Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 22:06

Ces dernières décennies, la mondialisation des échanges, marquée par l’essor des pays émergents, et le progrès techniques, notamment la révolution informatique, sont à l’origine de profonds changements structurels au sein des économies avancées et y ont immanquablement transformé l’emploi. Or, depuis les années soixante-dix, les économies avancées connaissent également un élargissement des inégalités de revenu et, pour plusieurs d’entre elles, un chômage persistant, si bien que de nombreuses études ont suggéré que ceux-ci trouvaient finalement une explication, ne serait-ce que partielle, dans le commerce extérieur et le changement technologique.

D’une part, le progrès technique a pu être biaisé en défaveur du travail peu qualifié : en accroissant les besoins en capital humain et en permettant aux entreprises d’automatiser les tâches de production routinières qui étaient traditionnellement réalisées par les travailleurs de qualification intermédiaire, les nouvelles technologies auraient augmenté la demande pour la main-d’œuvre qualifiée. D’autre part, l’intégration des pays émergents dans le commerce international est quant à elle susceptible d’avoir déprimé les salaires et accéléré les destructions d’emplois dans les pays avancés. Non seulement les produits des pays émergents, plus complétifs en raisons de leur faible coût du travail, viennent directement concurrencer les produits des pays avancés, mais les entreprises des seconds sont aussi amenées à délocaliser une partie de leur production dans les premiers, en l’occurrence celle intensive en main-d’œuvre peu qualifiée. Si l’ouverture au commerce international tend à diminuer les inégalités internationales en profitant aux travailleurs peu qualifiés des pays en développement, elle risque en revanche d’accroître les inégalités au sein des pays avancés en dégradant les salaires et l’emploi des moins qualifiés au sein des pays développés. Au final, la mondialisation et le progrès technique sont susceptibles d’avoir polarisé les marchés du travail et exacerbé les inégalités salariales au profit des travailleurs les plus qualifiés, tout en exposant toujours plus fortement les travailleurs les moins qualifiés au chômage. 

David H. Autor, David Dorn et Gordon H. Hanson (2013) ont décomposé le territoire des Etats-Unis en 722 zones d’emplois. Ils ont ensuite cherché à distinguer l’impact que le commerce international et le progrès technologique ont pu respectivement avoir sur l’emploi dans chacune d’entre elles entre 1990 et 2007, une période où la concurrence chinoise s’est particulièrement accrue : la part des biens importés de Chine parmi l’ensemble des achats américains de biens est en effet passée de 0,2 % en 1987 à 4,8 % en 2007. L’analyse suggère que les marchés du travail dont la composition sectorielle les expose à la concurrence chinoise connaissent des chutes significatives de l’emploi, en particulier pour l’industrie manufacturière et pour les travailleurs non diplômés. Aux Etats-Unis, la concurrence étrangère a donc effectivement eu tendance à accroître le chômage de ces derniers.

L’exposition au changement technologique semble au contraire neutre pour le niveau d’emploi. En effet, les marchés du travail qui connaissent un processus d’informatisation ne connaissent aucun déclin de l’emploi. En revanche, ces mêmes marchés du travail connaissent une polarisation significative des emplois, aussi bien dans les secteurs manufacturiers que non manufacturiers : les emplois de tâches routinières et les emplois de bureau sont l’objet d’une destruction accélérée, tandis que les emplois cognitifs (managers, techniciens, etc.) et les emplois intensifs en tâches manuelles connaissent une forte croissance. Les emplois hautement qualifiés (donc très rémunérés) et les emplois non qualifiés (donc peu rémunérés) ont ainsi connu une expansion au détriment des emplois moyennement qualifiés. Autrement dit, le progrès technique semble bel et bien avoir contribué à la hausse des inégalités salariales aux Etats-Unis et les auteurs suggèrent qu'une telle dynamique est également à l'oeuvre dans les autres pays avancés.

Autor et alii constatent enfin que les effets des échanges internationaux et du progrès techniques sur l’emploi ont profondément varié au cours du temps. Durant les années deux mille, les répercussions du commerce international se sont devenues plus amples avec l’accélération des importations de produits chinois. Sur la même période, les répercussions de la technologie sur la composition de l’emploi se sont diluées dans l’industrie manufacturière, tandis qu’elles s’intensifiaient dans les secteurs non manufacturiers, ce qui suggère une informatisation de plus en plus poussée du traitement de l’information au sein de ces derniers. 

 

Références

AUTOR, David H., David DORN & Gordon H. HANSON (2013), « Untangling trade and technology: Evidence from local labor markets », NBER working paper, n° 18938, avril.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher