Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 18:25

La santé contribue-t-elle à l’élévation du revenu par habitant ? La question est importante pour la politique économique, non seulement pour les pays en développement, mais aussi pour les pays avancés : elle est essentielle dans les débats portant sur l’éventuelle extension (ou le simple maintien) des programmes de santé, en particulier à un moment où les plans d’austérité peuvent prendre la forme d’une contraction des dépenses publiques. La réduction des dépenses publiques essentielles à l’accumulation de capital humain pourrait en l’occurrence s’avérer particulièrement dommageable à la croissance économique de long terme.

L’amélioration de la santé et de l’espérance de vie ont théoriquement des effets ambigus. Les individus ayant une plus longue espérance de vie épargnent davantage. Si dans un cardre néoclassique, ce relèvement du taux d’épargne nourrit l’accumulation du capital et par là la croissance du PIB, il se traduit au contraire par un effet dépressif sur l’activité économique en réduisant la demande globale dans une optique keynésienne. Ensuite, dans un environnement marqué par une faible mortalité infantile, les parents optent pour un moindre niveau de fertilité. La croissance de la population totale s’en trouve limitée et la croissance du revenu par tête peut éventuellement s’accélérer. Au sein du ménage, les parents fournissent alors davantage de ressources économiques, matérielles et affectives à leurs enfants, ce qui favorise leur réussite scolaire et leur entrée dans la vie active.

Si les individus s’attendent à vivre plus longtemps (et si les parents s’attendent à ce que leurs enfants et eux-mêmes vivent plus longtemps), ils tendent à investir davantage dans leur éducation. Il n’est alors pas étonnant que les théories de la croissance endogène ont considéré la santé comme un élément crucial à l’accumulation de connaissances et de compétences, deux vecteurs clés du progrès technique et par là de la croissance économique. L’allongement de l’espérance de vie se traduit de fait à long terme par une plus grande accumulation de savoirs par chaque individu. Inversement, les enfants souffrant de malnutrition et de maladie sont plus souvent absents à l’école, mais ils sont aussi moins souvent scolarisés. La maladie affaiblit leur capacité d’apprentissage, car elle se traduit par une moindre concentration en classe, une déficience cognitive et des stigmates. Enfin, il ne faut pas oublier que la santé constitue elle-même une composante du capital humain : des individus en meilleure santé sont de fait plus productifs, s’adaptent mieux aux innovations technologiques et plus largement aux situations changeantes. Une mauvaise santé freine la créativité, l’entrepreneuriat et la capacité à se montrer original. Les sociétés présentant un stress pathogène élevé seraient moins enclines au développement et à la diffusion des innovations.

Depuis l’article séminal de Robert Barro et Xavier Sala-i-Martin (1992), plusieurs études ont cherché à préciser empiriquement le lien entre la santé et la croissance économique. Parmi d’autres, Philippe Aghion, Peter Howitt et Fabrice Murtin (2012) ont établi une relation positive et significative entre l’espérance de vie et la croissance. Les trois auteurs trouvent en effet qu’un niveau initialement élevé de l’espérance de vie et une amélioration rapide de celle-ci ont un impact significativement positif sur la croissance du PIB par tête. En se focalisant ensuite sur les seuls pays de l’OCDE, ils montrent que la réduction de la mortalité, spécialement avant 40 ans, génère d’importants gains de productivité. Daron Acemoglu et Simon Johnson (2007) peinent au contraire à déceler une relation positive entre l’amélioration de l’espérance de vie à la naissance et la croissance du revenu. Leur étude, qui se focalise sur la période entre 1940 et 1980, tend au contraire à montrer que les innovations dans le domaine de la santé accélèrent la croissance de la population et par conséquent entraînent une baisse du revenu par tête.

Les indicateurs conventionnels de santé tels que l’espérance de vie ou la taille peuvent manquer les canaux de transmission de la production de savoirs car ils ignorent le caractère multidimensionnel de la santé. Il existe en outre un décalage entre l’instant où la santé est altérée et l’instant où la productivité s’en trouve modifiée. A partir d’un modèle de croissance endogène, Jakob Madsen (2012) a cherché à surmonter ces difficultés méthodologiques et apporte avec sa récente étude trois contributions à la littérature empirique relative au lien entre santé et croissance. Tout d’abord, il incorpore la santé dans la capacité d’apprentissage des enfants à l’école tout en permettant son interaction avec la scolarisation elle-même. Il élabore alors une mesure de la scolarité ajustée à la santé pour la population en âge de travailler et il l’introduit dans les régressions de la croissance de la productivité. Il utilise les prix alimentaires réels et la mortalité infantile comme instruments pour les taux de mortalité dépendant de l’âge. Ensuite, il incorpore la santé de la population en âge de travailler dans une fonction de production d’idées. Enfin, l’auteur observe si la santé influence la scolarisation. Pour cela, il compile les données relatives à 21 pays de l’OCDE pour la période s’étalant entre 1812 et 2009 pour 21 pays. Ces deux siècles ont connu la forte morbidité de l’ère post-malthusienne, la transition au régime moderne de croissance au début du vingtième siècle et le régime moderne de faible morbidité.

Les données de Madsen montrent que la santé a particulièrement favorisé la croissance depuis 1870 à travers le capital humain et les innovations. La réussite scolaire ajustée à la santé se révèle un bien plus puissant vecteur du progrès technique que la réussite scolaire non ajustée. Entre 1875 et 2009, la croissance de la productivité aurait été 20 % plus élevée si les taux de mortalité avaient été sur la période égaux à leur niveau de 2009. De plus, la mortalité à l’âge de travailler est un déterminant essentiel de la production d’idées et de capital technologique. Les taux de mortalité à l’âge de la scolarité influencent la scolarisation dans le secondaire et le supérieur, ce qui suggère que la santé n’affecte pas seulement l’apprentissage, mais également les taux de scolarité. Au final, le déclin de la mortalité a constitué une force cruciale à l’œuvre derrière la transition du modèle de croissance post-malthusien au régime moderne de croissance dans les pays avancés. Les différences dans les taux de mortalité d’un pays à l’autre expliquent notamment pourquoi certains pays ont convergé plus rapidement que d’autres vers la frontière de production. En définitive, la santé apparaît comme un élément significatif pour la croissance à travers la scolarisation, l’apprentissage et la production d’idées.

L’auteur tire de ses résultats plusieurs implications pour la théorie de la croissance et la conduite de la politique économique. Tout d’abord, puisque la morbidité joue un rôle important dans l’accumulation du capital humain et les innovations technologiques, cette étude explique (en partie) pourquoi ces derniers se sont fortement accumulés dans certains pays en particulier pendant et après la Révolution industrielle. Ensuite, l’espérance de vie à la naissance et les autres mesures conventionnelles de la santé peuvent manquer les différents canaux par lesquels la santé influence la croissance. L’étude montre que ni la scolarité, ni la création d’idées ne sont positivement influencées par l’espérance de vie à la naissance. De plus, une mortalité élevée réduit la croissance de la productivité. Madsen rejette ainsi l’intuition de Malthus : selon ce dernier, en raison des rendements décroissants, une hausse de la mortalité entraîne une hausse du revenu par tête ; un tel mécanisme est inopérant dans une économie fondée sur l’innovation où la terre est un facteur de production d’une relativement faible importance. Enfin, c’est le capital humain ajusté à la santé, et non la réussite scolaire, qui est essentiel à la croissance, ce qui explique la difficulté des études empiriques à trouver une relation claire entre la réussite scolaire et la croissance économique.

 

Références Martin ANOTA

ACEMOGLU, Daron & Simon JOHNSON (2007), « Disease and Development: The Effect of Life Expectancy on Economic Growth », in Journal of Political Economy, vol. 115, n° 6.

AGHION, Philippe, Peter HOWITT & Fabrice MURTIN (2012), « The Relationship Between Health and Growth: When Lucas Meets Nelson-Phelps », in Review of Economics and Institutions, vol. 2, n° 1, hiver.

BARRO, Robert, & Xavier SALA-I-MARTIN (1992), « Convergence », in Journal of Political Economy, vol. 100, n° 2.

MADSEN, Jakob (2012), « Health, Human Capital Formation and Knowledge Production: Two Centuries of International Evidence », NBER working paper, n° 18461, octobre.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 20:26

Robert Gordon (2012a, b) explore les dynamiques de croissance à long terme des Etats-Unis en revenant tout d’abord sur les tendances lourdes observées jusqu’en 2007, puis en conjecturant le sentier de croissance que l’économie américaine devrait suivre ces prochaines décennies. Son analyse fait explicitement abstraction de la Grande Récession, même si la crise a pu avoir de profonds effets structurels sur le potentiel de croissance. Elle se focalise sur l’économie américaine, car c’est bien celle-ci qui n’a cessé de repousser la frontière technologique et le niveau de vie depuis la fin du dix-neuvième siècle en prenant la place de la Grande-Bretagne comme centre névralgique de l’économie-monde et ainsi comme moteur de la croissance mondiale. Si à l’avenir les Etats-Unis ne parvenaient plus à repousser la frontière technologique, soit les autres pays prendraient le relais et contribueraient eux-mêmes à la repousser, soit ils s’en montreraient incapables et verraient leurs propres perspectives de croissance en être sensiblement altérées.

Gordon met en avant un certain nombre de faits saillants :

1. La période s’étalant entre 1750 et 2007 pourrait s’avérer exceptionnelle dans l’histoire économique. La croissance du PIB réel par tête avait été quasiment nulle avant 1700, date à partir de laquelle elle commença à accélérer. Rien ne garantit que la croissance se poursuivra à l’avenir au même rythme que celui poursuivi au cours de ces 250 dernières années.

2. La croissance de la production par tête pour le pays à la frontière technologique a accéléré de 1750 jusqu’au milieu du vingtième siècle. Elle a culminé aux Etats-Unis entre 1928 et 1950. Elle ralentit constamment depuis et pourrait atteindre 0,2 % en 2100. Avant 1700, plusieurs siècles devaient s’écouler pour que le revenu par habitant double. Celui-ci a été multiplié par deux aux Etats-Unis en seulement 28 ans sur la période s’étalant entre 1929 et 1957, puis en 31 ans entre 1957 et 1988. Mais il pourrait ne progresser que très lentement au cours du vingt-et-unième siècle, au point de n’atteindre le double de son niveau de 2007 qu’en 2100. Cette convergence vers un état semi-stationnaire ne dépendrait fondamentalement pas des fluctuations conjoncturelles, mais constituerait bien une tendance structurelle. Comme plusieurs secteurs innovateurs le montrent déjà, le processus d’innovation, qui s’avère si essentiel aux gains de productivité et partant à la croissance, bute sur les rendements décroissants.

3. L’histoire économique a été marquée par trois révolutions industrielles. La première s’est déroulée entre 1750 et 1830. Ses principales innovations ont été les machines à vapeur, le filage du coton et les voies ferrées. La deuxième s’est déroulée entre 1870 et 1900. Ses innovations majeures ont été les centrales électriques, le moteur à combustion interne et l’eau courante avec la plomberie intérieure. Ces deux révolutions ont chacune nécessité un siècle pour entièrement déployer leurs effets sur l'économie. Les innovations générées par la deuxième révolution transformaient encore profondément l’économie au cours des années soixante. Le ralentissement de la productivité observé dès les années soixante-dix pourrait s’expliquer par le fait que l’ensemble des potentialités attachées à ces innovations avaient alors été pleinement exploitées.

4. La troisième révolution industrielle a débuté dans les années soixante et atteint son apogée à la fin des années quatre-vingt-dix avec la bulle internet et l’euphorie de la nouvelle économie. Les ordinateurs, internet et les téléphones portables constituent ses principales innovations. Son impact sur la productivité s’est largement dilué dans la dernière décennie. En ce qui concerne les tâches répétitives, l'essentiel de la substitution du travail par les ordinateurs s’est opéré lors des décennies soixante-dix et quatre-vingt. Par rapport aux innovations des précédentes révolutions industrielles, les innovations mises au point depuis 2000 ont eu un impact relativement négligeable sur la productivité ou le niveau de vie.

5. Le processus d’innovation doit être pensé comme une série d’inventions discrètes suivies par des améliorations incrémentales qui vont permettre la pleine exploitation du potentiel de l’innovation initiale. Si ce processus s’est à chaque fois étalé sur une centaine d’année au cours des deux premières révolutions industrielles, il s’est en revanche avéré très rapide lors de la troisième.

6. Les innovations en cours vont toujours contribuer à faire progresser le niveau de vie, mais moins rapidement qu’auparavant. Non seulement les innovations n’auront plus la même capacité à catalyser l’activité économique que par le passé, mais l’économie américaine est en outre confrontée à six macrodynamiques qui réduiront fortement son potentiel de croissance. Les taux de croissance américains seront largement inférieurs à ceux observés lors des deux derniers siècles. La croissance de la consommation réelle par habitant sera en outre encore plus faible pour les 99 % des ménages les mois aisés.

Gordon identifie ainsi six contraintes majeures pesant sur la croissance américaine, des contraintes déjà manifestes en 2007, mais qui prendront une plus grande acuité ces prochaines décennies. Certaines sont partagées avec le reste des pays avancés, d’autres sont propres aux Etats-Unis.

1. Le dividende démographique a constitué un événement unique qui, après avoir contribué positivement au développement économique, joue désormais en sens inverse. Aujourd’hui, les baby boomers se retirent massivement de la vie active. Les heures travaillées par tête déclinent, donc la production par tête doit croître plus lentement que la productivité. L’allongement de l’espérance de vie va maintenir l’effet dépressif sur l’activité.

2. L’évolution du niveau de scolarité a atteint un plateau aux Etats-Unis il y a une vingtaine d’années. L’inflation des coûts dans l’enseignement supérieur entraîne un gonflement de la dette étudiante qui perturbe les projets professionnels et désincite les populations à faibles revenus à poursuivre leurs études à l’université. Les Etats-Unis voient leur place rétrograder dans les classements internationaux des performances des systèmes éducatifs, notamment l’enquête PISA. Il y a une divergence croissante dans les rendements scolaires entre les groupes ethniques. Puisque la population hispanique présente une faible performance scolaire, sa place croissante dans la population scolarisée entraîne une détérioration de la performance nationale. L’écart dans les résultats s’accroît également entre filles et garçons.

3. La montée des inégalités prive une majorité de la population des fruits de la croissance. Si la croissance annuelle du revenu réel des ménages a été en moyenne de 1,3 % entre 1993 à 2008, les ménages du centile supérieur se sont accaparés plus de la moitié des gains générés sur la période. Rien ne semble pouvoir à moyen terme contenir ou renverser l’élargissement des écarts de revenus.

4. La mondialisation interagit pernicieusement avec le développement des technologies de l'information et de la communication pour accélérer le rattrapage des pays émergents et accroître la pression à la baisse sur les salaires et revenus réels dans les pays avancés. L’externalisation et l’importation mettent directement les travailleurs américains en concurrence avec la main-d’œuvre étrangère. L’économie mondiale est le théâtre d'une puissante égalisation des prix des facteurs qui ne peut s'opérer qu'au détriment des pays aux salaires les plus élevés, et ce en conformité avec le théorème Heckscher-Ohlin-Samuelson.

5. La croissance américaine sera affectée par les mesures mises en place pour lutter contre le réchauffement climatique. L’instauration d’une taxe carbone au Etats-Unis, en accroissant notamment le prix des carburants, réduira le budget que les ménages consacrent aux autres postes de dépenses. En revanche, de leur côté, la Chine et l’Inde émettent en des quantités toujours plus massives, mais toutes les deux sont réticentes à contraindre leur croissance par une fiscalité environnementale dans la mesure où les pays avancés d’aujourd’hui ne se sont pas imposés de telles contraintes lors de leur propre industrialisation.

6. La stabilisation des dettes publiques et privées pose une ultime contrainte sur la croissance américaine. Le désendettement des ménages atténue aujourd’hui la force de la reprise. Le retour de l’endettement public sur une trajectoire soutenable pèsera également sur le taux de croissance du PIB.

GRAPHIQUE  Taux de croissance du PIB réel par tête du meneur technologique (en %)

Robert-Gordon--croissance-americaine.png

Quel sera l’impact quantitatif de ces six tendances lourdes ? Pour répondre à cette question, Gordon va faire l’hypothèse que les innovations maintiendront la croissance du PIB réel par tête au même taux que celui observé au cours des deux décennies précédant 2007, c’est-à-dire annuellement 1,8 %, ce qui amène finalement l’auteur à supposer qu’une innovation devrait prochainement apparaître et avoir le même impact qu’internet sur la productivité. Malgré cette hypothèse optimiste, le retrait des baby boomers de la vie active ramène le taux de croissance à 1,6 %, puis l’échec de la scolarisation à 1,4 %. Si les inégalités poursuivent leur ascension, les 99 % des ménages les moins aisés verraient leur revenu s’accroître au taux de 0,9 % par an. La poursuite de la globalisation et la plus forte taxation des énergies amputeraient chacune d’entre elles ce chiffre de 0,2 points de croissance. Enfin, le désendettement des ménages, le relèvement des prélèvements obligatoires et la réduction des transferts de revenus ramèneraient le taux de croissance annuel du PIB réel par tête à 0,2 % (cf. graphique). Les 99 % des ménages les moins aisés verraient leur consommation réelle augmenter moins rapidement que le remboursement de leur dette.

 

Références Martin ANOTA

GORDON, Robert (2012a), « Is US economic growth over? Faltering innovation confronts the six headwinds », CEPR Policy Insight, n° 63.

GORDON, Robert (2012b), « Is US economic growth over? Faltering innovation confronts the six headwinds », in VoxEU.org, 11 septembre.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher