Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 22:02

Les analystes cherchent à déterminer l’écart de production (output gap), c’est-à-dire l’écart entre le niveau de la production courante et le niveau de la production potentielle, pour déterminer quelles mesures les autorités doivent adopter. Lorsque la production est en-deçà de son niveau potentiel, ce qui est le cas lorsque la demande globale est insuffisante, l’économie risque de basculer en récession, de voir le chômage augmenter et de connaître des tensions déflationnistes. Les autorités publiques doivent alors assouplir leurs politiques conjoncturelles pour stimuler la demande globale, et ce d’autant plus rapidement qu’une production durablement déprimée tend à réduire la production potentielle de l’économie via les effets d’hystérèse. Par contre, lorsque la production tend à dépasser son niveau potentiel, l’économie fait face à des pressions inflationnistes et la croissance finit par être contrainte par des goulots d’étranglement. Les autorités peuvent alors resserrer leurs politiques conjoncturelles pour freiner la demande globale et éliminer les pressions inflationnistes. Toutefois, le mieux dans une telle situation reste peut-être de mettre en œuvre des politiques d’offre, afin d’accroître les capacités de production, mais les effets d’une réforme structurelle sont plus lents à se révéler que ceux d’une politique conjoncturelle.

En pratique, il est toutefois difficile de déterminer quelle orientation (expansionniste ou restrictive) donner aux politiques conjoncturelles, en particulier en temps réel (1). Si dans la plupart des pays développés, un consensus a rapidement émergé lors de la récession en faveur de l’adoption d’un plan de relance budgétaire en vu de stimuler une demande globale manifestement déprimée et sortir les économies de la récession, l’orientation de la politique budgétaire a fait l’objet de plus profonds débats une fois la reprise mondiale amorcée au milieu de l’année 2009. Pour certains, après la stimulation de la demande globale, il était devenu nécessaire de stimuler l’offre via des réformes structurelles, et ce d’autant plus que la crise financière a pu déprimer la production potentielle, donc réduire bien plus amplement les output gaps que ne le suggéraient les estimations. En outre, la dette publique avait fortement augmenté suite à la Grande Récession, alimentant l’inquiétude quant à la soutenabilité de la dette publique. Fin 2009, la Grèce, puis d’autres pays-membres de la zone euro (les pays « périphériques »), ont commencé à connaître des tensions sur leurs marchés obligataires. L’ensemble des gouvernements, aussi bien dans la zone euro que dans ont alors resserré leur politique budgétaire en 2010 pour réfréner les tensions sur les marchés de la dette et éviter une contagion. Cette généralisation de l’austérité budgétaire semblait d’autant plus opportune que plusieurs études suggéraient alors qu’un niveau élevé de dette publique nuisait fortement à la croissance. Pour d’autres, le resserrement de la politique budgétaire de 2010 a été hâtif et contreproductif, en particulier dans la zone euro : la demande globale restait excessivement insuffisante et la production en-deçà de son niveau potentiel, si bien que les plans d’austérité budgétaire ont non seulement accru les coûts de la Grande Récession (que ce soit en termes de pertes de revenu ou en termes de chômage), mais également contribué à davantage accroître les ratios dette publique sur PIB. En d’autres termes, les politiques budgétaires auraient dû rester accommodantes, tant que le chômage restait à un niveau élevé et l’inflation à un faible niveau. 

Les estimations de l’écart de production de la zone euro sont toujours très différentes d’une étude à l’autre, mais beaucoup d’entre elles sont comprises entre -3 % et -2 %. Dans une récente étude publiée par la BCE, Marek Jarociński et Michele Lenza (2016) ont remis en question ce consensus. Puisque l’inflation tend à s’accélérer lorsque la production est supérieure à son potentiel et au contraire à décélérer lorsque la production est inférieure à son potentiel, les deux économistes ont observé les dynamiques de l’inflation de la zone euro pour déterminer le niveau de leur production potentiel et en déduire l’écart de production. Ayant en tête une relation de type courbe de Phillips reliant l’écart de production à l’inflation, ils utilisent un modèle factoriel dynamique bayésien de l’inflation sous-jacente et d’un ensemble d’indicateurs d’activité réelle. Ils étudient alors plusieurs scénarii en considérant différentes hypothèses.

Les différents scénarii que Jarociński et Lenza considèrent présentent la même datation des pics et des creux : l’écart de production s’est fortement élargi à partir de 2008, avant de commencer à se refermer dès l’année suivant, avant de s’élargir à nouveau et plus fortement en 2011. Par contre, les divers scénarii donnent des estimations différentes pour le niveau de l’écart de production (cf. graphique). En 2014-2015, l’écart de production était de -2 % selon les estimations les plus optimistes et de -6 % selon les estimations les plus pessimistes. Selon certains modèles, la croissance tendancielle n’a pas beaucoup changé au cours du temps et la récente lenteur de la croissance de la zone euro reflète la persistance d’un large écart de production. D’autres versions du modèle suggèrent au contraire que la croissance tendancielle a fortement décéléré dans la zone euro et que l’écart de production était proche de zéro en 2014.

GRAPHIQUE Estimations de l’écart de production de la zone euro (en % du PIB potentiel)

A combien s’élève l’écart de production de la zone euro ?

Afin de discriminer entre les différents scénarii, Jarociński et Lenza les ont classés selon la précision de leurs prévisions hors échantillon et en temps réel de l’inflation sous-jacente. Le modèle qui apparaît alors comme le plus précis dans la prévision de l’inflation au cours de la dernière décennie suggère que l’écart de production dans la zone euro s’est maintenu en moyenne à environ -6 % en 2014 et en 2015. Jarociński et Lenza en concluent qu’après la crise de la dette souveraine l’écart de production a été bien plus large que ne l’ont suggéré les estimations officielles. Autrement dit, la consolidation budgétaire amorcée en 2010 apparaît effectivement précipitée : les politiques conjoncturelles de la zone euro auraient dû rester accommodantes pour refermer l’écart de production et ainsi accélérer le reflux du chômage et dénouer les pressions déflationnistes. 

 

(1) D’une part, la production potentielle n'est pas directement observable, mais doit nécessairement faire l’objet d’estimations. Et surtout, les études ne s’appuient pas forcément sur la même définition de la production potentielle. Pour certains, il s’agit du niveau maximal que peut atteindre la production sans générer de pressions inflationnistes ; pour d’autres, il s’agit du niveau qu’atteindrait la production si les prix étaient pleinement flexibles, etc.

 

Référence

JAROCIŃSKI, Marek, & Michele LENZA (2016), « An inflation-predicting measure of the output gap in the euro area », BCE, working paper, n° 1966, septembre.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 21:54

Jusqu’à la fin des années deux mille, la croissance chinoise reposait étroitement sur les exportations. Ce modèle a certainement contribué à ce que la Chine connaisse pendant deux décennies une croissance exceptionnellement forte et voie son niveau de vie tripler. Suite à son accession à l’OMC, la Chine est rapidement devenue le premier exportateur au monde. La crise financière mondiale de 2008 a toutefois montré la fragilité de ce modèle de croissance : avec la chute de la demande dans le monde, les exportations chinoises ont chuté, freinant brutalement la croissance chinoise. A long terme, même en l’absence de crise mondiale, ce modèle de croissance aurait révélé ses limites. En effet, si la Chine a pu bénéficier de faibles coûts salariaux et ainsi produire et exporter des biens à bas coûts, c’est notamment parce qu’elle a bénéficié d’un large réservoir de main-d’œuvre inemployée en provenance des campagnes, mais ce réservoir n’est pas inépuisable : à mesure qu’il se tarit, les salaires sont poussés à la hausse, érodant l’avantage comparatif de la Chine à l’exportation. Beaucoup ont alors jugé nécessaire que l’économie chinoise se rééquilibre, c’est-à-dire connaisse tout un ensemble de transformations structurelles contribuant à ce que sa croissance économique soit plus soutenable à long terme ; les autorités chinoises ont elles-mêmes multiplié les mesures pour veiller à ce que le rééquilibrage s’opère sans heurts. C’est précisément sur ce processus de rééquilibrage que Longmei Zhang (2016) s’est récemment focalisé.

Zhang rappelle que les déséquilibres de l’économie chinoise s'expliquent notamment par son taux d’épargne exceptionnellement élevé. Il est l’un des plus élevé au monde et s’explique essentiellement par la forte épargne des ménages. Entre la fin des années soixante-dix et ces dernières années, le taux d’épargne des ménages est passé de 5 % à 40 %. Avec l’introduction de la politique de l’enfant unique à la fin des années soixante-dix, la fertilité a fortement diminué dans les villes, ce qui accrut l’épargne des ménages, comme ces derniers dépensaient moins pour leurs enfants et durent davantage épargner pour leur retraite. En outre, la hausse de l’épargne au niveau agrégé peut également s’expliquer par la hausse de la part de la population en âge de travail. Enfin, le surcroît d’épargne peut aussi répondre à un motif de précaution. Cela pourrait être notamment le cas après la réforme des soins au début des années quatre-vingt-dix, qui obligea les ménages à prendre en charge une plus grande part des dépenses de santé, ou encore avec la réforme des entreprises publiques à la fin des années quatre-vingt-dix, avec la fin de l’emploi à vie dans les entreprises publiques, qui réduisit la sécurité de l’emploi pour les travailleurs.

Cette tendance à générer une épargne excessive n'est pas sans conséquence pour l'économie mondiale. Lorsque l’épargne dépasse les besoins pour l’investissement domestique, elle tend à être exportée dans le reste du monde, ce qui se traduit par un excédent de compte courant pour le pays. Avant la crise financière mondiale, la forte épargne chinoise a pu contribuer aux déséquilibres globaux en alimentant l’excès mondial d’épargne (global saving glut) et par là même à nourrir la spéculation et la formation de bulles en poussant les taux d’intérêt mondiaux à la baisse. En outre, que ce soit à la veille de la crise financière mondiale ou bien suite à celle-ci, la persistance de larges excédents courants génère des pressions déflationnistes sur le reste du monde et conduit à déprimer la demande globale. La réduction des déséquilibres que provoque la Chine au niveau mondiale ne peut alors passer que par une forte croissance de sa demande domestique.

Après la crise financière mondiale, la Chine a peut-être fait quelques progrès en termes de rééquilibrage externe, mais au prix de plus grands déséquilibres du côté de la demande interne. En effet, l’excédent de compte courant de la Chine atteignait 10 % du PIB en 2007 ; il s’élevait autour de 2-3 % du PIB au cours des dernières années (cf. graphique 1). La contribution des exportations nettes à la croissance s’élevait à 2 % du PIB par an à la veille de la crise ; elle a fluctué autour de zéro ces dernières années. Bref, les exportations ne sont plus le principal moteur de la croissance chinoise ; c’est bien la demande domestique qui tire cette dernière.

GRAPHIQUE 1 Solde du compte courant et investissement de la Chine (en % du PIB)

Où en est le rééquilibrage de l’économie chinoise ?

Quelques progrès ont été réalisés dans la réorientation de la demande interne de l’investissement vers la consommation. L’investissement, qui contribuait déjà fortement à la croissance chinoise avant la crise financière mondiale a atteint des niveaux encore plus élevés après, notamment sous l’impulsion des amples plans de relance adoptés par les autorités chinoises (cf. graphique 1). L’investissement représente toujours 43 % du PIB, tandis que la consommation privée représente seulement 38 % du PIB, ce qui fait apparaître l'économie chinoise comme une anomalie statistique au regard des autres pays émergents et des pays développés (cf. graphique 2). Dans cette optique, les hausses salariales contribuent certes à dégrader la compétitivité des produits chinois sur les marchés internationaux (ce qui impose à l'économie chinoise de se rééquilibrer), mais elles contribuent aussi à stimuler la consommation (ce qui facilite le rééquilibrage de l'économie chinoise).

GRAPHIQUE 2 Formation brute de capital fixe et consommation privée dans les pays émergents et développés (en % du PIB)

Où en est le rééquilibrage de l’économie chinoise ?

Du côté du crédit, Zhong note une détérioration des déséquilibres : l’économie chinoise est encore plus dépendante du crédit qu’avant la crise financière mondiale. Si l’expansion du crédit par le passé a pu s’expliquer essentiellement par l’investissement, le fait qu’elle se soit récemment poursuivie à un rythme rapide alors même que l’investissement diminuait suggère que l’allocation du crédit a perdu en efficacité. L’intensité du crédit, qui correspond au montant de nouveaux prêts associé à chaque unité additionnelle de production, a plus que doublé depuis la crise financière mondiale. La détérioration de l’allocation du crédit est passée par le financement d’entreprises fragiles et notamment des entreprises publiques, qui financent la constitution de surcapacités dans la construction, la métallurgie, etc. Cette dynamique n’accroît pas seulement le risque de crise financière, elle fragilise davantage l’économie chinoise. Si une crise financière éclate, la croissance chinoise pourrait fortement décliner ; même si aucune crise financière n’éclate, la mauvaise allocation des ressources est susceptible de freiner la croissance à long terme et d’accréditer l’hypothèse que la Chine est susceptible de se retrouver piégée dans une trappe à revenu intermédiaire (middle-income trap), comme plusieurs pays émergents à forte croissance ont pu le faire par le passé.

GRAPHIQUE 3 Indice de Gini en Chine, avant et après redistribution

Où en est le rééquilibrage de l’économie chinoise ?

Les progrès ont été également nuancés en ce qui concerne l’environnement et les inégalités. L’intensité énergétique de la production a chuté, mais la pollution de l’air reste particulière forte dans les villes. L’indice de Gini était passé en Chine de 0,3 à 0,53 entre les années quatre-vingt et 2013, si bien qu’il atteignait l’un des niveaux les plus élevés au monde. Les inégalités de revenu demeurent encore particulièrement fortes, malgré la hausse régulière de la part du revenu rémunérant le travail. La politique budgétaire reste peu redistributive, dans la mesure où l’indice de Gini après redistribution n’est guère différent de l’indice de Gini avant redistribution (cf. graphique 3). Peut-être que le creusement des inégalités a pu contribuer à la croissance chinoise il y a quelques décennies, notamment pour financer l'accumulation du capital ; mais leur maintien, aujourd'hui, à un niveau élevé est susceptible de freiner la transition vers un modèle de croissance fondé sur la consommation des ménages.

GRAPHIQUE 4 Variation de la part de l'industrie dans le PIB (en % du PIB) dans les années qui suivent son pic

Où en est le rééquilibrage de l’économie chinoise ?

Par contre, Zhang note que le rééquilibrage de l’économie chinoise a été particulièrement prononcé du côté de l’offre. Comme les pays développés par le passé, la Chine a commencé à se désindustrialiser lorsque son niveau de vie a atteint environ 9.000 dollars américains (aux prix internationaux de 1990), le part de l’industrie dans la production nationale ayant atteint son pic en 2011. Depuis 2012, la part nominale de l’industrie a régulièrement diminué en Chine, à peu près au même rythme qu’elle l’avait fait dans les pays développés lorsqu’ils amorcèrent leur désindustrialisation (cf. graphique 4). Ce déclin s’explique tout particulièrement par l’effet-prix, puisque la baisse de la part réelle de l’industrie a été bien plus modeste. La part des emplois industriels dans l’ensemble des emplois a également atteint un pic en 2012 et diminue régulièrement depuis. Selon Zhang, l’essor de la consommation va contribuer au développement du secteur tertiaire ; et la tertiarisation de l'économie chinoise contribue en retour à l’essor de la consommation en alimentant les revenus du travail.

 

Référence

ZHANG, Longmei (2016), « Rebalancing in China––Progress and prospects », FMI, working paper, n° 16/183, septembre.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher