en faveur du capital et creuserait les inégalités de revenu ; le capital se concentrerait davantage et cette intensification de la concentration alimenterait les inégalités de revenu ; la hausse des inégalités de revenu alimenterait le soutien de la population en faveur de la gauche radicale. De leur côté, les révisionnistes, notamment Eduard Bernstein, doutaient que le capital tende à se concentrer davantage et, surtout, estimaient que des facteurs compensateurs, d'ordre institutionnel, se mettraient en branle pour contenir la hausse des inégalités de revenu.

Afin de départager les participants de ce débat avec un recul de plus d'un siècle, Charlotte Bartels, Felix Kersting et Nikolaus Wolf (2021) ont étudié la dynamique des inégalités de revenu, de la concentration du capital et des résultats électoraux avant la Première Guerre mondiale. Ils ont étudié de nouvelles données relatives aux comtés et districts du Royaume de Prusse. Ils constatent que la hausse des inégalités de revenu a été fortement corrélée à la hausse de la part du capital, comme le prédisaient les marxistes à l’époque.

Par contre, le capital s’est certes davantage concentré, comme s'y attendaient les marxistes, mais, contrairement à leurs pronostics, cette plus grande concentration ne s’est pas mécaniquement traduite par une hausse des inégalités de revenu. Bartels et ses coauteurs notent que les secteurs et zones géographiques avec une forte concentration du capital présentaient une forte activité syndicale. Autrement dit, la multiplication des grèves a pu contenir, et même inverser, la tendance à la hausse des inégalités qu’impulsait la hausse de la concentration ; en fait, la concentration du capital, en augmentant la taille des établissements, a peut-être même facilité la mobilisation des travailleurs. Ainsi, comme s'y attendaient les révisionnistes comme Bernstein, des facteurs ont joué un rôle compensateur, en l'occurrence l'essor du syndicalisme qu'ils appelaient de leurs vœux. Ces constats font écho aussi bien à ceux obtenus par Henry Farber et alii (2018), qui soulignaient l’importance des syndicats dans la réduction des inégalités de revenu aux Etats-Unis du milieu des années 1930 à la fin des années 1940, qu’aux conclusions d’Anna Stansbury et Larry Summers (2020).

Enfin, Bartels et ses coauteurs constatent que les socialistes ont tiré un bénéfice direct dans les urnes, non directement de la hausse des inégalités de revenu comme s'y attendaient les marxistes orthodoxes, mais de l’essor du syndicalisme. 

 

Références

AUTOR, David, David DORN, Lawrence F. KATZ, Christina PATTERSON & John VAN REENEN (2020), « The fall of the labor share and the rise of superstar firms », Quarterly Journal of Economics, vol. 135, n° 2.

BARTELS, Charlotte (2019), « Top incomes in Germany, 1871-2013 », Journal of Economic History, vol. 79, n °3.

BARTELS, Charlotte, Felix KERSTING & Nikolaus WOLF (2021), « Testing Marx. Income inequality, concentration, and socialism in late 19th century Germany », EHES, working paper, n° 211.

BENGTSSON, Erik, & Daniel WALDENSTRÖM (2018), « Capital shares and income inequality: Evidence from the long run », in Journal of Economic History, vol. 78, n° 3.

FARBER, Henry S., Daniel HERBST, Ilyana KUZIEMKO & Suresh NAIDU (2017), « Unions and inequality over the twentieth century: New evidence from survey data », NBER, working paper, n° 24587.

KARABARBOUNIS, Loukas, & Brent NEIMAN (2014), « The global decline of the labor share », The Quarterly Journal of Economics, vol. 129, n° 1.

MCCARTY, Nolan, Keith POOLE & Howard ROSENTHAL (2006), Polarized America. The Dance of Ideology and Unequal Riches, MIT Press.

MILANOVIC, Branko (2017), « Increasing capital income share and its effect on personal income inequality », in H. Boushey, J. B. DeLong & M. Steinbaum (dir.), After Piketty. The Agenda for Economics and Inequality, Harvard University Press.

PIKETTY, Thomas (2013), Le Capital au XXIe siècle.

STANSBURY, Anne, & Lawrence SUMMERS (2020), « The declining worker power hypothesis », Brookings Papers on Economic Activity, vol. 50, n° 1.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 15:24
L’allègement de la fiscalité des entreprises stimule-t-il la croissance ?

Ces quatre dernières décennies ont été marquées par une tendance à l’allègement de la fiscalité des entreprises à travers le monde. Ces dernières années, la fiscalité des entreprises s’est trouvée au centre des débats de politique économique outre-Atlantique. En effet, l’administration Trump a accordé d’amples baisses d’impôts aux entreprises, afin de les inciter à investir et à relocaliser leur production aux Etats-Unis [Mertens, 2018 ; Kopp et alii, 2019]. Ces tout derniers mois, l’administration Biden a au contraire cherché à alourdir l’imposition des entreprises, notamment pour financer un surcroît d’investissements publics, ce qui l’a notamment amené à relancer le projet d’introduction d’un taux mondial d’imposition pour les sociétés. La question de la fiscalité des entreprises a bien sûr été évoquée dans les autres pays, notamment ces derniers temps, dans le sillage de la pandémie et des plans de soutien ou de relance qui ont été adoptés lors de celle-ci.

Les gouvernements ont généralement accordé ces baisses d’impôts avec pour objectif affiché de stimuler la croissance économique, mais beaucoup ont critiqué ces mesures fiscales : les détracteurs soulignent qu’elles pourraient ne guère avoir d’effet sur l’activité des entreprises, voire qu’elles pourraient se révéler contre-productives, en contribuant à détériorer les finances publiques et en incitant les gouvernements à réduire certaines de leurs dépenses bénéfiques à la croissance, par exemple leurs investissements dans les infrastructures ou les services publics. 

Les modèles de croissance les plus couramment utilisés ont de prime abord tendance à suggérer un impact nul ou négatif de la fiscalité des entreprises sur la croissance économique. Dans les modélisations néoclassiques à la Solow (1956), la fiscalité des firmes n’a guère d’effet sur la croissance à long terme, dans la mesure où elle n’affecte pas le taux de croissance à l’état stationnaire, qui dépend étroitement d’un progrès technique supposé exogène ; par contre, l’imposition des revenus du capital peut nuire à la croissance et au niveau de revenu par tête à l’état stationnaire et ralentir la transition vers un nouvel équilibre. Dans les modèles de croissance endogène, où la croissance économique dépend étroitement des choix réalisés par les agents économiques, la fiscalité des entreprises est susceptible d’avoir un effet bien plus significatif, dans la mesure où elle risque de modifier leurs incitations à investir. En l’occurrence, une hausse des taux d’imposition des entreprises est susceptible de décourager l’investissement, que ce soit dans l’accumulation même du capital ou dans l’innovation, en augmentant le coût du capital et en réduisant les rendements après impôt. Elle peut également dégrader la productivité globale des facteurs en perturbant les prix des facteurs et en entraînant une mauvaise allocation des ressources. 

Une grande partie de la littérature théorique que s’est directement focalisée sur les effets de la fiscalité des entreprises sur la croissance économique s'inspire des travaux, d'inspiration néoclassique, de Kenneth Judd (1985) et de Christophe Chamley (1986) ; ces derniers concluaient au terme de leur modélisation que l’imposition du capital se révèle particulièrement novice à l’accumulation du capital et, par conséquent, à la production. Mais des modèles plus récents ont suggéré qu’un alourdissement de la fiscalité des entreprises pouvait très bien stimuler la croissance. Philippe Aghion et alii (2013) ont montré qu’une hausse de l’imposition du capital stimulait la croissance en réduisant l’imposition du travail. De leur côté, Larry Jones et alii (1993) ont noté qu’une hausse des impôts sur le capital pouvait stimuler la croissance économique si le supplément de recettes publiques finançait un supplément de dépenses publiques productives ; réciproquement, Clemens Fuest et alii (2019) ont montré que les baisses d’impôts étaient susceptibles de freiner la croissance économique en « affamant la bête » (starving the beast), c’est-à-dire en poussant les autorités à moins investir dans le capital public. 

Beaucoup d’études empiriques se sont penchées sur un éventuel lien entre imposition des entreprises et croissance économique, mais, comme le soulignent Sebastian Gechert et Philipp Heimberger (2021) dans leur revue de la littérature, sans aboutir à un consensus. Beaucoup concluent que les baisses d’impôts des entreprises stimulent la croissance économique. C’est par exemple le cas de Young Lee et Roger Gordon (2005) qui décèlent à long terme un lien négatif entre fiscalité des entreprises et croissance en analysant un échantillon de 70 pays développés et en développement sur la période allant de 1970 à 1997. En s’appuyant quant à eux sur un échantillon restreint à une vingtaine de pays de l’OCDE pour la période allant de 1971 à 2004, Jens Matthias Arnold et alii (2011) concluent que l’alourdissement de la fiscalité des entreprises se révèle bien plus nocive à la croissance économique qu’un alourdissement de la même ampleur de la fiscalité des ménages. De leur côté, Karel Mertens et Morten Ravn (2013) observent dans le cas des Etats-Unis que les allègements de la fiscalité des entreprises ont eu tendance à stimuler la croissance économique, notamment à court terme.

Mais d’autres études, tout aussi nombreuses concluent que les baisses d’impôt des entreprises tendent au contraire à nuire à la croissance économique ou, du moins, que le lien est peu significatif ; c’est notamment le cas de Frida Widmalm (2001), de Konstantinos Angelopoulos et alii (2007), de William Gale et alii (2015) ou encore de Fabian ten Kate et Petros Milionis (2019). 

Bien sûr, comme dans le cas de toute littérature empirique, une partie de l’hétérogénéité des résultats s’explique par des différences en termes d’échantillons de données ou de méthodes. Afin d’éclaircir les choses, Gechert et Heimberger ont alors étudié 441 estimations tirées de 42 études primaires. Ils constatent qu’il y a une tendance des publications à sélectionner les résultats suggérant que les baisses d’impôts des entreprises stimulent la croissance économique. Une fois qu’ils corrigent ce biais de sélection et qu’ils prennent en compte l’hétérogénéité des études, Gechert et Heimberger ne parviennent pas à rejeter l’hypothèse que l’allègement de la fiscalité des entreprises ait un effet nul sur la croissance économique.

En creusant davantage, Gechert et Heimberger font d’autres constats intéressants. Tout d’abord, les effets positifs des allègements de la fiscalité des entreprises sont encore moins manifestes lorsque l’on restreint l’horizon temporel au court terme. Ensuite, il ne semble pas y avoir de réelle différence entre les pays de l’OCDE et les autres pays concernant les effets des changements de fiscalité des entreprises sur la croissance. De plus, les études les plus récentes ont moins tendance à observer un effet positif des allègements de fiscalité des entreprises sur la croissance. Enfin, il apparaît crucial d’observer comment se comportent les autres volets du Budget lorsque la fiscalité des entreprises est modifiée. En effet, il apparaît qu’un alourdissement de la fiscalité des entreprises se révèle légèrement plus nocif pour la croissance lorsque les dépenses publiques sont maintenues au même niveau. Ce résultat suggère que la croissance se trouvera davantage stimulée si le supplément de recettes tiré d’une hausse d’impôts des entreprises est utilisé pour financer des dépenses publiques plutôt que pour consolider les finances publiques.

 

Références

AGHION, Philippe, Ufuk AKCIGIT & Jesús FERNÁNDEZ-VILLAVERDE (2013), « Optimal capital versus labor taxation with innovation-led growth », NBER, working paper, n° 19086.

ANGELOPOULOS, Konstantinos, George ECONOMIDES & Pantelis KAMMAS (2007), « Tax-spending policies and economic growth: Theoretical predictions and evidence from the OECD », in European Journal of Political Economy, vol. 23, n° 4.

ARNOLD, Jens Matthias, Bert BRYS, Christopher HEADY, Åsa JOHANSSON, Cyrille SCHWELLNUS & Laura VARTIA (2011), « Tax policy for economic recovery and growth », in The Economic Journal, vol. 121.

CHAMLEY, Christophe (1986), « Optimal taxation of capital income in general equilibrium with infinite lives », in Econometrica, vol. 54, n° 3.

DJANKOV, Simeon, Tim GANSER, Caralee MCLIESH, Rita RAMALHO & Andrei SHLEIFER (2010), « The effect of corporate taxes on investment and entrepreneurship », in American Economic Journal: Macroeconomics, vol. 2, n °3.

FUEST, Clemens, Florian NEUMEIER & Daniel STÖHLKER (2019), « Tax cuts starve the beast! Evidence from Germany », CESifo, working paper, n° 8009.

GALE, William G., Aaron KRUPKIN & Kim RUEBEN (2015), « The relationship between taxes and growth at the state level: New evidence », in National Tax Journal, vol. 68, n° 4.

GECHERT, Sebastian, & Philipp HEIMBERGER (2021), « Do corporate tax cuts boost economic growth? », IMK, working paper, n° 210.

JONES, Larry E., Rodolfo E. MANUELLI & Peter E. ROSSI (1993), « Optimal taxation in models of endogenous growth », in Journal of Political Economy, vol. 101, n° 3.

JUDD, Kenneth L. (1985), « Redistributive taxation in a simple perfect foresight model », in Journal of Public Economics, vol. 28, n °1.

KATE, Fabian ten, & Petros MILIONIS (2019), « Is capital taxation always harmful for economic growth? », in International Tax and Public Finance, vol. 26, n° 4.

KOPP, Emanuel, Daniel LEIGH, Susanna MURSULA & Suchanan TAMBUNLERTCHAI (2019), « U.S. investment since the tax cuts and jobs act of 2017 », FMI, working paper, n° 19/119.

LEE, Young, & Roger H. GORDON (2005), « Tax structure and economic growth », in Journal of Public Economics, vol. 89, n° 5-6.

MERTENS, Karel (2018), « The near term growth impact of the Tax Cuts and Jobs Act », Federal Reserve Bank of Dallas, working paper, n° 1803.

MERTENS, Karel, & Morten O. RAVN (2013), « The dynamic effects of personal and corporate income tax changes in the United States », in American Economic Review, vol. 103, n° 4.

SOLOW, Robert M. (1956), « A contribution to the theory of economic growth », in Quarterly Journal of Economics, vol. 70, n° 1.

WIDMALM, Frida (2001), « Tax structure and growth: Are some taxes better than others? », in Public Choice, vol. 107, n° 3/4.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 16:06
Les anticipations d’inflation des entreprises sont-elles bien ancrées ?

Depuis l’allocution de Milton Friedman (1968), qui les supposait adaptatives, et surtout depuis les travaux des nouveaux classiques, par exemple ceux de Thomas Sargent et Neil Wallace (1975), qui les supposaient rationnelles, la littérature académique met tout particulièrement en avant le rôle des anticipations d’inflation dans la dynamique de l’inflation, mais aussi bien d'autres phénomènes macroéconomiques comme le cycle d’affaires et le chômage [Kose et alii, 2019]. L'idée de base est reconnue depuis longtemps : les entreprises sont d’autant plus incitées à relever leurs prix (et à réduire leur production et l’emploi) qu’elles s’attendent à ce que leurs coûts de production augmentent. 

Pour stabiliser les prix, cette littérature souligne la nécessité pour les banques centrales d’ancrer les anticipations d’inflation. Certains, en premier lieu les banquiers centraux eux-mêmes, considèrent que la plus grande crédibilité qu’ils ont acquise depuis les années quatre-vingt a joué un rôle déterminant dans la désinflation observée ces quatre dernières décennies : en signalant leur engagement à assurer la stabilité des prix, les banques centrales auraient contribué à ancrer les anticipations d’inflation à un faible niveau, ce qui aurait permis de ramener et de maintenir l’inflation à un niveau faible et stable ; et le maintien de l’inflation à un niveau faible et stable aurait contribué en retour à mieux ancrer les anticipations d'inflation à un faible niveau. Ces derniers mois, c’est précisément le risque d’un désancrage des anticipations d’inflation que certains mettent en avant pour évoquer le scénario d’un dérapage imminent de l’inflation, en particulier aux Etats-Unis avec l'adoption d'amples plans de relance par l'administration Biden [Blanchard, 2021 ; Gopinath, 2021 ; Summers, 2021].

Les autorités auraient également intérêt à jouer sur les anticipations d’inflation pour stabiliser l’activité économique. Certains estiment que la reprise suite à la Grande Dépression ne s’est vraiment amorcée que lorsque les anticipations d’inflation ont été révisées à la hausse [Eggertsson, 2008 ; Jalil et Rua, 2015]. En effet, pour des taux d’intérêt nominaux donnés, un relèvement des anticipations d’inflation se traduit par une baisse des taux d’intérêt réels, ce qui devrait notamment stimuler l’emprunt et l’investissement. En amenant les entreprises et les ménages à relever leurs anticipations d'inflation, les banques centrales pourraient rendre leur politique monétaire davantage accommodante, et ce même si leurs taux directeurs butent sur leur borne inférieure. En l'occurrence, lorsque l'économie est piégée dans une trappe à liquidité, Paul Krugman (1998) et Gauti Eggertsson et Michael Woodford (2003) ont suggéré à ce que la banque centrale annonce qu’elle maintiendra sa politique monétaire accommodante plus longtemps que nécessaire, c'est-à-dire qu'elle ne la resserrera pas immédiatement une fois la reprise amorcée : si les entreprises anticipent un boom dans le futur, cela devrait les inciter à investir dès la période courante, donc accélérer la reprise de l’activité. Si les banques centrales n’ont pas adopté une telle stratégie, elles ont toutefois cherché depuis la crise financière mondiale à mieux communiquer leurs prévisions quant à leurs mesures futures, notamment la trajectoire probable de leurs taux directeurs : c'est l'idée de forward guidance.

Malgré la grande importance donnée par les économistes et les banquiers centraux aux anticipations d’inflation, notamment pour la conduite de la politique monétaire, peu d’enquêtes se sont vraiment penchées sur celles-ci, mais des progrès ont été réalisés ces dernières années dans ce domaine. 

Bernardo Candia, Olivier Coibion et Yuriy Gorodnichenko (2021) viennent justement de s’appuyer sur une nouvelle enquête menée auprès des entreprises américaines depuis 2018. Ils constatent tout d’abord que les entreprises tendent en moyenne à anticiper une inflation supérieure à celle qui est observée en moyenne et qu’elles sont loin d’être unanimes dans leurs anticipations. En l’occurrence, les entreprises sont en désaccord non seulement pour l’évolution des prix à très court terme, par exemple pour l’année ultérieure, mais aussi pour l’évolution des prix sur des horizons temporels supérieurs à cinq ans. Ces désaccords et le fait que la plupart des entreprises prédisent des niveaux d’inflation à long terme bien différents des 2 % ciblés par la Réserve fédérale amènent Candia et ses coauteurs à conclure que les anticipations d’inflation des entreprises sont tout sauf ancrées. 

Cela semble tout d’abord s’expliquer par l'inattention des chefs d’entreprise vis-à-vis de la politique monétaire : la plupart d’entre eux ne connaissent pas la cible d’inflation de la Fed. En effet, Candia et ses coauteurs notent que moins de 20 % des chefs d’entreprise identifient les 2 % d’inflation comme étant la cible poursuivie par la banque centrale américaine. Près des deux tiers des chefs d’entreprise ne tentent même pas de deviner quelle pourrait être cette cible ; et parmi ceux qui tentent, moins de la moitié d’entre eux pensent qu’elle se situe entre 1,5 et 2,5 %. Le manque d’ancrage des anticipations d’inflation des entreprises s’explique également par l’inattention des entreprises vis-à-vis de l’évolution récente de l’inflation : les chefs d’entreprise n’ont qu’une vague idée de ce qu'a été l'inflation au cours des douze mois précédents, alors que les chiffres de l’inflation sont facilement et gratuitement disponibles. 

Ces constats rejoignent ceux d’autres études, portant sur les ménages et observant que ces derniers sont peu informés quant à la politique monétaire et qu’ils comprennent mal celle-ci [Binder, 2017]. Toutes ces études ne concluent toutefois pas que les anticipations d’inflation ne jouent aucun rôle, ni que la politique monétaire s’avère inefficace ; en fait, il est possible que ce soit parce que l’inflation est faible et stable que les entreprises et ménages ne prêtent pas attention à l’inflation. Par contre, elles amènent à douter que la politique monétaire influence les ménages et les entreprises via le canal des anticipations. Autrement dit, les banques centrales ne devraient guère compter sur l'idée de jouer sur les anticipations d’inflation des ménages et des entreprises pour influencer l’activité économique et l’inflation [Coibon et alii, 2020].

 

Références

BINDER, Carola (2017), « Fed speak on Main Street: Central bank communication and household expectations », in Journal of Macroeconomics, vol. 52.

BLANCHARD, Olivier (2021), « In defense of concerns over the $1.9 trillion relief plan », in PIIE, Realtime Economic Issues Watch (blog), 18 février.

CANDIA, Bernardo, Olivier COIBION & Yuriy GORODNICHENKO (2021), « The inflation expectations of U.S. firms: Evidence from a new survey », IZA, discussion paper, n° 14378.

COIBION, Olivier, Yuriy GORODNICHENKO, Saten KUMAR & Mathieu PEDEMONTE (2020), « Inflation expectations as a policy tool? », in Journal of International Economics.

EGGERTSSON, Gauti B. (2008), « Great expectations and the end of the Depression », in American Economic Review, vol. 98, n° 4.

EGGERTSSON, Gauti B., & Michael WOODFORD (2003), « The zero bond on interest rates and optimal monetary policy », in Brookings Papers on Economic Activity, n° 1.

GOPINATH, Gita (2021), « Structural factors and central bank credibility limit inflation risks », 19 février.

JALIL, Andrew, & Gisela RUA (2015), « Inflation expectations and recovery from the Depression in 1933: Evidence from the narrative record », Réserve fédérale, working paper.

KOSE, M. Ayhan, Hideaki MATSUOKA, Ugo PANIZZA & Dana VORISEK (2019), « Inflation expectations: Review and evidence », CEPR, discussion paper, n° 13601.

KRUGMAN, Paul (1998), « It’s baaack: Japan’s slump and the return of the liquidity trap », in Brookings Papers on Economic Activity, n° 2.

SARGENT, Thomas, & Neil WALLACE (1975), « ‘Rational’ expectations, the optimal monetary instrument, and the optimal money supply rule », in Journal of Political Economy, vol. 83, n° 2.

SUMMERS, Lawrence (2021), « The inflation risk is real », 24 mai.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher