Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2018 4 19 /04 /avril /2018 19:33
Comment se répartissent les revenus en France ?

Bertrand Garbinti, Jonathan Goupille-Lebret et Thomas Piketty (2018) ont cartographié la répartition du revenu avant impôt en France de la période allant de 1900 à 2014, ce qui leur a permis de préciser comment les inégalités de revenu ont évolué à long terme.

GRAPHIQUE 1  Revenu moyen par adulte en France (en euros de 2014)

 

Leurs données confirment que le revenu moyen par adulte a fortement augmenté depuis le début du vingtième siècle : il a été multiplié par 7 entre 1900 et 2014 en passant de 5.000 à 35.000 euros (cf. graphique 1). Cette croissance des revenus a toutefois été loin d’être régulière ; elle s’est essentiellement réalisée au cours des Trente glorieuses, en l’occurrence entre 1945 et 1980. En effet, le revenu moyen par adulte a décliné de 0,1 % par an entre 1900 et 1945 ; il a augmenté de 3,7 % par an au cours des décennies qui ont immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale ; puis, entre 1980 et 2014, il a augmenté plus lentement, en l’occurrence au rythme de 0,9 % par an. C’est essentiellement la même évolution qui a été observée dans les autres pays européens et au Japon et, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

GRAPHIQUE 2  Parts du revenu national détenues en France par les…

En 2014, les 50 % les plus modestes détenaient un revenu moyen de 16.000 euros, soit la moitié du revenu moyen de l’ensemble de la population ; ils détenaient 23 % de l’ensemble du revenu national (cf. graphique 2). Les « classes moyennes » (en l’occurrence les personnes qui ne font partie ni des 50 % les plus modestes, ni des 10 % les plus rémunérés) avaient un revenu moyen de 39.000 euros et détenaient environ 45 % du revenu national. Les 10 % les plus riches avaient un revenu moyen de 110.000 euros, c’est-à-dire 3,2 fois plus élevé que le revenu moyen de la population, et détenaient environ 32 % du revenu national. Parmi eux, les 1 % les plus riches avaient un revenu moyen de 374.200 euros et détenaient 11 % du revenu national.

GRAPHIQUE 3  Part du revenu national détenue en France par les 1 % les plus rémunérés

Le plus grand bouleversement qu’a connu la répartition des revenus en France au cours du vingtième siècle a été la hausse de la part du revenu national allant aux 50 % les plus modestes et aux classes moyennes, autrement dit la baisse de la part du revenu national allant aux 10 % les plus rémunérés. Alors qu’elle atteignait plus de 50 % à la veille de la Première Guerre mondiale, la part du revenu national rémunérant les 10 % les plus riches a chuté pour atteindre légèrement plus de 30 % en 1945. Les inégalités ont augmenté jusqu’en 1968, lors de la période de reconstruction, pour ensuite fortement baisser à nouveau jusqu’en 1983. Cette baisse des inégalités de revenu s’explique, d’une part, par la chute des inégalités salariales, notamment avec les fortes revalorisations du salaire minimum dans le sillage de mai 1968 qui ont soutenu les bas salaires, et, d’autre part, par la baisse de la part du revenu rémunérant le capital. Durant les Trente glorieuses, en l’occurrence entre 1950 et 1983, les revenus ont augmenté plus rapidement parmi les 95 % les plus modestes que parmi les 5 % les plus rémunérés : le revenu des premiers augmentait au rythme de 3,5 % par an, contre 1,8 % pour les seconds, ce qui s’est traduit par un resserrement de l’éventail des revenus.

GRAPHIQUE 4  Part du revenu national détenue en France par les 0,1 % les plus rémunérés

Le début des années quatre-vingt marque un profond changement de tendance, puisque depuis la part détenue par les plus hauts revenus a eu tendance à augmenter. C’est en particulier le cas de la part du revenu national rémunérant les 1 % les plus rémunérés : entre 1983 et 2007, elle a augmenté de plus de 50 %, en passant de moins de 8 % à plus de 12 % (cf. graphique 3). Plus on zoome sur le sommet de la répartition des revenus, plus la hausse de la part détenue par les hauts revenus apparaît importante. La part des hauts revenus a légèrement diminué dans le sillage de la crise financière mondiale de 2008, mais elle reste bien plus élevée qu’au début des années quatre-vingt : entre 2008 et 2013, la part du revenu national rémunérant les 1 % les plus rémunérés a fluctué entre 10 % et 12 %. Au final, la hausse de la part des hauts revenus en France depuis les années quatre-vingt a beau être moins ample que celle observée aux Etats-Unis (où elle a atteint environ 20 %), elle reste spectaculaire.

GRAPHIQUE 5  Croissance réelle cumulée des revenus en France selon le centile dans la répartition (en %)

Entre 1983 et 2014, le revenu moyen par adulte a augmenté de 35 % en termes réels. La croissance cumulée n’a pas été la même d’une classe de revenus à l’autre (cf. graphique 5). Par exemple, entre 1983 et 2014, les 50 % les plus modestes ont vu leur revenu augmenter de 30 % en moyenne, les classes moyennes ont vu le leur augmenter de 27 % et les 10 % les plus riches de 50 %. En fait, ce sont surtout les 5 % les plus rémunérés qui ont vu leur revenu fortement augmenter : entre 1983 et 2014, le revenu des 5 % les plus riches a augmenté au rythme de 3 % par an environ, contre 1 % pour les 95 % les plus modestes. Par conséquent, les 1 % les plus rémunérés ont vu leur revenu augmenter de 100 %, c’est-à-dire doubler ; les 0,1 % les plus rémunérés ont vu le leur augmenter de 160 %. Au final, entre 1900 et 1950, les 50 % les moins rémunérés avaient capté 34 % de la croissance économique, contre 7 % pour les 10 % les plus rémunérés ; entre 1983 et 2014, les 50 % les moins rémunérés ont capté 22 % des fruits de la croissance, contre 42 % pour les 10 % les plus rémunérés et même 21 % pour les 1 % les plus rémunérés. 

GRAPHIQUE 6  Composition du revenu selon le niveau de revenu en 2012

L’accroissement des inégalités de revenu à partir du début des années quatre-vingt s’explique par l’augmentation tant des hauts revenus du travail que des hauts revenus du capital. La hausse des plus hauts revenus du capital s’explique, d’une part, par la hausse de la part du revenu national rémunérant le capital et, d’autre part, par l’accentuation de la concentration du patrimoine entre les mains des plus riches.  Or, c’est souvent les mêmes personnes qui gagnent à la fois les plus hauts revenus du travail et les plus hauts revenus du capital ; c’est le cas des dirigeants des plus grosses entreprises, qui bénéficient de bonus élevés et de nombreuses stock-options. Toutefois, la corrélation entre richesse et revenu du travail a eu tendance à changer ces dernières décennies : il est de plus en plus difficile d’accéder aux rangs des plus grandes propriétaires de patrimoine avec le seul revenu du travail. Dans la mesure où ce sont parmi les 5 % et surtout les 1 % les plus rémunérés que les revenus ont le plus fortement augmenté, Garbinti et ses coauteurs doutent que l’accroissement des inégalités s’explique par le progrès technique et les modifications de l’offre et de la demande de travail qualifié ; ils mettent plutôt l’accent sur les facteurs institutionnels, notamment la gouvernance d’entreprise, la désyndicalisation et le déclin des processus de négociation collective, ainsi que la baisse des taux marginaux d’imposition des hauts revenus. 

GRAPHIQUE 7  Inégalités de revenu versus inégalités de patrimoine en France

La baisse des inégalités de revenu à long terme s’explique essentiellement par la chute des revenus du capital ; ces derniers n’ont pas retrouvé le niveau qu’ils atteignaient avant la Première Guerre mondiale. Les conflits, mais aussi des mesures fiscales comme l’impôt sur le revenu et la taxation de la transmission de patrimoine ont réduit le volume et la concentration du patrimoine. A long terme, les inégalités de revenu du travail n’ont que peu diminué. Depuis le début du vingtième siècle, les plus modestes et les classes moyennes tirent l’essentiel de leurs revenus du revenu du travail ; ce sont essentiellement les plus hauts revenus qui gagnent les revenus du capital et ces derniers constituent effectivement l’essentiel de leurs revenus (cf. graphique 6). Le revenu du capital a toujours été plus concentré que le revenu du travail ; les 10 % les plus rémunérés dans la répartition du revenu du travail ont toujours capté entre 25 % et 30 % du revenu du travail total, tandis que les 10 % de ceux qui gagnent les plus hauts revenus du capital détiennent une part entre deux ou trois fois plus élevé du revenu du capital total (cf. graphique 7). En outre, le revenu du capital est plus concentré que le patrimoine, notamment parce que la détention d’actifs à haut rendement comme les actions est plus concentrée que la détention d’actifs à faible rendement tels que les obligations ou l’immobilier.

GRAPHIQUE 8  Ratio entre le revenu des hommes sur celui des femmes selon l’âge en France 

L’analyse de Garbinti et alii éclaire également les inégalités de revenu entre hommes et femmes. Même si elles restent encore plus élevées, les inégalités de revenu du travail entre les sexes ont eu tendance à décliner ces dernières décennies (cf. graphique 8), mais plus lentement parmi les plus hauts revenus du travail. Les femmes représentaient 12 % des personnes situées par les 0,1 % des plus hauts revenus, contre 7 % en 1994 et 5 % en 1970. 

GRAPHIQUE 9  Part du revenu national détenue par les 1 % les plus rémunérés en France et aux Etats-Unis

Enfin, Garbinti et ses coauteurs ont comparé la dynamique des inégalités de revenue en France avec celle que l’on observe aux Etats-Unis (cf. graphique 9). Au début du vingtième siècle, elles étaient à peu près au même niveau et ont connu par la suite une évolution du même profil, en l’occurrence celle d’un U. Au milieu des années soixante-dix, la part du revenu national détenue par les 1 % les plus rémunérés était à peu près la même des deux côtés de l’Atlantique. Dès la fin des années soixante-dix, elle augmentait aux Etats-Unis, tandis qu’elle poursuivait sa baisse en France, du moins initialement ; ce n’est qu’au début des années quatre-vingt qu’elles tendent également à augmenter en France, mais leur hausse est bien moins prononcée qu’aux Etats-Unis. En 2012, les 1 % les plus rémunérés captaient une part deux fois plus élevée du revenu national aux Etats-Unis qu’en France. Aujourd’hui, le revenu moyen par adulte a beau être 30 % plus faible en France qu’aux Etats-Unis, le revenu avant impôt moyen parmi les 50 % les plus modestes est plus élevé en France qu’aux Etats-Unis. 

 

Références

GARBINTI, Bertrand, Jonathan GOUPILLE-LEBRET & Thomas PIKETTY (2016), « Accounting for wealth inequality dynamics: Methods, estimates and simulations for France (1800-2014) », WIID, working paper.

GARBINTI, Bertrand, Jonathan GOUPILLE-LEBRET & Thomas PIKETTY (2018), « Income inequality in France, 1900-2014: Evidence from distributional national accounts (DINA) », Banque de France, document de travail, n° 677.

Observatoire des inégalités (2017), « Combien gagnent les très riches ? », 17 mars.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 18:16
Le capitalisme, les inégalités et la Première Guerre mondiale

Plusieurs publications, notamment les travaux de Thomas Piketty, ont récemment souligné le rôle que les conflits modernes ont pu jouer dans la réduction des inégalités de revenu et de patrimoine en particulier dans la première moitié du vingtième siècle : cette réduction serait en l’occurrence passée par la destruction des actifs physiques, notamment des logements, par la hausse des impôts en vue de financer la guerre, par l’hyperinflation et par la nationalisation de la propriété. Si les origines de la Première Guerre mondiale font actuellement l’objet de nombreuses publications, peu d’entre elles évoquent la possibilité que la causalité puisse aller dans l’autre sens, c’est-à-dire que la hausse des inégalités de revenu et de richesses ait pu être à l’origine du conflit.

Pourtant, plusieurs travaux en économie ont pu affirmer par le passé, notamment avant même le début du conflit, que les forces économiques qui étaient alors à l’œuvre rendaient celui-ci inévitable. C’est le cas de l’ouvrage de John Hobson (1902). Selon ce dernier, les inégalités de revenu dans les pays développés capitalistes, en particulier en Angleterre, avaient pour contrepartie une tendance séculaire à la sous-consommation. Comme les plus modestes et les classes moyennes manquaient de pouvoir d’achat, ces économies généreraient un excès d’épargne relativement aux investissements rentables qui existaient en leur sein. Les propriétaires de capital financier ont alors cherché des débouchés plus profitables pour leurs investissements et ils les trouvèrent à l’étranger, là où la productivité marginale du capital était plus forte, en raison même du manque local de capital : soit ils prêtèrent aux gouvernements étrangers en achetant leurs titres, soit ils procédèrent à des investissements directs à l’étranger. Aucun de ces investissements n’était toutefois sûr dans la mesure où ils étaient réalisés dans des territoires éloignés où, de surcroît, les droits de propriété étaient moins protégés que dans les pays développés. Les capitalistes ont donc cherché à sécuriser leurs investissements en s’appuyant sur le pouvoir étatique, soit en menaçant les gouvernements étrangers de l’usage de la force militaire s’ils ne remboursaient pas leur dette, soit en conquérant directement les territoires pour y faire appliquer les règles de la métropole, notamment en matière de droit de propriété.

L’analyse de Hobson inspira, dans les deux décennies qui suivirent sa publication, de nombreuses analyses, souvent d’obédience marxiste. Vladimir Lénine (1917) estimait que c’était la chute tendancielle du taux de profit dans les économies avancées du monde capitaliste, davantage que la répartition inégalitaire des revenus, qui était à l’origine de la quête de marchés étrangers. Rudolf Hilferding (1910) a suggéré que la baisse tendancielle du taux de profit se traduisait par la consolidation des marchés nationaux et par l’apparition de cartels domestiques qui tiraient leur profit en obtenant des tarifs protectionnistes sur des territoires périphériques toujours plus larges, ce qui générait en retour une demande pour le centre. Pour sa part, Rosa Luxembourg (1913) estimait que, dans la mesure où le capitalisme ne parvenait pas à écouler la totalité des biens produits de façon rentable en raison du manque de demande de la part des plus pauvres, il devait rechercher en permanence et conquérir des marchés non capitalistes à l’étranger ; autrement dit, elle considérait que la survivance de territoires dotés d’un régime précapitaliste était nécessaire à l’expansion du capitalisme.

Si la thèse selon laquelle la Première Guerre mondiale trouverait ses origines dans la propension du capitalisme à devenir impérialiste a continué de recevoir un certain écho par la suite, par exemple dans l’ouvrage de Samir Amin (1974), elle a par contre été délaissée par les économistes et les historiens ces dernières décennies. Branko Milanovic (2016) a quelque peu remis au goût du jour cette théorie en se focalisant sur le rôle que le niveau élevé des inégalités a pu jouer dans l’émergence du conflit. Selon l’explication endogène de la guerre qu’il a par là même avancée, la logique interne des sociétés capitalistes fortement inégalitaires au début du vingtième siècle prédisposèrent celles-ci à l’impérialisme et ce dernier provoqua la guerre.

Thomas Hauner, Branko Milanovic et Suresh Naidu (2017) ont cherché à juger de la pertinence de la thèse de Hobson-Lénine. Ils confirment tout d’abord que les inégalités s’élevaient à des niveaux historiquement élevés dans l’ensemble des pays avancés qui ont participé au conflit (cf. graphique 1). Par exemple, en Angleterre, aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, au Japon et en Italie, le coefficient de Gini était compris entre 46 et 55 points. La Grande-Bretagne, qui constituait le pays le plus riche, était aussi, parmi cet ensemble de pays, le plus inégalitaire. Il n’est pas impossible que la répartition du revenu était au Royaume-Uni aussi inégalitaire qu’elle l’est actuellement en Amérique latine.

GRAPHIQUE 1  Les inégalités de revenu entre 1860 et 1910

La répartition du patrimoine était encore plus inégalitaire (cf. graphique 2. Au Royaume-Uni, les 1 % les plus riches détenaient environ 70 % de la richesse nationale et cette part est restée relativement stable sur un quart de siècle. En France, les 1 % les plus riches détenaient une moindre part de la richesse nationale, mais cette part a eu tendance à augmenter ; elle atteignait environ 55-56 % à la veille de la Première Guerre mondiale. La part de la richesse nationale détenue par les 1 % les plus riches était plus faible aux Etats-Unis que dans les pays européens ; elle s’élevait à environ 44 % à la veille du conflit.

GRAPHIQUE 2  La part de la richesse totale détenue par les 1 % les plus riches en France et au Royaume-Uni (en %)

Hauner et ses coauteurs ont décelé d’autres preuves empiriques confortant la thèse de Hobson-Lénine. Par exemple, les détentions nettes d’actifs étrangers ont augmenté, de façons absolue et relative, à la veille du conflit, mais aussi que ces actifs étaient presque entièrement détenus par les plus aisés ; les rendements étrangers apparaissent plus élevés que les rendements domestiques, une fois qu’on les ajuste en fonction du risque, ce qui explique pourquoi les plus riches étaient incités à investir à l’étranger ; l’établissement d’un contrôle politique direct diminuait le degré de risque des actifs étrangers ; l’accroissement des inégalités était associé à une plus grande part des actifs étrangers dans le PIB ; les pays qui possédaient le plus d’actifs étrangers, en pourcentage de leur PIB, disposaient des plus grandes armées. Bref, tous les ingrédients pour qu’éclate le conflit étaient en place et étaient clairement associés à une logique économique. Surtout, les ingrédients des guerres semblent effectivement résidaient au sein même des sociétés capitalistes : les inégalités domestiques sont susceptibles d’alimenter les guerres à l’étranger.

 

Références

AMIN, Samir (1974), L’Accumulation à l’échelle mondiale.

HAUNER, Thomas, Branko MILANOVIC & Suresh NAIDU (2017), « Inequality, foreign investment, and imperialism », MPRA, paper, n° 83068.

HILFERDING, Rudolf (1910), Le Capital financier.

HOBSON, John A. (1902), Imperialism: A Study.

LENINE, Vladimir (1917), L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme.

LUXEMBURG, Rosa (1913), L’Accumulation du capital.

MILANOVIC, Branko (2016), Global Inequality: A New Approach For the Age of Globalization, Harvard University Press.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 15:26
Les inégalités de richesse augmentent-elles quand r > g ?

Plusieurs études suggèrent que les inégalités de patrimoine ont suivi une évolution en U au cours du vingtième siècle : initialement élevées, elles ont décliné, avant de s’accroître à nouveau ces dernières décennies (cf. graphique 1). Thomas Piketty (2013) met l’accent sur deux variables pour expliquer la dynamique des inégalités de richesse : le rendement sur le capital (r) et le taux de croissance économique (g). En l’occurrence, les inégalités de patrimoine auraient tendance à se creuser lorsque r est supérieur à g. En effet, la part du revenu rémunérant le capital aurait alors tendance à augmenter (autrement dit, la part du revenu rémunérant le travail tendrait à diminuer) et le ratio patrimoine sur revenu à augmenter. Comme les revenus du capital sont plus concentrés entre les mains des hauts revenus que les revenus du travail, alors cette déformation du partage du revenu national se traduit par une hausse des inégalités interpersonnelles de revenu.

GRAPHIQUE 1  Parts du patrimoine nationale détenues respectivement par les 10 % et les 1 % les plus riches en Europe et aux Etats-Unis

 

source : Piketty (2013)

Ce sont précisément une déformation du partage de la valeur ajoutée au détriment du travail et une hausse du ratio richesses sur revenu que les pays développés ont connu ces dernières décennies [Piketty et Zucman, 2013]. Selon Piketty, l’écart entre r et g a eu tendance à se creuser ces dernières décennies en raison de la hausse des prix d’actifs (qui a directement contribué à accroître le rendement des actifs) et le ralentissement de la croissance de la productivité et de la population (qui déprime directement la croissance économique) ; cet écart devrait continuer de se creuser (et donc les inégalités continuer d’augmenter) dans la mesure où ces dynamiques sont susceptibles de se poursuivre.

GRAPHIQUE 2  Rendement du capital et taux de croissance au niveau mondial 

source : Piketty (2013)

La thèse de Piketty a rencontré plusieurs critiques. Toutefois, très peu de travaux empiriques ont été réalisés pour vérifier la relation entre, d’une part, les inégalités et, d’autre part, l’écart entre r et g. Cela s’explique notamment par l’absence de données sur les inégalités et les rendements des actifs qui remontent suffisamment loin dans le passé, mais aussi par les difficultés à construire une mesure composite de r qui inclut toutes les classes d’actifs. Piketty estime que l’écart entre r et g a été positif et relativement constant entre l’antiquité et le début du vingtième siècle, ce qui expliquerait pourquoi le ratio patrimoine sur revenu et les inégalités de richesse étaient élevés il y a un siècle (cf. graphique 2). Mais, selon Jacob Madsen (2017), ces estimations reposent sur un nombre limité d’observations et des hypothèses fragiles.

Daron Acemoglu et James Robinson (2015) et Carlos Goes (2016) ont testé les conclusions de Piketty et leur analyse les a amenés à les rejeter. D’un côté, Acemoglu et Robinson ne sont pas parvenus à montrer que la part du revenu captée par les 1 % les plus riches variait dans le sens de l’écart entre r et g, si bien qu’ils en ont conclu que les inégalités dépendaient d’autres facteurs que l’écart entre r et g, notamment des institutions (1). De l’autre, Goes a constaté que la part du revenu rémunérant le capital variait dans le sens inverse de l’écart entre r et g dans les trois quarts de son échantillon de données. Mais ces deux études reposent également, selon Madsen, sur des ensembles de données fragiles.

Madsen a donc cherché à construire une base de données de très long terme pour étudier si les inégalités de richesse et de revenu ont été influencées par l’écart entre r et g. En l’occurrence, il s’est penché sur les données relatives à la Grande-Bretagne pour la période s’étalant entre 1210 et 2013. Il a déterminé les rendements d’actifs comme étant les rendements réels moyens du capital fixe non résidentiel, des terres agricoles, de l’immobilier, de la dette publique, des actifs étrangers nets, de l’or, de l’argent, des bâtiments de ferme et du bétail, en pondérant chacune de ces classes d’actifs en fonction de sa part dans le patrimoine total.

GRAPHIQUE 3  Rendement des actifs (r) et croissance économique (g)

source : Madsen (2017)

Madsen tire de son analyse trois principaux résultats. Premièrement, il identifie trois grandes vagues dans l’évolution de r et de l’écart r-g au cours des huit derniers siècles en Grande-Bretagne (cf. graphique 3) ; celles-ci semblent en l’occurrence coïncider avec des vagues similaires dans le ratio richesses sur revenu et les inégalités (cf. graphiques 4 et 5). Ces vagues résultent des luttes politiques entre capitalistes, propriétaires terriens et travailleurs, mais aussi de chocs majeurs tels que des guerres et des épidémies, divers facteurs qui se sont traduits par des épisodes d’inflation et de déflation, des variations des tarifs douaniers et des fluctuations des prix alimentaires. A très long terme, toutefois, le ratio richesses sur revenu et la part du revenu rémunérant le capital semblent converger vers des valeurs constantes, comme le suggèrent plusieurs modèles de croissance. Ce dernier résultat est cohérent avec la conjecture de Piketty selon laquelle la faiblesse des inégalités que l’on a pu observer dans une grande partie du vingtième siècle constituait un phénomène temporaire et que les économies avancées pourraient converger à l’avenir vers un niveau élevé d’inégalités.

GRAPHIQUE 4  Croissance du ratio richesses sur revenu

source : Madsen (2017)

Deuxièmement, une grande fraction de r résulte des gains en capital réels sur les biens non reproductibles et ceux-ci se sont révélés être un déterminant crucial des inégalités depuis 1210 ; ce fut notamment le cas avec la hausse de la demande de terres dans un contexte d’offre de terres inélastiques lors des périodes de forte croissance de la population.

GRAPHIQUE 5  Part du revenu rémunérant le capital

source : Madsen (2017)

Troisièmement, Madsen conclut de son analyse que r et g constituent des déterminants significatifs et robustes derrière l’évolution du ratio richesses sur patrimoine et la part du revenu rémunérant le capital. En l’occurrence, leurs effets ont joué dans le sens prédit par la théorie de Piketty.

 

(1) Piketty n’affirme toutefois pas que l’évolution des inégalités de richesse s’explique uniquement par l’écart entre g et r. Il considère que les inégalités de patrimoine et les ratios richesses sur revenu ont décliné dans les pays développés au début du vingtième siècle notamment en raison des guerres mondiales et de politiques défavorables au capital. Il considère ainsi que les institutions jouent un rôle important pour contraindre et stimuler l’accumulation de patrimoine.

 

Références

ACEMOGLU, Daron, & James ROBINSON (2015), « The rise and decline of general laws of capitalism », in Journal of Economic Perspectives, vol. 29, n° 1.

GOES, Carlos (2016), « Testing Piketty's hypothesis on the drivers of income inequality: Evidence from panel VAR heteregenous dynamics », FMI, working paper, n° 16/160.

MADSEN, Jakob B. (2017), « Is inequality increasing in r - g? Piketty’s principle of capitalist economics and the dynamics of inequality in Britain, 1210-2013 », CAMA, working paper, n° 63/2017, octobre.

PIKETTY, Thomas (2013), Le Capital au XXIe siècle.

PIKETTY, Thomas, & Gabriel ZUCMAN (2013), « Capital is back: Wealth-income ratios in rich countries 1700-2010 », Paris School of Economics, 26 juillet.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 08:48
Dans quelle mesure l’investissement dans les infrastructures réduit-il les inégalités de revenu ?

Diverses tendances ont marqué les pays développés ces dernières décennies. D’un côté, plusieurs d’entre eux, en particulier les pays anglo-saxons, ont connu une hausse des inégalités de revenu et de richesse depuis les années soixante-dix. De nombreux facteurs ont été avancés pour expliquer cette détérioration dans le partage du revenu, notamment le progrès technique, la mondialisation commerciale, la financiarisation des économies, le recul du pouvoir syndical, la moindre progressivité de l’impôt, etc. Or, selon plusieurs études, notamment celles réalisées par Jonathan Ostry et alii (2014) et par Era Dabla-Norris et alii (2015), une hausse des inégalités est susceptible de freiner la croissance à long terme.

De l’autre, plusieurs pays développés ont connu ces dernières décennies une détérioration de leurs infrastructures publiques,  notamment en raison d’un sous-investissement de la part de l’Etat et des collectivités locales. Suite à la crise financière, plusieurs gouvernements ont privilégié les coupes dans les dépenses publiques d'investissement en embrassant l'austérité budgétaire. Or, une baisse de l’investissement public dans les infrastructures peut aussi bien freiner l’activité à court terme que dégrader le potentiel de croissance à long terme [FMI, 2014].

Emma Hooper, Peters Sanjay, Patrick Pintus (2017) sont allés plus loin en cherchant à relier ces deux tendances en cherchant à mettre en évidence une éventuelle relation entre les dépenses publiques dans les infrastructures et les inégalités de revenu. Pour cela, ils ont étudié des données de panel relatives aux différents Etats fédéraux composant les Etats-Unis au cours de la période s’étalant entre 1950 et 2010. Ils mettent effectivement en évidence une corrélation négative entre, d’une part, la croissance des dépenses consacrées à l’enseignement supérieur et au réseau autoroutier et, d’autre part, une mesure des inégalités de revenu, en l’occurrence l’indice de Gini. Or, causalité ne signifie pas nécessairement causalité ; et s’il y a une relation causale entre ces deux variables, elle peut a priori aussi bien aller dans un sens que dans un autre. En effet, il est possible que la hausse des inégalités amène les Etats fédéraux à accroître les revenus de transfert et, pour cela, à réduire l’investissement dans les infrastructures.

Hooper et alii constatent que le taux de croissance annuel des dépenses consacrées à l’enseignement supérieur et au réseau autoroutier au cours d’une décennie donnée est négativement corrélé avec l’indice de Gini à la fin de cette même décennie, ce qui suggère un effet causal allant des investissements dans les infrastructures aux inégalités de revenu. Cet effet est particulièrement fort pour les 40 % des ménages les plus modestes. En outre, l’analyse suggère que l’investissement dans le réseau autoroutier réduit plus amplement les inégalités de revenu que l’investissement dans l’enseignement supérieur, peut-être parce qu’une plus large partie de la population est susceptible d’utiliser les autoroutes que d’accéder à l’enseignement supérieur.

Ces résultats ont de profondes implications pour la conduite de la politique économique. Les pays développés connaissent actuellement une faible reprise et leur potentiel de croissance à long terme a été régulièrement revu à la baisse depuis la crise financière mondiale. Dans ce contexte de faible croissance et de faibles taux d’intérêt, il apparaît justifié pour leurs gouvernements de s’appuyer sur l’investissement public dans les infrastructures, aussi bien pour réduire les inégalités, stimuler la reprise à court terme et renforcer le potentiel de croissance à long terme. En effet, cette forme de relance budgétaire aurait pour bénéfices d’accroître plus rapidement le revenu que génère l’ensemble de l’économie, mais aussi de réduire les inégalités dans le partage de ce revenu : il n’y a pas ici d’arbitrage entre efficacité et égalité. En outre, le fait même que les inégalités soient susceptibles de freiner la croissance économique suggère qu’une hausse de l’investissement public dans les infrastructures pourrait stimuler l’activité précisément en réduisant les inégalités de revenu.

 

Références

CALDERÓN, Cesar, & Luis SERVÉN (2014), « Infrastructure, growth, and inequality », Banque mondiale, policy research working paper, n° 7034.

DABLA-NORRIS, Era, Kalpana KOCHHAR, Nujin SUPHAPHIPHAT, Frantisek RICKA et Evridiki TSOUNTA (2015), « Causes and consequences of income inequality: A global perspective », FMI, staff discussion paper, n° 15/13, juin.

FMI (2014), « Is it time for an infrastructure push? The macroeconomic effects of public investment », in World Economic Outlook, octobre 2014.

HOOPER, Emma, Peters SANJAY & Patrick PINTUS (2017), « To what extent can long-term investment in infrastructure reduce inequality? », Banque de France, document de travail, n° 624.

OSTRY, Jonathan D., Andrew BERG & Charalambos G. TSANGARIDES (2014), « Redistribution, inequality, and growth », FMI, staff discussion note, n° 14/02, février.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 16:16
Quelle est la dynamique du revenu et du patrimoine en Chine ?

L’économie chinoise a connu ces dernières décennies une très forte croissance, qui a contribué à la convergence de son niveau de vie vers celui des pays développés et a permis des millions de Chinois de sortir de la pauvreté. La Chine contribuait à 20 % du PIB mondial en 1995, contre 3 % en 1978, malgré le fait que la part de sa population dans la population mondiale ait quelque peu diminué entre les deux dates, en passant de 22 % à 19 % (cf. graphique 1).

GRAPHIQUE 1  Part de la Chine dans la population mondiale et le PIB mondial (en %)

Quelle est la dynamique du revenu et du patrimoine en Chine ?

Selon les statistiques officielles, le revenu national réel par tête a augmenté en moyenne de 6,2 % par an entre 1978 et 2015, si bien qu’il a été multiplié par 8 au cours de la période. Le revenu national moyen par adulte est passé de 120 euros par mois en 1978 à 1.000 euros par mois en 2015 (aux prix de 2015) (cf. graphique 2). 

GRAPHIQUE 2  Le revenu national réel par adulte en Chine (en yuans 2015)

Quelle est la dynamique du revenu et du patrimoine en Chine ?

Si la Chine a su générer des volumes toujours plus amples de richesses ces dernières décennies, il n’est pas certain que l’ensemble de la population en ait profité pareillement. En effet, il y a peu d’études précises sur les changements qu’a pu connaître la répartition du revenu et du patrimoine, notamment en raison de la sous-estimation du patrimoine détenu par les plus hauts revenus. Thomas Piketty, Li Yang et Gabriel Zucman (2017) ont alors combiné des données issues des comptes nationaux, des résultats d’enquêtes, des données relatives au patrimoine et des données fiscales pour construire des séries de données les plus précises possible sur l’accumulation et la répartition du revenu et de la richesse en Chine entre 1978 et 2015.

Ils constatent que le ratio richesse national sur revenu a doublé entre 1978 et 2015 en passant de 35 % à 700 % (cf. graphique 3). Au cours de cette période, la composition même de la richesse nationale a elle-même fortement changé : alors que l’agriculture représentait plus de la moitié de celle-ci en 1978, sa part a ensuite fortement décliné, tandis que la part de l’immobilier et d’autres formes de capital domestique (comme les équipements et les machines) s’est fortement accrue.

GRAPHIQUE 3  Richesses privée et publique en Chine (en % du revenu national)

Quelle est la dynamique du revenu et du patrimoine en Chine ?

La hausse du ratio patrimoine sur revenu s'explique par la seule hausse du ratio richesses privées sur revenu ; le ratio richesses publiques sur revenu est resté globalement stable. Ainsi, la part de la propriété publique dans la richesse nationale est passée de 70 % à 30 % en 2015. Elle reste toujours bien plus élevée que dans les pays riches, où elle est quasi nulle, voire négative (notamment aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, au Japon et en Italie). L’essentiel du patrimoine immobilier est désormais détenu par les ménages : la part de la propriété privée est passée d’environ 50 % à 95 % entre 1978 et 2015. Par contre, le capital des entreprises chinoises est toujours détenu dans sa majorité par le secteur public : il est détenu à 60 % par le secteur public, à 30 % par le secteur privé et à 10 % par le reste du monde. Ainsi, il y a certes eu un processus de privatisation de la propriété en Chine ces dernières décennies, mais celle-ci apparaît toujours bien singulière au regard de bien d’autres pays dans le monde. Bref, la Chine n’est peut-être plus communiste, mais elle n’est pas pour autant entièrement capitaliste. 

Piketty et ses coauteurs révisent ensuite fortement à la hausse les estimations des inégalités de revenu en Chine. La part du revenu national détenue par les 10 % des ménages les plus aisés est passée de 27 % à 41 % entre 1978 et 2015, tandis que la part du revenu national détenue part les 50 % les moins aisés a chuté en passant de 27 % à 15 % au cours de la même période (cf. graphique 4). Les 10 % les plus riches gagnaient plus de 5 fois le revenu des 50 % les plus modestes en 1978 ; à présent, ils gagnent 13,5 fois le revenu de ces derniers. Par contre, la part du revenu national détenue par les adultes gagnant plus que les 50 % les plus modestes, mais moins que les 10 % les plus riches, est restée relativement stable entre 1978 et 2015 : au cours de cette période, elle a fluctué entre 43 % et 48 %. 

GRAPHIQUE 4  Part du revenu national en Chine détenue par… (en %)

Quelle est la dynamique du revenu et du patrimoine en Chine ?

La part des revenus détenue par les plus riches a surtout augmenté entre 1980 et 2006. Si les données brutes issues des enquêtes suggèrent que les inégalités de revenu ont diminué depuis 2006, les données obtenues par Piketty et ses coauteurs suggèrent plutôt qu’elles se sont stabilisées, notamment en raison de la hausse des bénéfices non distribués. Dans les années soixante-dix, le niveau des inégalités était plus faible que celui de la France et proche de celui des pays nordiques ; désormais, il est plus élevé que celui de la France et il se rapproche de celui observé aux Etats-Unis.

Certes, les inégalités entre les villes et les campagnes se sont creusées : le revenu moyen urbain par adulte représentait 3,5 fois le revenu moyen rural par adulte en 2015, contre un peu moins de 1,9 fois en 1985. Pour autant, si les inégalités globales se sont aggravées ces dernières décennies, ce n’est pas vraiment parce que les écarts de revenu entre urbains et ruraux se sont creusés, mais plutôt parce que la concentration des revenus s’est accrue aussi bien dans les campagnes que dans les villes.

GRAPHIQUE 5  Part du patrimoine national détenue en Chine par… (en %)

Quelle est la dynamique du revenu et du patrimoine en Chine ?

Quant aux inégalités de patrimoine, toujours plus élevées que les inégalités de revenu, Piketty et ses coauteurs notent qu’elles se sont aussi fortement aggravées ces dernières décennies : entre 1995 et 2015, la part du patrimoine détenue par les 90 % les plus modestes a chuté en passant de à 59 % à 33 %, tandis que la part du patrimoine national détenue par les 10 % les plus riches a augmenté en passant de 41 % à 67 % environ (cf. graphique 5). 

 

Références

PIKETTY, Thomas (2017), « De l’inégalité en Chine », in Le Monde, 14 février.

PIKETTY, Thomas, Li YANG & Gabriel ZUCMAN (2017), « Capital accumulation, private property and rising inequality in China, 1978-2015 », NBER, working paper, n° 23.368, mai.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 16:01
Comment expliquer la chute de la part du travail dans le revenu national ?

Pendant longtemps, les économistes ont considéré que le partage du revenu national entre les facteurs de production était constant : les parts du revenu rémunérant respectivement le travail et le capital resteraient les mêmes à long terme, malgré d'éventuelles fluctuations à court terme. Il s’agissait d’ailleurs de l’un des « faits stylisés » mis en avant par Nicholas Kaldor (1957). Or la part du revenu rémunérant le travail a eu tendance à décliner dans plusieurs pays ces dernières décennies. Dans les pays développés, la part du revenu rémunérant le travail a commencé à diminuer au cours des années 1980 ; elle a atteint son minimum juste avant qu’éclate la crise financière mondiale en 2008 et elle n’a que très légèrement augmenté depuis. A présent, les parts du travail sont environ inférieures de 4 points de pourcentage à leur niveau dans les années 1970. Les données sont beaucoup plus limitées pour les pays en développement, mais dans plus de la moitié d’entre eux, en particulier dans les plus grands d’entre eux, la part du travail semble également avoir décliné, et ce à partir du début des années 1990. Par exemple, en Chine, la part du travail a chuté de près de 3 points de pourcentage au cours des dernières décennies. 

GRAPHIQUE  Evolution de la part du travail (en % du revenu national)

Comment expliquer la chute de la part du travail dans le revenu national ?

Dans une étude publiée dans les dernières Perspectives de l’économie mondiale du FMI, Mai Chi Dao, Mitali Das, Zsoka Koczan et Weicheng Lian (2017) ont compilé de nouveaux faits stylisés concernant cette déformation du partage du revenu national. Ils constatent notamment qu’entre 1991 et 2014 la part du travail a décliné dans 29 des 50 plus grandes économies ; ces 29 économies représentaient plus des deux tiers du PIB mondial en 2014. Au cours de la même période, la part du travail a eu tendance à décliner dans 7 des 10 plus importants secteurs : elle a le plus chuté dans les secteurs produisant les biens échangeables, notamment l’industrie, le transport et la communication. La baisse de la part du travail entre 1993 et 2014 résulterait en outre davantage du déclin de la part du travail dans chaque secteur plutôt que par une éventuelle réallocation de l'activité des secteurs à forte part du travail vers les secteurs à faible part du travail. 

Si la part du revenu national rémunérant le travail décline, cela signifie que les salaires augmentent plus lentement que la productivité du travail. Selon le FMI, cette dynamique n’est pas forcément négative. Si la productivité du travail s’accroît à un rythme rapide grâce au progrès technique et qu’elle s’accompagne d’une hausse régulière des revenus du travail, alors la baisse de la part du travail peut être considérée comme étant un sous-produit d’un phénomène positif. Or, ce n’est pas le cas. Dans de nombreux pays, la part du travail diminue alors même que la productivité croît lentement, ce qui signifie que les revenus du travail augmentent encore plus lentement ou stagnent. 

De plus, le déclin de la part du travail s’accompagne d’une hausse des inégalités de revenu [Milanovic, 2015]. D’une part, au sein de la population active, le salaire des travailleurs les moins qualifiés a augmenté moins rapidement que celui des plus qualifiés. D’autre part, la propriété du capital est concentrée entre les mains des ménages les plus riches, si bien que ce sont ceux-ci qui profitent d’une hausse de la part du revenu national rémunérant le capital. Or, non seulement l’accroissement des inégalités peut alimenter les tensions sociales, mais elle peut aussi freiner (notamment pour cette raison-là) la croissance économique. Autrement dit, les inégalités peuvent freiner la croissance de la productivité du travail, ce qui alimente en retour le déclin de la part du travail.

L’évolution de la part du revenu national rémunérant le travail n’a pas été la même d’un pays à l’autre. Pour autant, le fait que plusieurs pays aient connu une baisse de la part du travail de façon assez synchronisée suggère que des facteurs mondiaux ont contribué à cette baisse. Les récentes études, souvent focalisées sur les Etats-Unis, ont souvent mis l’accent sur le rôle du progrès technique, de la mondialisation des échanges commerciaux et de la globalisation financière. En effet, le progrès technique aurait déformé le partage de la valeur ajoutée en poussant à la baisse le prix relatif des biens d’investissement : comme le coût (relatif) du capital a décliné, les entreprises auraient été plus incitées à automatiser leur production, c’est-à-dire à remplacer des travailleurs par des machines [Karabarbounis et Neiman, 2014].

La réduction des barrières à l’échange, notamment des coûts de transport et de communication, a accru la concurrence sur les marchés internationaux et la mobilité des biens et des capitaux, ce qui a davantage incité les entreprises à délocaliser leurs établissements dans les pays à faibles salaires [Elsby et alii, 2013]. Avec l’intensification de la concurrence étrangère et la plus grande capacité des entreprises à délocaliser leurs établissements, les travailleurs, en particulier les moins qualifiés, ont perdu en pouvoir de négociation. Dans la mesure où les théories traditionnelles du commerce internationale prédisent que les pays qui sont relativement les plus abondants en capital doivent se spécialiser dans les activités les plus intensives en capital, il n’est alors pas surprenant que la part du revenu national rémunérant le capital se soit accrue dans les pays développés. Par contre, les prédictions de ces mêmes théories ne se vérifient pas en ce qui concerne les pays en développement : comme ces derniers sont relativement plus abondants en travail et auraient par conséquent eu tendance à se spécialiser dans les activités les plus intensives en travail, la part du revenu national rémunérant le travail aurait dû s'accroître en leur sein.

En plus du progrès technique, de la mondialisation commerciale et de la globalisation financière, d’autres facteurs ont pu contribuer à déformer le partage de la valeur ajoutée au profit du capital. Par exemple, la hausse de la concentration dans plusieurs secteurs a pu accroître la part du capital et déprimer la part du travail [Autor et alii, 2017]. En outre, certains politiques économiques, notamment la réduction de l’imposition sur les entreprises, ont pu inciter les entreprises à substituer la main-d’œuvre par du capital. Enfin, des changements institutionnels comme le recul du syndicalisme ont pu contribuer à réduire le pouvoir de négociation des travailleurs.

Selon l’analyse menée par Mai Chi Dao et ses coauteurs, les avancées technologiques constitueraient la principale cause de la baisse de la part du travail dans les pays développés ; elles expliqueraient en l’occurrence environ la moitié de celle-ci. Les pays les plus exposés à l’automatisation des tâches routinières auraient été davantage exposés à la déformation du partage de la valeur ajoutée. La technologie et l’intégration expliqueraient ensemble près de 75 % de la baisse de la part du travail en Allemagne et en Italie et près de 50 % de la baisse de la part du travail aux Etats-Unis. Dans les pays émergents dans leur ensemble, ce sont la mondialisation et la participation aux chaînes de valeur mondiale (la fragmentation des processus productifs) qui contribueraient en premier lieu à la baisse de la part du travail. Le déclin des parts du travail provoqué par la technologie et par l’intégration commerciale et financière a surtout affecté les travailleurs moyennement qualifiés. Ce résultat est cohérent avec l’hypothèse selon laquelle ce sont les travailleurs moyennement qualifiés qui réalisent généralement des tâches routinières et qui sont ainsi les plus exposés à l’automatisation : le progrès technique provoque en fait une polarisation de l’emploi et des salaires en faisant disparaître les emplois moyennement qualifiés. 

 

Références

AUTOR, David, David DORN, Lawrence F. KATZ, Christina PATTERSON & John VAN REENEN (2017), « Concentrating on the fall of the labor share », NBER, working paper, n° 23108.

DAO, Mai Chi, Mitali DAS, Zsoka KOCZAN & Weicheng LIAN (2017), « Understanding the downward trend in labor income shares », in FMI, World Economic Outlook, chapitre 3.

ELSBY, Michael W.L., Bart HOBIJN & Aysegul ŞAHIN (2013), « The decline of the U.S. labor share », Brookings Papers on Economic Activity, automne.

KALDOR, Nicholas (1957), « A model of economic growth », in The Economic Journal, vol. 67, n° 268.

KARABARBOUNIS, Loukas, & Brent NEIMAN (2014), « The global decline of the labor share », in Quarterly Journal of Economics, vol. 129, n° 1.

MILANOVIC, Branko (2015), « Increasing capital income share and its effect on personal income inequality », MPRA paper, n° 67661.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 17:04
Les hauts revenus et les taux marginaux d’imposition

Que ce soit dans le débat politique ou dans l’analyse économique, il n’y a pas de consensus sur le niveau optimal d’imposition, notamment pour les hauts revenus. Aux Etats-Unis, la question apparaît comme des plus cruciales aujourd’hui : Donald Trump a promis de réduire les impôts, en particulier pour les hauts revenus, en estimant que cela stimulerait la croissance économique, or les Etats-Unis ont connu une forte hausse des inégalités de revenu ces dernières décennies. Comme dans d’autres pays développés, la baisse des taux d’imposition marginaux pour les hauts revenus et la lente érosion de la progressivité de l’impôt ont pu justement contribuer à la concentration des revenus au sommet de la répartition, sans qu’il y ait eu pour autant une accélération manifeste de la croissance.

Selon Thomas Piketty, Emmanuel Saez et Stefanie Stantcheva (2014), la littérature empirique autour des effets des taux d’imposition sur les revenus primaires a abouti à deux grandes conclusions. D’une part, les plus hauts revenus réagissent aux variations des taux d’imposition. Cette réaction peut être très ample, en particulier à court terme. D’autre part, lorsque l’assiette fiscale est large et qu’il y a peu de niches fiscales, alors les élasticités ne sont jamais très élevées, du moins pas à court et moyen termes. 

En étudiant les données postérieures à 1960, Piketty et ses coauteurs montrent qu’il y a une forte corrélation dans les pays de l’OCDE entre les réductions des taux d’imposition des hauts revenus et la part du revenu que ces derniers détiennent. Pour expliquer cette élasticité, ils mettent en avant trois types d’explications possibles. Selon certains, notamment les théoriciens de l’offre (supply-siders), la réduction des taux d’imposition parmi les plus hauts revenus les incite à davantage travailler, à se lancer davantage dans l’entrepreneuriat, à davantage épargner, etc., ce qui stimule l’activité économique, du moins au sommet de la répartition. Le gouvernement perd certes directement en recettes fiscales, mais ces pertes peuvent être indirectement compensées, voire plus que compensées, par les recettes fiscales générées par le surcroît d’activité. Selon d’autres, la réaction aux variations des taux d’imposition s’expliquerait davantage par les comportements d’évitement fiscal, qui consiste pour les hauts revenus à faire basculer leurs revenus entre revenus du travail et revenus du capital de façon à payer moins d’impôts. Par exemple, les ménages ont intérêt à faire passer un maximum de leurs revenus sous forme de revenus du capital lorsque ces derniers sont moins imposés que les revenus du travail. Enfin, pour d’autres encore, une forte imposition des hauts revenus freine la quête de rentes parmi les salariés les mieux rémunérés. En effet, lorsque les taux marginaux d’imposition pour les hauts revenus sont très élevés, un salarié très bien rémunéré ne retirerait qu’un faible gain à l’obtention d’une hausse de salaire. Par contre, lorsque les taux d’imposition des hauts revenus baissent, ce gain augmente, si bien que les salariés les mieux rémunérés sont incités à négocier plus agressivement pour accroître leur salaire.

Emmanuel Saez (2016) s’est appuyé sur une expérience naturelle pour observer quelles sont les conséquences d’une plus forte imposition des hauts revenus : la hausse d’impôt qui suivit la réélection d’Obama fin 2012. En 2013, les impôts des hauts revenus augmentèrent en effet fortement aux Etats-Unis avec, d’une part, l’instauration de l’Obamacare et, d’autre part, l’expiration des réductions d’impôts accordées par Bush en 2001. Les taux marginaux d’imposition des hauts revenus augmentèrent de 9,5 points pour le revenu du capital et de 6,5 points pour le revenu du travail. Il s’agit de la plus forte hausse d’impôts que les Etats-Unis aient connue depuis les années 1950. Saez note que les revenus déclarés ont été anormalement élevés en 2012 et anormalement faibles en 2013, ce qui suggère que certains ménages ont anticipé la hausse d’impôt et ont ainsi avancé leur revenu pour réduire leur imposition. En l’occurrence, les 1 % les plus riches ont avancé 11 % de leur revenu de 2013 à l’année 2012.  Cela implique une élasticité du revenu vis-à-vis du taux d’imposition particulièrement forte à court terme. En outre, elle est bien plus élevée pour les 0,1 % les plus riches que pour les autres ménages appartenant au centile supérieur, ce qui suggère que ce sont seulement les très hauts revenus qui disposent de la capacité à déplacer dans le temps leur revenu à court terme.

Ensuite, Saez a analysé les réponses à moyen terme en comparant les années 2011 et 2015. Entre ces deux années, les parts du revenu détenues par les 1 % les plus riches ont continué d’augmenter au même rythme qu’entre 2009 et 2011, période au cours de laquelle l’économie américaine avait déjà amorcé sa reprise. La hausse des taux d’imposition des hauts revenus n’a donc pas déprimé les hauts revenus à moyen terme. Au final, les recettes perdues en raison des réactions comportementales n’ont représenté au maximum que 20 % de l’ensemble des recettes attendues. La hausse des taux marginaux d’imposition de 2013 a donc été très efficace pour générer des recettes fiscales supplémentaires. Elle y parvint de façon très progressive, comme les hausses d’impôts furent concentrées parmi les 1 % les plus riches. Pour autant, Saez estime que cette hausse d’impôts ne suffira pas pour inverser la hausse séculaire des inégalités de revenu que les Etats-Unis connaissent depuis les années 1970. 

Elargissant la focale, Enrico Rubolino et Daniel Waldenström (2017a) ont compilé les données relatives à une trentaine de pays entre 1900 et 2014 pour étudier les dynamiques à long terme de l’élasticité à l’impôt des hauts revenus. Leurs résultats montrent que les élasticités à l’impôt des 0,1 % des plus riches varient fortement au cours du temps. Elles étaient moyennes à faibles avant 1950, presque nulles entre la Seconde guerre mondiale et 1980, puis elles se sont accrues pour atteindre des niveaux sans précédents. La hausse de l’élasticité des plus hauts revenus a été tout particulièrement marquée dans les pays anglo-saxons ; elle est peu visible dans les pays d’Europe continentale et les pays nordiques. Les choses ont été tout à fait différentes pour les ménages qui appartiennent à la moitié inférieure du décile supérieur : leur élasticité à l’impôt a été faible tout au long du vingtième siècle. Leur analyse suggère également que le comportement d’évitement fiscal contribue tout particulièrement à façonner l’élasticité des plus hauts revenus vis-à-vis de l’impôt.

Dans une étude en parallèle, Rubolino et Waldenström (2017b) ont également cherché à observer comment les modifications de la progressivité de l’impôt influence la répartition des revenus en étudiant l’impact des réformes fiscales à grande échelle qui ont été menées dans les pays occidentaux durant les années 1980 et 1990. Ils se concentrent tout particulièrement sur les réformes qui ont été menées en Australie en 1987, la Nouvelle-Zélande en 1989 et la Norvège en 1992. Ces réformes ont eu pour objectif et pour effet de réduire la progressivité des systèmes fiscaux. Elles suivaient en cela les préconisations des théoriciens de l’offre : la réduction de la pression fiscale, en particulier pour les ménages les plus aisés, devait selon eux stimuler la croissance économique. Rubolino et Waldenström constatent que les réductions dans la progressivité de l’impôt consécutives aux réformes fiscales ont tout particulièrement accru les parts de revenu détenues par les plus riches. La part du revenu des 1 % des ménages les plus riches a augmenté de 20 à 50 %. Les effets sont les plus amples parmi les ménages les plus riches, puisque la part du revenu des 0,1 % les plus riches a augmenté de 50 à 100 %, tandis que la moitié inférieure du décile supérieur s’en est trouvée très peu affectée. Les effets ont été durables, supérieurs à une décennie. Ces résultats s’expliquent surtout par la réduction des taux d’imposition marginaux des plus hauts revenus et peu par la réduction de la progressivité globale de la fiscalité. Rubolino et Waldenström ont ensuite cherché à déterminer l’impact des réformes sur l’efficience économique en observant le comportement du PIB par tête, du nombre de dépôts de brevet par tête et des recettes fiscales ; ils constatent qu’aucune de ces trois mesures de l’activité économique n’a été affectée. L’impact sur la part des hauts revenus s’explique essentiellement par une redistribution des ressources existantes et non par la création de nouvelles ressources par l’élite. A nouveau, les réformes ont surtout amené les ménages à hauts revenus à modifier leur comportement en matière d’optimisation fiscale. 

 

Références

PIKETTY, Thomas, Emmanuel SAEZ & Stefanie Stantcheva (2014), « Optimal taxation of top labor incomes: A tale of three elasticities », in American Economic Journal: Economic Policy, vol. 6, n° 1.

RUBOLINO, Enrico, & Daniel WALDENSTRÖM (2017a), « Trends and gradients in top tax elasticities: Cross-country evidence, 1900-2014 », CEPR, discussion paper, n° 11935.

RUBOLINO, Enrico, & Daniel WALDENSTRÖM (2017b), « Tax progressivity and top incomes: Evidence from tax reforms », CEPR, discussion paper, n° 11936.

SAEZ, Emmanuel (2016), « Taxing the rich more: Preliminary evidence from the 2013 tax increase », NBER, working paper, n° 22798.

Partager cet article
Repost0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 16:00
Quelle est la répartition du patrimoine en France ?

Les données relatives à la répartition du patrimoine sont très imparfaites et parfois insuffisantes, en particulier lorsque l’on se focalise sur les décennies, voire les siècles passés. Ainsi, nous ne disposons de séries de données de long terme qui soient réellement fiables que pour une poignée du pays, en l’occurrence les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Suède, notamment grâce aux travaux de Tony Atkinson, Emmanuel Saez, Thomas Piketty ou encore Gabriel Zucman.

Bertrand Garbinti, Jonathan Goupille-Lebret et Thomas Piketty (2016b) ont récemment proposé des séries de données cohérentes et unifiées sur la répartition de la richesse en France entre 1800 et 2014. Pour cela, ils ont utilisé et combiné différentes sources, notamment des données fiscales, des registres testamentaires, des comptes nationaux et des enquêtes. Leur analyse confirme que la répartition du patrimoine est extrêmement inégalitaire (cf. graphique 1) Par exemple, en 2012, le patrimoine net par adulte s’élevait en moyenne à environ 200.000 euros. Les 50 % les plus modestes possédaient environ 5 % du patrimoine national ; leur patrimoine moyen s’élevait à 20.000 euros, c’est-à-dire était dix fois plus faible que le patrimoine moyen de l’ensemble des adultes. Les « classes moyennes », c’est-à-dire les personnes plus riches que les 50 % les plus modestes, moins aisées que les 10 % les plus riches, possédaient environ 40 % du patrimoine national ; leur patrimoine moyen s’élevait à environ 200.000 euros, c’est-à-dire était égal à la moyenne de l’ensemble des adultes. Enfin, le décile supérieur, c’est-à-dire les 10 % les plus riches, possédaient environ 55 % du patrimoine national ; leur patrimoine moyen s’élevait à environ 1,1 millions d’euros, c’est-à-dire représentait 5,5 fois le patrimoine moyen de l’ensemble des adultes.

GRAPHIQUE 1  Parts du patrimoine total détenues par… (en %)

Quelle est la répartition du patrimoine en France ?

Garbinti et ses coauteurs constatent que le niveau exact des inégalités de patrimoine varie fortement au cours du temps (cf. graphique 1). La concentration des richesses a suivi à très long terme une évolution en forme de U depuis un siècle. En effet, tout au long du dix-neuvième siècle et au tout début du vingtième siècle, la part du patrimoine détenue par les 10 % les plus aisés était comprise entre 80 et 90 %. Les « classes moyennes » ne possédaient alors qu’une faible part du revenu national : celle-ci était légèrement supérieure à 10 %. La part du patrimoine national détenue par les 10 % les plus riches a baissé entre les années 1910 et les années 1980, décennie au cours de laquelle elle fluctuait entre 50 et 60 %. Ce sont en fait les classes moyennes qui ont vu leur part s’accroître : la part du patrimoine des 50 % les plus modestes est quant à elle restée inférieure à 5 %. La hausse de la part du patrimoine détenue par les classes moyennes entre 1914 et 1945 s’explique, non pas par le fait qu’elles aient accumulé rapidement du patrimoine, mais plutôt par le fait qu’elles aient moins perdu de patrimoine que les 10 % les plus riches. Ces pertes en patrimoine s’expliquent notamment par les destructions d’actifs associées aux deux guerres mondiales, aux épisodes d’inflation et aux épisodes de chutes de prix d’actifs. Par contre, au cours des décennies qui ont immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale, la progression de la part du patrimoine national détenue par les classes moyennes s’explique par le fait qu’elles ont accumulé plus rapidement du patrimoine que les 10 % les plus riches. Garbinti et ses coauteurs notent que la baisse de la part du patrimoine détenue par les 10 % les plus riches que l’on observe à long terme s’explique entièrement par l’effondrement de la part détenue par le centile supérieur, c’est-à-dire par les 1 % les plus riches : ces derniers possédaient entre 15 % et 20 % du patrimoine, contre 55-60 % à la veille de la Première Guerre mondiale (cf. graphique 2).

GRAPHIQUE 2  Parts du patrimoine total détenues par les plus riches (en %)

Quelle est la répartition du patrimoine en France ?

Depuis les années 1980, la concentration du patrimoine tend légèrement à s’accroître : la part du patrimoine détenue par les 10 % les plus riches a légèrement augmenté, tandis que la part du patrimoine détenue par les classes moyennes a légèrement diminué. La part du patrimoine détenue par les 10 % les plus riches est passée de 15-20 % à environ 25 % entre le début des années 1980 et le début des années 2010. La concentration du patrimoine a toutefois connu d’amples fluctuations de court terme ces dernières décennies en raison des fluctuations des prix d’actifs. En effet, la part du patrimoine détenue par les 10 % les plus riches a fortement augmenté jusqu’à 2000, lorsque les cours boursiers augmentaient plus rapidement que les prix de l’immobilier, avant de fortement décliner, avec l’éclatement de la bulle internet.

GRAPHIQUE 3  Parts du patrimoine, du revenu total, du revenu du travail et du revenu du patrimoine détenues par le centile supérieur (en %)

Quelle est la répartition du patrimoine en France ?

S’appuyant sur leur étude parallèle sur la répartition des revenus [Garbinti et alii, 2016a], les trois auteurs confirment que les inégalités de patrimoine sont systématiquement plus élevées que les inégalités de revenu et surtout que les inégalités du revenu du travail. Par exemple, la part du revenu du travail rémunérant les 10 % les mieux rémunérées a fluctué entre 25 % et 35 % entre 1900 et 2014 ; au cours de cette même période, la part du patrimoine total allant aux 10 % les plus riches a fluctué entre 50 % et 90 %. La part du revenu du travail rémunérant les 1 % les plus rémunérés fluctue entre 5 % et 8 %, tandis que la part du patrimoine nationale détenue par les 1 % les plus riches fluctue entre 15 % et 60 % (cf. graphique 3). La concentration du revenu total, qui inclut non seulement les revenus du travail, mais aussi les revenus du capital, se situe à un niveau intermédiaire entre la concentration du patrimoine et la concentration des revenus du travail, mais elle est toutefois plus proche de cette dernière, ce qui est tout à fait normalement, dans la mesure où ce sont généralement entre 65 % et 75 % du revenu total qui rémunèrent le travail.

GRAPHIQUE 4  Profil du patrimoine selon l’âge

Quelle est la répartition du patrimoine en France ?

Garbinti et ses coauteurs se sont ensuite focalisés sur le profil du patrimoine en fonction de l’âge (cf. graphique 4). Il apparaît que la richesse moyenne est toujours très faible à l’âge de 20 ans ; elle est inférieure à 10 % du patrimoine moyen par adulte. Elle s’accroît ensuite fortement avec l’âge jusqu’à 50-55 ans et se stabilise à des niveaux élevés (entre 150 % et 160 % du patrimoine moyen par adulte) entres 60 et 85 ans. Ce profil a été stable sur la période s’écoulant entre 1970 et 2014. A la différence de ce que suggère la théorie du cycle de vie standard, la richesse moyenne ne semble pas décliner à des âges élevés, les individus meurent en laissant un patrimoine important et ils tendent à le transmettre à leur descendance. En outre, les personnes âgées font beaucoup de donations, c’est-à-dire transmettent beaucoup de patrimoine avant même leur décès. Ces donations sont généralement faites dix ans avant le décès. Le flux agrégé de donations a fortement augmenté ces dernières décennies : il représentait 80 % du flux agrégé de legs dans les années 2000-2010, contre 20-30 % dans les années 1970.

GRAPHIQUE 5  Composition du patrimoine en France selon le niveau de patrimoine en 2012

Quelle est la répartition du patrimoine en France ?

Au cours des dernières décennies, la composition du patrimoine a fortement changé (cf. graphique 5). Les parts respectives des actifs immobiliers et des actifs financiers se sont fortement accrues entre 1970 et 2014, tandis que les parts des actifs professionnels ont fortement décliné, en phase avec le recul du travail indépendant. Les actifs financiers autres que les dépôts bancaires se sont fortement accrues à partir des années 1980 ; ils ont atteint un pic en 2000, avant qu’éclate la bulle internet et que chutent les cours boursiers. Les prix de l’immobilier avaient par contre tendance à chuter à la fin des années 1990, avant de fortement s’accroître durant les années 2000. Ces variations des prix relatifs des actifs ont eu de profondes répercussions sur la dynamique des inégalités de richesse, dans la mesure où les différents groupes n’ont pas les mêmes portefeuilles d’actifs. En 2012, les 30 % les plus modestes détenaient principalement des dépôts. Les actifs immobiliers constituent la principale forme de patrimoine pour les classes moyennes. Ensuite, à mesure que l’on se rapproche du sommet de la répartition des richesses, les actifs financiers autres que les dépôts bancaires prennent une part de plus en plus importante dans le patrimoine.

GRAPHIQUE 6  Parts du patrimoine détenues par les plus riches en France et aux Etats-Unis (en %)

Quelle est la répartition du patrimoine en France ?

Enfin, Garbinti et ses coauteurs comparent l’évolution des inégalités de patrimoine en France avec celle observée dans les autres pays. La dynamique suivie par la concentration des richesses s’apparente par exemple à celle observée au Royaume-Uni et en Suède : extrêmement élevée au dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle, elle a fortement décliné entre la Première Guerre mondiale et la fin des années 1970, avant de s’accroître à nouveau, modestement, à partir des années 1980. La répartition des richesses était plus inégale en France qu’aux Etats-Unis au début du vingtième siècle ; c’est désormais l’inverse depuis quelques décennies (cf. graphique 6). Cela a pu s’expliquer par le fait que les parts du revenu du travail détenues par les salariés les mieux rémunérées ont augmenté plus rapidement aux Etats-Unis qu’en France.

 

Références

GARBINTI, Bertrand, Jonathan GOUPILLE-LEBRET & Thomas PIKETTY (2016a), « Income inequality in France, 1900-2014: Evidence from distributional national accounts (DINA) », WIID, working paper.

GARBINTI, Bertrand, Jonathan GOUPILLE-LEBRET & Thomas PIKETTY (2016b), « Accounting for wealth inequality dynamics: Methods, estimates and simulations for France (1800-2014) », WIID, working paper.

Partager cet article
Repost0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 16:29
Comment ont évolué les répartitions nationales du revenu et du patrimoine depuis un siècle ?

Facundo Alvaredo, Lucas Chancel, Thomas Piketty, Emmanuel Saez et Gabriel Zucman (2017) se sont appuyé sur une nouvelle base de données (World Wealth and Income Database) pour observer quelles ont été les grandes tendances dans la répartition du revenu et dans la répartition du patrimoine à travers le monde depuis le début du vingtième siècle, mais en gardant la focale au niveau national ; ils n’ont analysé ni les inégalités mondiales de revenu, ni les inégalités mondiales de patrimoine. En l’occurrence, ils se sont tout particulièrement penchés sur les différences qui existent dans l’évolution des inégalités de revenu et de richesse aux Etats-Unis, en Chine, en France et au Royaume-Uni.

Alvaredo et ses coauteurs confirment que le revenu national par adulte a fortement augmenté ces dernières décennies : entre 1978 et 2015, il a augmenté respectivement de 811 %, 59 % et 39 % aux Etats-Unis, en Chine et en France. Pour autant, cette tendance dissimule des évolutions très différentes selon la position dans la répartition. En l’occurrence, le revenu des plus riches a augmenté plus rapidement que le revenu du reste de la population, si bien que les inégalités de revenu ont eu tendance à augmenter.

GRAPHIQUE 1  Part du revenu national détenue par les 1 % les plus riches en Chine, aux Etats-Unis et en France

Comment ont évolué les répartitions nationales du revenu et du patrimoine depuis un siècle ?

source : Alvaredo et alii (2017)

La hausse des inégalités a en l’occurrence été particulièrement forte aux Etats-Unis ces dernières décennies [Piketty, Saez et Zucman, 2016]. En effet, la part du revenu national détenue par les 50 % les plus modestes a énormément diminué entre 1978 et 2015, puisqu’elle est passée de 20 % à 12 % (cf. graphique 2). Le revenu des 50 % les plus modestes a baissé de 1 % au cours de la période. Parallèlement, la part du revenu national détenue par les 1 % les plus riches est passée de 11 % à 20 % (cf. graphique 1). Autrement dit, la part du revenu national que détiennent les 50 % les plus modestes a été captée par les 1 % les plus riches. Dans les autres pays, notamment en Chine et surtout en France, la part détenue par les 50 % les plus modestes est restée bien plus élevée. En l’occurrence, en France, si les hauts revenus ont augmenté plus rapidement que le revenu moyen, les 50 % les plus modestes ont vu leur revenu s’accroître au même rythme que le revenu moyen, en l’occurrence de 39 % sur l’ensemble de la période entre 1978 et 2015.

GRAPHIQUE 2  Part du revenu national détenu par les 50 % les plus modestes en Chine, aux Etats-Unis et en France

Comment ont évolué les répartitions nationales du revenu et du patrimoine depuis un siècle ?

source : Alvaredo et alii (2017)

En Chine, alors que les données d’enquêtes suggèrent que les 1 % les plus riches possèdent 6,5 % du revenu national, la combinaison de ces données d’enquêtes avec les données fiscales suggèrent que les 1 % les plus riches possèdent environ 13 % du revenu national (cf. graphique 1). Cette part pourrait même être sous-estimée en raison de l’évasion fiscale et des faiblesses des données fiscales et de la comptabilité nationale en Chine. Alors que les inégalités de revenu étaient très faibles à la fin des années soixante-dix, elles se rapprochent désormais des niveaux observés aux Etats-Unis.

GRAPHIQUE 3 La hausse des ratios patrimoine sur revenu en Chine, aux Etats-Unis, en France et en Grande-Bretagne (richesse privée nette en % du revenu national)

Comment ont évolué les répartitions nationales du revenu et du patrimoine depuis un siècle ?

source : Alvaredo et alii (2017)

Alvaredo et ses coauteurs confirment les observations de Thomas Piketty et Gabriel Zucman (2013) : le ratio rapportant la richesse privée nette sur le revenu national a augmenté dans presque tous les pays au cours des dernières décennies (cf. graphique 3). Cette dynamique n’a pas été affectée par la crise financière de 2008. Le ratio a tout particulièrement augmenté en Chine : la richesse privée nette représentait à peine plus de 100 % du revenu national en 1978 ; elle représentait 450 % en 2015. Ainsi, le ratio patrimoine sur revenu de la Chine se rapproche des niveaux observés aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en France, où il dépasse les 500 %. Cette hausse généralisée des ratios patrimoine sur revenu a pu notamment s’expliquer par de forts taux d’épargne (s’expliquant quant à eux par des facteurs tels que le vieillissement démographique ou la hausse des inégalités), par une hausse des prix de l’immobilier et par une hausse des cours boursiers. Alvaredo et ses coauteurs mettent notamment l’accent sur le transfert de la richesse publique vers la richesse privée pour expliquer l’essor des ratios patrimoine sur revenu. Par exemple, en Chine, la part de la richesse publique dans la richesse nationale est passée de 70% à 35 % entre 1978 et 2015. Parmi les pays riches, c’est aux Etats-Unis, au Japon et au Royaume-Uni que la richesse publique nette est devenue négative ; celle-ci n’est que légèrement positive en Allemagne et en France. Or cette dynamique peut contribuer à limiter la capacité des gouvernements à redistribuer les revenus et à contenir la hausse des inégalités.

GRAPHIQUE 4  Part du patrimoine national détenue par les 1 % les plus aisés en chine, aux Etats-Unis, en France et en Grande-Bretagne

Comment ont évolué les répartitions nationales du revenu et du patrimoine depuis un siècle ?

source : Alvaredo et alii (2017)

Les parts du patrimoine détenues par les plus riches ont fortement augmenté aux Etats-Unis et en Chine au cours des dernières décennies, tandis qu’elles ont augmenté plus modérément en France et au Royaume-Uni (cf. graphique 4). Aux Etats-Unis, de plus fortes inégalités de revenu et une puissante stagnation des revenus pour les plus modestes ont pu contribuer à accroître fortement les inégalités de patrimoine. En Chine, la forte hausse des inégalités de patrimoine a pu s’expliquer par l’inégal accès des ménages chinois aux marchés boursiers. En France et au Royaume-Uni, la hausse des prix réels de l’immobilier ont pu avoir exercé un effet atténuateur, notamment pour les classes moyennes. Alvaredo et ses coauteurs jugent difficile de savoir si cette tendance à l’accroissement des inégalités de patrimoine va se poursuivre à l’avenir, dans la mesure où les inégalités de richesse dépendent des taux d’épargne entre les différents groupes de revenu et de richesse, de la répartition du revenu du travail, des taux de rendement de la richesse et de la progressivité de l’impôt sur le revenu et sur le patrimoine. Leurs simulations quantitatives suggèrent que les inégalités de richesse à long terme réagissent fortement à de faibles variations de ces paramètres. Autrement dit, les dynamiques des inégalités de patrimoine sont très instables à long terme.

 

Références

Alvaredo, Facundo, Lucas Chancel, Thomas Piketty, Emmanuel SAEZ & Gabriel ZUCMAN (2017), « Global inequality dynamics: New findings from WID.world », NBER, working paper, n° 23119, février.

PIKETTY, Thomas, Emmanuel SAEZ & Gabriel ZUCMAN (2016), « Distributional national accounts: Methods and estimates for the United States », NBER, working paper, n° 22945, décembre.

PIKETTY, Thomas, & Gabriel ZUCMAN (2013), « Capital is back: Wealth-income ratios in rich countries 1700-2010 », Paris School of Economics, document de travail.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 10:00
Et si la chute de la part du travail s'expliquait par la plus forte concentration des entreprises ?

Pendant très longtemps, les économistes ont considéré que le revenu national avait tendance à se répartir dans les mêmes proportions entre le travail et le capital à long terme, au point que, dans les années cinquante, Kaldor qualifiait cette constance de véritable « fait stylisé ». Ces proportions n’étaient pas forcément les mêmes d’un pays à l’autre, mais cette constance se retrouvait pourtant dans la majorité des pays. Les parts respectives du travail et du capital semblait varier, mais temporairement, puisqu’elles finissaient par revenir à leur tendance à long terme. Or, ces dernières décennies ont remis en cause cette idée d’invariance : la part de la valeur ajoutée rémunérant le travail a baissé aux Etats-Unis, comme dans d’autres pays développés, depuis le début des années quatre-vingt. Loukas Karabarbunis et Brent Neiman (2013) ont non seulement confirmé cette tendance à travers le monde développé, mais ils ont également montré qu’elle était à l’œuvre dans chaque secteur plutôt que dans des secteurs en particulier. 

Plusieurs études se sont focalisées sur la baisse de la part du revenu rémunérant le travail que l’on a pu observer aux Etats-Unis et qui semble s’être tout particulièrement accélérée au début des années deux mille. Si elles confirment généralement cette déformation du partage de la valeur ajoutée, elles n’aboutissent toutefois pas sur un consensus sur les causes de cette tendance. Par exemple, Michael Elsby, Bart Hobijn et Ayşegül Şahin (2013) mettent en avant le rôle du commerce international, dans la mesure où ils constatent que la part du travail a le plus amplement décliné dans les secteurs les plus affectés par la concurrence étrangère. Pourtant, la part du travail a également décliné dans la plupart des secteurs produisant des biens non échangeables, notamment dans la distribution. 

Karabarbounis et Neiman (2013) ont de leur côté mis l’accent sur la baisse du coût du capital relativement au coût du travail, notamment la baisse des prix des équipements en information et communication (à qualité constante). Dans les modèles néoclassiques, une baisse du prix relatif du capital entraîne une baisse de la part du revenu rémunérant le travail si l’élasticité de substitution entre le travail et le capital est supérieure à l’unité. Or, de nombreuses analyses empiriques, notamment celle de Robert Lawrence (2015), suggèrent que l’élasticité est bien inférieure à l’unité. Dans la mesure où les variations des prix relatifs des facteurs tendent à être les mêmes d’une entreprise à l’autre, la baisse du prix relatif des équipements devrait se traduire par une plus grande accumulation du capital et un chute de la part du travail dans l’ensemble des entreprises. Or, David Autor, David Dorn, Lawrence Katz, Christina Patterson et John Van Reenen (2017a) ont constaté que c’est plutôt l’inverse, dans la mesure où la part du revenu du travail moyenne non pondérée n’a pas beaucoup varié depuis 1982.

Partant de l’idée qu’il faut prendre en compte l’hétérogénéité des entreprises et expliquer la déformation du partage de la valeur ajoutée par la réallocation de l’activité vers des entreprises présentant les plus faibles part du travail, Autor et alii (2017b) proposent l’interprétation de l’« entreprise superstar » (superstar firm). Ils supposent que les conditions de marché et les conditions technologiques ont évolué de telle manière ces dernières décennies qu’elles ont entraîné une plus forte concentration des ventes au sein d’une poignée d’entreprises : ces dernières ont pu contrôler une plus large part de leur marché en proposant des produits supérieurs ou en affichant une plus forte productivité. Or, puisque ces entreprises superstars sont plus profitables, la part de leurs ventes totales ou de leur valeur ajoutée risque d’être plus faible que chez leurs concurrentes. Par conséquent, la part du travail diminue au niveau agrégé à mesure que les entreprises superstars représentent une part croissante de l’économie.

Cette explication n’est valable que si les ventes sont de plus en plus concentrées dans un nombre restreint d’entreprises dans un large éventail de secteurs. Or, Autor et ses coauteurs constatent que la concentration des ventes et de l’emploi a effectivement augmenté aux Etats-Unis entre 1982 et 2012 dans chacun des six secteurs majeurs couverts par l’Economic Census. Autor et alii (2017a) montrent en outre que les secteurs où le degré de concentration a le plus augmenté ont connu les plus fortes chutes de la part du travail, mais aussi que la chute de la part du travail s’explique avant tout par la réallocation de la main-d’œuvre vers les entreprises présentant les plus faibles parts du travail plutôt que par la réduction des parts du travail dans la plupart des entreprises. 

Simcha Barkai (2016) aboutit à une conclusion similaire, mais en remettant en cause l’idée que la baisse de la part du travail au cours des trois dernières décennies se soit traduite par une hausse de la part du capital. Il note que si la part du capital s’était fortement accrue, le taux de rendement sur le capital aurait dû augmenter, or les taux d’intérêt ont au contraire en tendance à décliner aux Etats-Unis. Il développe alors l’idée que le revenu se partage non pas entre le travail et le capital, mais entre ces deux facteurs de production et le profit : si les salaires sont le prix auquel les entreprises embauchent de la main-d’œuvre et si les taux d’intérêt sont le prix auquel les entreprises empruntent du capital, alors il reste un revenu résiduel après les versements au travail et au capital [Bunker, 2016]. Barkai montre alors que le secteur des entreprises non financières aux Etats-Unis a connu ces trois dernières décennies une forte baisse de la part du capital et une ample hausse de la part du profit. Il montre que seule une baisse du taux de marge, donc du pouvoir de marché, peut générer à la fois une baisse des parts du revenu rémunérant le travail et le capital. Sa propre analyse montre que ce sont en l’occurrence les secteurs qui se sont le plus concentrés qui ont connu la plus forte baisse de la part du travail et que la hausse de la concentration peut expliquer l’essentiel de la baisse de la part du travail au niveau agrégé.

 

Références

AUTOR, David, David DORN, Lawrence F. KATZ, Christina PATTERSON & John VAN REENEN (2017a), « The fall of the labor share and the rise of superstar firms », MIT, working paper

AUTOR, David, David DORN, Lawrence F. KATZ, Christina PATTERSON & John VAN REENEN (2017b), « Concentrating on the fall of the labor share », CEPR, discussion paper, n° 11810.

BARKAI, Simcha (2016), « Declining labor and capital shares », Université de Chicago, document de travail.

BUNKER, Nick (2016), « Lack of market competition, rising profits, and a new way to look at the division of income in the United States », in Washington Center for Equitable Growth, 22 novembre.

ELSBY, Michael W.L., Bart HOBIJN & Aysegul ŞAHIN (2013), « The decline of the U.S. labor share », Federal Reserve Bank of San Francisco, working paper, n° 2013-27, septembre.

KARABARBOUNIS, Loukas, & Brent NEIMAN (2014a), « The global decline of the labor share », in Quarterly Journal of Economics, vol. 129, n° 1.

LAWRENCE, Robert Z. (2015), « Recent declines in labour’s share in US income: A neoclassical account », NBER, working paper, n° 21296.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 17:00
Comment les inégalités de revenu ont évolué depuis un siècle aux Etats-Unis ?

Au cours des dernières décennies, les inégalités ont augmenté dans les pays développés, en particulier les pays anglo-saxons, après avoir eu tendance à décliner pendant un demi-siècle. Thomas Piketty et Emmanuel Saez (2003) ont montré que la part du revenu national détenue par les plus riches aux Etats-Unis avait suivi une évolution en forme de U tout au long du vingtième siècle, les inégalités déclinant jusqu’aux années soixante, avant d’amorcer leur remontée la décennie suivante. Saez (2016) actualise régulièrement cette étude et montre que les inégalités ont poursuivi leur hausse ces dernières années, même si la Grande Récession a renversé momentanément la tendance. Facundo Alvaredo, Anthony Atkinson, Thomas Piketty et Emmanuel Saez (2013), parmi d'autres, ont confirmé que le partage du revenu dans les autres pays développés a connu la même tendance qu'aux Etats-Unis, quoique de façon moins marquée.

Ces divers travaux rencontrent toutefois de grandes difficultés lorsqu'il s'agit de mesurer les inégalités. Alors que les précédentes études capturaient moins de 60 % du revenu national des Etats-Unis, Thomas Piketty, Emmanuel Saez et Gabriel Zucman (2016a, 2016b) ont récemment construit de nouvelles séries de données relatives à la répartition du revenu national américain depuis 1913 en combinant les données fiscales, les données tirées des enquêtes et les données des comptes nationaux. Ils sont ainsi parvenus à capturer 100 % du revenu national enregistré dans les comptes nationaux. Ainsi, ils peuvent observer avec précision la dynamique du revenu sur l’ensemble de sa répartition.

Leurs données indiquent que le revenu moyen par adulte avant impôt s’était accru de 60 % depuis 1980 et atteignait 64.000 dollars (à prix constants) en 2014. Le revenu avant impôt de la classe moyenne, c’est-à-dire des adultes dont le revenu est compris entre la médiane et le 90ème centile, s’est accru de 40 % depuis 1980, plus rapidement que ce que les données fiscales et les données d’enquête le suggèrent, en raison de la hausse des avantages en nature exonérés d’impôts. Par contre, le revenu moyen par adulte avant impôt des 50 % les plus modestes stagne autour de 16.000 dollars depuis 1980. La part du revenu des 50 % les plus modestes est ainsi passée de 20 % à 12 % entre 1980 et 2014 (cf. graphique 1).

GRAPHIQUE 1  Part du revenu national détenue par les 50 % les plus modestes aux Etats-Unis (en %)

Comment les inégalités de revenu ont évolué depuis un siècle aux Etats-Unis ?

source : Piketty et alii (2016)

Les données confirment que le revenu a explosé au sommet de la répartition. En effet, le revenu moyen avant impôt des 1 % les plus rémunérés est passé de 420.000 dollars à environ 1.300.000 dollars entre 1980 et 2014, si bien que leur part du revenu national est passée d’environ 12 % à 20 % au cours de la même période (cf. graphique 2). Depuis 1980, le revenu moyen a augmenté de 121 % pour les 10 % les plus riches, de 205 % pour les 1 % les plus riches et de 636 % pour les 0,1 % les plus riches. En 1980, les 1 % les mieux rémunérés gagnaient en moyenne 27 fois plus que les 50 % des adultes les plus modestes, tandis qu’ils gagnaient 81 fois plus que ces derniers aujourd’hui. Au cours de cette période, c’est l’équivalent de 8 points du revenu national qui ont été transférés des 50 % les plus modestes aux 1 % les plus riches. La part du revenu national détenue par les 1% les plus riches est désormais deux fois plus large que celle des 50 % les plus modestes, alors que ces derniers sont par définition 50 fois plus nombreux.

GRAPHIQUE 2  Part du revenu national détenue par les 1 % les plus riches aux Etats-Unis (en %)

Comment les inégalités de revenu ont évolué depuis un siècle aux Etats-Unis ?

source : Piketty et alii (2016)

L’essor des hauts revenus s’expliquait initialement du côté du revenu du travail : les plus riches s’enrichissaient avant tout parce que leurs salaires augmentaient rapidement. Mais à partir de 2000, cet essor s’explique plutôt du côté du revenu du capital : si les plus riches se sont enrichis plus rapidement que le reste de la population, c’est avant tout grâce à leur détention d’obligations et d’actions. Autrement dit, ces dernières décennies, les travailleurs riches (working rich) se sont mués en rentiers ou bien ces derniers les ont remplacés au sommet de la répartition. En outre, si les plus riches avaient tendance à rajeunir jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, ils ont par contre eu tendance à vieillir par la suite.

Piketty et ses coauteurs montrent que les inégalités de revenu entre les hommes et les femmes ont fortement diminué au fil des décennies, notamment grâce à la hausse du taux d’activité de ces dernières. Cette réduction des inégalités a contribué à contenir la hausse des inégalités parmi les adultes, mais l’écart de revenu entre les deux sexes demeure encore élevé. Parmi la population des 20-64 ans, les hommes gagnent en moyenne 1,7 fois plus que les femmes aujourd’hui, contre 3,7 au début des années soixante. La part du revenu détenue par les femmes décline fortement à mesure qu’elles progressent le long de la répartition du revenu du travail, ce qui dénote la présence d’un véritable plafond de verre. Les femmes détiennent seulement 16 % de la part du revenu national détenue par les 1 % les plus riches et 11 % de celle détenue par les 0,1 % les plus riches.

C’est environ un tiers des fruits de la croissance économique que le gouvernement fédéral et les gouvernements locaux redistribuent. Pourtant, Piketty et alii montrent que cette redistribution n’a contenu que de façon très limitée la hausse des inégalités. Même après redistribution, la croissance du revenu des 50 % des adultes en âge de travailler les plus modestes est proche de zéro depuis 1980. Le montant global de revenus de transfert a certes augmenté, mais les prestations sociales ciblent avant tout les retraités et les classes moyennes, c’est-à-dire ceux qui gagnent un revenu compris entre la médiane et le 90ème centile. Piketty et ses coauteurs doutent de l’efficacité du système redistributif américain, si bien qu’ils jugent plus efficace pour l’Etat américain de chercher à réduire les inégalités dans la répartition même des revenus primaires, que ce soit en favorisant l’accumulation d’actifs (capital humain et capital financier) parmi les plus modestes ou en augmentant le pouvoir de négociation de ces derniers. Cela peut passer par des politiques de scolarisation, une amélioration du financement de l’éducation, une réforme des institutions du marché du travail, un relèvement du salaire minimum, etc.

 

Références

ALVAREDO, Facundo, Anthony B. ATKINSON, Thomas PIKETTY & Emmanuel SAEZ (2013), « The top 1 percent in international and historical perspective », NBER, working paper, n° 19075, mai.

PIKETTY, Thomas, & Emmanuel SAEZ (2003), « Income inequality in the United States, 1913-1998 », in Quarterly Journal of Economics, vol. 118, n° 1.

PIKETTY, Thomas, Emmanuel SAEZ & Gabriel ZUCMAN (2016a), « Distributional national accounts: Methods and estimates for the United States », NBER, working paper, n° 22945, décembre.

PIKETTY, Thomas, Emmanuel SAEZ & Gabriel ZUCMAN (2016b), « Economic growth in the United States: A tale of two countries », Equitable growth, 6 décembre.

SAEZ, Emmanuel (2016), « Striking it richer: The evolution of top incomes in the United States », juin.

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 15:11
Qui sont les 1 % les plus riches au monde ?

Ces dernières décennies, l’essor des pays émergents, en particulier de la Chine et de l’Inde, a bouleversé l’économie mondiale et notamment la répartition mondiale des revenus. Des millions de personnes sont sorties de l’extrême pauvreté et les inégalités mondiales de revenu ont décliné (cf. graphique 1), marquant l’émergence de ce que certains considèrent comme une véritable classe moyenne mondiale.

GRAPHIQUE 1  Indicateurs d’inégalités mondiales

Qui sont les 1 % les plus riches au monde ?

source : Anand et Segal (2016)

Les inégalités de revenu et de patrimoine restent toutefois fortement marquées. Plusieurs études, notamment celles réalisées par Thomas Piketty, se sont penchées sur la part du revenu national et la part du patrimoine national détenues par les plus aisés au sein de chaque pays : elles suggèrent notamment que les 1 % les plus riches (le centile supérieur) dans les pays développés détiennent une part croissante du revenu national et du patrimoine national depuis les années soixante-dix [Alvaredo et alii, 2013]. Par contre, le sommet de la répartition mondiale des revenus reste encore peu exploré. Les économistes du Crédit Suisse notent toutefois que les 1 % des plus riches au monde possédaient 49 % de la richesse mondiale en 2000 ; cette part a ensuite atteint un minimum à 44 % en 2009, avant de s’accroître à nouveau et d’atteindre 50 % en 2015. De son côté, Oxfam estime qu’en 2015, 62 individus cumulaient ensemble autant de richesse que la moitié de l’humanité, c’est-à-dire 3,6 milliards de personnes. Les récents bouleversements de l’économie mondiale sont susceptibles de profondément modifier la répartition des catégories les plus riches au monde. Par exemple, la liste des milliardaires tenue par Forbes n’incluait aucun Chinois en 1996 ; elle en incluait 2 en 2005, 64 en 2010. En 2016, parmi les 1.810 milliardaires que cette liste recense, 251 étaient chinois. Autrement dit, 14 % des milliardaires étaient chinois.

GRAPHIQUE 2  Part du revenu mondial détenue par les 10 % les plus riches

Qui sont les 1 % les plus riches au monde ?

source : Anand et Segal (2016)

Sudhir Anand et Paul Segal (2016) ont récemment cherché à étudier en détails la composition des 1 % les plus riches au monde et son évolution entre 1988 et 2012 en utilisant les données d’enquêtes réalisées auprès des ménages et les données sur les hauts revenus tirées des données  fiscales. Ils constatent qu’un ménage devait avoir en 2012 un revenu par tête supérieur à 50.000 dollars PPA pour appartenir au centile supérieur de la répartition mondial. C’était le cas d’environ 64,2 millions de personnes, soit l’équivalent de la population française. Pour de nombreux pays développés, ce sont les 5 à 8 % des plus riches nationaux qui appartiennent au 1 % des plus riches mondiaux. Outre les membres de l’élite nationale, il s’agit de chefs entreprises ou de « super-cadres », pour reprendre l’expression de Thomas Piketty (2016). Parmi les pays en développement, c’est le Brésil qui possède la part de la population nationale appartenant aux 1 % des plus riches mondiaux la plus importante : les 1,7 % des Brésiliens les plus riches appartiennent au 1 % les plus riches au monde. Dans la plupart des autres pays en développement, cette part est bien inférieure à 1 %. Très souvent, dans les pays en développement, il s’agit de cadres supérieurs travaillant dans des grandes entreprises. Pour appartenir au 0,1 % des individus les plus riches au monde, un individu devait gagner en 2012 un revenu supérieur à 177.000 dollars PPA. Aux Etats-Unis, c’est le cas des 1 % les plus riches ; au Japon, en Allemagne, en France et aux Royaume-Uni, c’est le cas de 0,3 à 0,5 % des plus riches. Au niveau mondial, cette catégorie regroupe environ 6,4 millions de personnes. Leurs revenus moyens sont environ 67 fois plus élevés que le revenu moyen en parités de pouvoir d’achat.

GRAPHIQUE 3 Part du revenu mondial détenue par les 1 % les plus riches

Qui sont les 1 % les plus riches au monde ?

source : Anand et Segal (2016)

En outre, Anand et Segal constatent que la part des habitants des pays en développement par les 1 % les plus riches a diminué jusqu’à 2002, puis augmente significativement à partir de 2005. Autrement dit, la part des habitants des pays développés parmi les 1 % plus riches au monde a augmenté, puis décliné. En effet, elle s’élève à 79 % en 2012, alors qu’elle était comprise entre 86 %-90 % entre 1988 et 2005. Ainsi, la majorité des 1 % les plus riches au monde est toujours issue des pays développés. Même si les Chinois sont surreprésentés parmi les milliardaires, ils demeurent encore relativement peu présents par les 1 % et les 0,1 % les plus riches au monde. Malgré la forte croissance économique dont il a également jouit, l’autre grand pays émergent qu’est l’Inde n’a pas non plus vu la part de ses habitants présents parmi les 1 % les plus riches au monde s’accroître énormément.

Le point tournant dans l’évolution dans la répartition du centile supérieur mondial se situe donc aux alentours de 2005 et il coïncide ainsi avec le retournement dans l’évolution des inégalités mondiales. C’est bien la convergence des pays en développement vis-à-vis des pays développés qui a contribué à la fois à la réduction des inégalités mondiales et à la présence croissante des pays en développement parmi le centile supérieur de la répartition mondiale. Ces deux dernières tendances ont été renforcées par la crise financière mondiale qui a durablement freiné la croissance dans les pays développés. Elles sont susceptibles de se poursuivre aussi longtemps que la croissance est plus forte dans les pays en développement que dans les pays avancés. 

 

Références

ALVAREDO, Facundo, Anthony B. ATKINSON, Thomas PIKETTY & Emmanuel SAEZ (2013), « The top 1 percent in international and historical perspective », NBER, working paper, n° 19075.

ANAND, Sudhir, & Paul SEGAL (2016), « Who are the global top 1%? », Université d'Oxford, department of economics discussion paper.

PIKETTY, Thomas (2013), Le Capital au XXIe siècle.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 13:46

Au cours des deux dernières décennies, les plus pauvres ont connu une forte progression de leur niveau de vie, si bien qu’une large population a pu sortir de la pauvreté. En 1990, deux milliards de personnes étaient dans une situation de pauvreté extrême, c’est-à-dire vivaient avec moins de 1,90 dollars par jour (en parités de pouvoir d’achat de 2011) ; elles représentaient alors 37 % de la population mondiale. Entre 1990 et 2013, le nombre de personne vivant en situation de pauvreté extrême a diminué de 60 %, tandis que la proportion de la population mondiale vivant dans une telle situation est passée sur la période de 37 % à 11 %. En 2013, il restait toutefois 770 millions de personnes situés dans une situation de pauvreté extrême, soit à peu près l’équivalent de la population combinée de l’Union européenne et des Etats-Unis.

Plusieurs études suggèrent que la croissance économique joue un rôle crucial dans la réduction de la pauvreté. Selon les prévisions que fournissent Francisco Ferreira et ses coauteurs (2015) en se basant sur les estimations de la croissance du PIB entre 2005 et 2015, la part de la population mondiale se trouvant en situation de pauvreté mondiale devrait atteindre 4,2 % en 2030, soit un niveau proche de l’objectif de 3 % que la Banque mondiale s’est fixée pour cette année-là. Toutefois la croissance mondiale a ralenti ces dernières années et rien n’assure que les pays en développement connaissent pendant les 14 prochaines années une aussi forte croissance que celle qu’ils ont pu connaître au cours des années deux mille, ce qui suggère que la réduction de la pauvreté mondiale pourrait être plus lente que prévu. C’est pour cette raison que de nombreuses institutions, notamment la Banque mondiale, appellent à une croissance plus inclusive, c’est-à-dire dont les fruits seraient moins inégalement répartis dans la population.

Les informations à propos des pauvres dans le monde en développement restent toutefois très fragiles, notamment en raison du manque de données d’enquêtes des ménages harmonisées au niveau international ou encore du fait que les pays n’adoptent pas le même seuil de revenu pour définir la pauvreté. Andrés Castañeda, et ses coauteurs (2016) ont récemment cherché à dresser le profil démographique de la pauvreté extrême et modérée en se basant sur les enquêtes réalisées auprès des ménages dans 89 pays en développement. En 2013, dans l’ensemble de ces pays, 1,5 milliard de personnes vivaient dans une situation de pauvreté modérée, c’est-à-dire avec plus de 1,90 dollars, mais moins de 3,10 dollars par jour, ce qui représente 23 % de leur population totale.

Au terme de leur analyse, Castañeda et ses coauteurs constatent que la pauvreté est avant tout jeune et rurale, bien plus que le suggéraient les précédentes études. En effet, 80 % des pauvres extrêmes et 76 % des pauvres modérés vivent dans des espaces ruraux. Les auteurs ne rejettent pas l’idée que ces parts soient quelques peu surestimées, ne serait-ce que du fait que le coût de la vie est moindre en milieu rural que dans les villes, mais une analyse plus approfondie des données de l’Asie du Sud les amène à suggérer que ce biais est très modeste. En outre, leur étude suggère que plus de 45 % des pauvres extrêmes sont des jeunes de moins de 15 ans et près de 60 % des pauvres extrêmes vivent dans des ménages avec trois enfants ou plus. Ensuite, Castañeda et ses coauteurs confirment que la scolarité et la pauvreté sont fortement et négativement corrélées l’une avec l’autre. Toutefois, l’école primaire ne suffit pas pour sortir de la pauvreté. En effet, 40 % des pauvres extrêmes et 50 % des pauvres modérés ont achevé leur école primaire. Enfin, même s’ils partagent des similitudes, notamment en termes d’âge ou de structure familiale, les pauvres extrêmes se distinguent des pauvres modestes à plusieurs niveaux : par exemple, relativement aux pauvres extrêmes, les pauvres modérés ont significativement plus de chances d’achever l’école primaire et sont moins susceptibles de travailler dans l’agriculture.

 

Références

CASTAÑEDA, Andrés, Dung DOAN, David NEWHOUSE, Minh Cong NGUYEN, Hiroki UEMATSU et João Pedro AZEVEDO (2016), « Who are the poor in the developing world? », Banque mondiale, policy research working paper, n° 7844, octobre.

FERREIRA, Francisco H. G., Shaohua CHEN, Andrew L. DABALEN, Yuri M. DIKHANOV, Nada HAMADEH, Dean Mitchell JOLLIFFE, Ambar NARAYAN, Espen Beer PRYDZ, Ana L.REVENGA, Prem SANGRAULA, Umar SERAJUDDIN et Nobuo YOSHIDA (2015), « A global count of the extreme poor in 2012 - Data issues, methodology and initial results », Banque mondiale, policy research working paper, n° 7432.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 22:16

Après avoir été relativement ignorées par les économistes pendant plusieurs décennies, les inégalités de revenu se sont retrouvées inscrites au centre des analyses économiques et des débats politiques après la récente crise financière mondiale. Pour les néoclassiques, une hausse des inégalités est nécessaire, tout du moins initialement, pour amorcer la croissance économique : une minorité doit initialement s’enrichir pour épargner et ainsi financer l’accumulation du capital. C’est notamment pour cette raison que Kuznets considérait que les premiers temps de l’industrialisation et de la croissance économique s’accompagnaient nécessairement d’un creusement des inégalités. De leur côté, les keynésiens estiment au contraire qu'un accroissement des inégalités freine la croissance en déprimant la demande globale. En l’occurrence, le creusement des inégalités que connaissent les pays développés ces dernières décennies pourrait contribuer à la stagnation séculaire à laquelle ils semblent désormais confrontés [Summers, 2015]. La crise financière elle-même résulterait de la détérioration dans le partage du revenu : aux Etats-Unis, la stagnation des revenus aurait incité (ou contraint) les ménages des classes moyennes et populaires à s’endetter, alimentant ainsi une bulle spéculative et une expansion insoutenable du crédit [Kumhof et Rancière, 2010]. Enfin, certains relient la détérioration de certains comptes courants à l’accroissement des inégalités [Rancière et alii, 2012].

Ces diverses thèses font jouer un rôle décisif à l’épargne. Pourtant, au niveau théorique, le signe de la relation entre inégalités de revenu et épargne agrégée est ambigu. Partant de l’hypothèse que les plus riches présentent une plus faible propension à consommer que les plus pauvres, les keynésiens en déduisent qu’un creusement des inégalités doit avoir pour conséquence d’accroître l’épargne agrégée. C’est précisément le mécanisme que les actuels partisans de la théorie de la stagnation séculaire mettent en avant lorsqu’ils suggèrent que l’accroissement des inégalités contribue à la faiblesse structurelle de la demande globale. D’un autre côté, l’hypothèse du revenu relatif de James Duensenberry (1949) suggère qu’un accroissement des inégalités est susceptible de réduire l’épargne agrégée en incitant les classes moyennes et populaires à accroître leurs dépenses de consommation par émulation. D’autres suggèrent qu’un creusement des inégalités réduit l’épargne agrégée en alimentant la pression politique pour un surcroît de taxation (des plus riches) et de redistribution (des plus riches vers les plus pauvres).

Les études empiriques ne s’accordent ni sur le signe, ni même sur l’existence d’une éventuelle relation entre épargne et inégalités au niveau agrégé. Klaus Schmidt-Hebbel et Luis Serven (2000) ont observé un échantillon de 19 pays développés et de 33 pays en développement ; leur analyse ne leur permet pas de confirmer l’idée que les inégalités de revenu aient un effet systématique sur l’épargne agrégée. En analysant un sous-échantillon de pays de l’OCDE et de pays asiatiques, Hongyi Li et Heng-Fu Zou (2004) concluent que les inégalités de revenu et le taux d’épargne peuvent être positivement et significativement reliés. Andrew Leigh et Alberto Posso (2009) ont observé 11 pays développés sur la période s’étalant entre 1921 et 2002 pour déceler une éventuelle relation entre taux d’épargne et inégalités de revenu, en mesurant ces dernières en prenant la part du revenu national qui rémunère les 10 % des ménages les plus riches et celle qui rémunère les 1 % des ménages les plus riches. Ils ne constatent pas de relation entre les parts des hauts revenus et le niveau courant des taux d’épargne. Ils interprètent leurs résultats comme suggérant que les inégalités au sommet de la distribution des revenus ne constituent pas un facteur explicatif significatif taux d’épargne nationaux.

Peter Bofinger et Philipp Scheuermeyery (2016) ont étudié un échantillon de 29 pays riches. Ils mettent en évidence une relation concave et non monotone entre les inégalités de revenu et le taux d’épargne des ménages au niveau agrégé. Ils ont constaté que, si la relation entre inégalités et épargne agrégée est positive à de faibles niveaux d’inégalités, elle devient par contre négative à des niveaux d’inégalités plus élevés. Autrement dit, à un faible niveau d’inégalités, un surcroît d’inégalités se traduit par une hausse de l’épargne agrégée ; à un niveau élevé d’inégalités, un creusement des inégalités se traduit par une baisse de l’épargne agrégée. Ils constatent également un impact non monotone des inégalités sur l’épargne privée, l’épargne nationale et le solde de compte courant. Bofinger et Scheuermeyery cherchent ensuite à déterminer à partir de quel niveau d’inégalités l’impact marginal des inégalités sur l’épargne devient, non plus positif, mais négatif. Après avoir utilisé différentes approches empiriques, ils localisent le point tournant autour d’un coefficient de Gini net entre 28 et 30.

Bofinger et Scheuermeyery notent toutefois que la relation négative observée à des niveaux élevés d’inégalités semble avoir disparu depuis la crise financière mondiale, ce qui les amène à se pencher sur le rôle joué par le secteur financier. Ils constatent alors que la relation entre inégalités et épargne dépend des conditions financières. Un creusement des inégalités entraîne une hausse de l’épargne lorsque le ratio crédit sur PIB, mais une baisse de l’épargne lorsque le ratio crédit sur PIB atteint des niveaux élevés ou lorsque les marchés sont très libéralisés. Un fort niveau d’inégalités pourrait ainsi s’accompagner d’un accroissement de la consommation en incitant les ménages les plus pauvres à recourir au crédit pour soutenir leurs dépenses de consommation. Mais une fois qu’une telle dynamique se solde par une crise financière, les ménages endettés perdent l’accès au crédit et leur taux d’épargne se relève, si bien que la relation entre inégalités et épargne agrégée redevient positive.

 

Références

BOFINGER, Peter, & Philipp SCHEUERMEYERY (2016), « Income distribution and aggregate saving: A non-monotonic relationship », CEPR, discussion paper, n° 11435.

DUESENBERRY, James S. (1949), Income, saving, and the theory of consumer behavior.

KUMHOF, Michael, Claire LEBARZ, Romain RANCIÈRE, Alexander W. RICHTER & Nathaniel A. THROCKMORTON (2012), « Income inequality and current account imbalances », FMI, working paper, n° 12/08.

KUMHOF, Michael, & Romain RANCIÈRE (2010), « Inequality, leverage and crises », FMI, working paper, n° 10/268.

LEIGH, Andrew, & Alberto POSSO (2009), « Top incomes and national savings », in Review of Income and Wealth, vol. 55, n° 1.

LI, Hongyi, & Heng-Fu ZOU (2004), « Savings and income distribution », in Annals of Economics and Finance, vol. 5, n° 2.

SCHMIDT-HEBBEL, Klaus, & Luis SERVEN (2000), « Does income inequality raise aggregate saving? », in Journal of Development Economics, vol. 61, n° 2.

SUMMERS, Laurence H. (2015), « Demand side secular stagnation », in American Economic Review, vol. 105, n° 5.

Partager cet article
Repost0
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 22:39

Toute transaction marchande, toute coopération, requièrent un minimum de confiance vis-à-vis d’autrui, en particulier en situation d’asymétrie d’information. Un surcroît de confiance n’incite pas seulement les agents à multiplier les relations marchandes, il contribue également à réduire les coûts de transaction. Au niveau agrégé, il est ainsi susceptible de stimuler la croissance économique en favorisant plusieurs de ses déterminants, comme les échanges, le crédit, l’investissement, l’entrepreneuriat, l’innovation, etc. [Algan et Cahuc, 2013]. En identifiant les déterminants du développement économique à long terme, les économistes ont ainsi pu noter l'importance de la culture et de la religion, dans la mesure où les valeurs qu'elles véhiculent sont plus ou moins propices à la croissance. La qualité des institutions se révèle elle-même essentielle aux performances macroéconomiques de par leurs effets sur la confiance. Or plusieurs études, notamment celles réalisées par Robert Putnam, suggèrent que la confiance et plus largement le capital social ont décliné dans plusieurs pays développés. Aux Etats-Unis, la part des sondés estimant qu’ils peuvent faire confiance à la plupart des personnes est passée d’environ 50 % à 33 % entre le début des années soixante-dix et 2010. Beaucoup ont alors conclu le manque de confiance, voire la défiance, ont pu freiner la croissance.

D’un autre côté, ces dernières décennies ont également été marquées par un creusement des inégalités de revenu et de richesses, tout du moins dans les pays développés. Or, de plus en plus d’analyses, notamment celles du FMI ou de l’OCDE, concluent que l’effet net des inégalités sur la croissance se révèle négatif. Certains ont alors naturellement relié le creusement des inégalités et le déclin de la confiance au ralentissement de la croissance, mais aussi suggéré qu’ils pouvaient être directement liés l’un à l’autre.

En cherchant à préciser quels facteurs sont susceptibles d’influencer la croissance via leurs effets sur la confiance, plusieurs études ont en effet souligné le rôle joué par les inégalités de revenu et de richesse. Par exemple, Stephen Knack et Philip Keefer (1997) constatent que la confiance et les normes civiques sont plus fortes dans les pays présentant de plus hauts revenus et une plus grande égalité de revenus. Plusieurs raisons, sur le plan théorique, amènent effectivement à penser que l’essor des inégalités alimente la défiance [Barone et Mocetti, 2016]. Par exemple, les inégalités économiques génèrent ou renforcent la distance sociale entre les individus : plus les inégalités économiques sont fortes, plus les barrières sociales entre les différents groupes sont importantes et moins leurs membres se sentent à l’aise à l’idée de tisser des liens entre eux. En outre, les inégalités peuvent alimenter le sentiment d’injustice et la croyance que les autres disposent d’avantages immérités. Enfin, des communautés inégalitaires peuvent ne pas parvenir à s’accorder sur la manière par laquelle financer et partager les biens publics. 

Certains ont alors cherché à déterminer explicitement si le déclin du capital social et l’essor des inégalités sont effectivement liés l’un à l’autre. Par exemple, en utilisant des données relatives à la Suède sur la période comprise entre 1994 et 1998, Magnus Gustavsson et Henrik Jordahl (2008) ont constaté que les inégalités entre les ménages réduisent la confiance, en particulier lorsqu’elles se concentrent dans la moitié inférieure de la répartition des revenus. En outre, ils constatent que l’effet est plus important dans le cas des inégalités du revenu disponible que dans le cas des inégalités du revenu primaire et pour les personnes qui présentent la plus forte aversion face aux écarts de revenu. De leur côté, en étudiant les résultats de l’enquête internationale World Values Survey, Guglielmo Barone et Sauro Mocetti (2016) confirment que les inégalités réduisent la confiance, mais l’effet n’est statistiquement significatif que parmi les pays développés : dans ces derniers, une hausse de 1 point de pourcentage de l’indice de Gini se traduit en moyenne par une baisse de 2 points de pourcentage de la part des individus qui déclarent que l’on peut faire confiance à la plupart des gens. A l’inverse de Gustavsson et Jordahl, ils constatent que la relation négative entre les inégalités et la confiance s’explique par le sommet de la répartition des revenus. Enfin, leurs résultats suggèrent que l’impact des inégalités sur la confiance est plus faible lorsque la mobilité intergénérationnelle est plus forte.

Dans une récente contribution pour le FMI, Eric Gould et Alexander Hijzen (2016) ont étudié l’impact des inégalités sur le niveau de confiance que chaque individu tend à accorder à autrui et sur divers autres indicateurs habituellement utilisés pour mesurer le capital social. Pour cela, ils ont utilisé les données de l’American National Election Survey (ANES) relatives à la période 1980-2010 pour les Etats-Unis et les données issues de l’European Social Survey (ESS) relatives à la période 2002-2012 pour les pays européens. Les résultats que Gould et Hijzen obtiennent confirment que les inégalités de revenu réduisent le niveau de confiance que chaque individu place en autrui dans les pays développés. Dans le cas des Etats-Unis, il semble que ce soit principalement l’accroissement des inégalités en bas de la répartition des revenus qui pèse sur la confiance et cette dynamique affecte essentiellement les moins éduqués et ceux qui appartiennent au tiers le plus pauvre de la répartition des revenus. Les niveaux de confiance des Européens sont également affectés par l’accroissement des inégalités, mais, à l’inverse des Etats-Unis, l’impact des inégalités sur la confiance en Europe est davantage généralisé. L’accroissement des inégalités au sommet et à la base de la répartition des revenus pèse sur la confiance et cet effet négatif s’observe indépendamment du niveau de diplôme des individus. Certaines preuves empiriques suggèrent que les inégalités sur l’ensemble du spectre amènent les Européens à désirer un surcroît d’action publique pour réduire les inégalités de revenu, alors qu’il y a peu de preuves empiriques allant dans ce sens dans le cas des Américains. Dans la mesure où de nombreuses études ont relié la confiance à la croissance économique, ces divers résultats suggèrent un canal indirect, mais important, via lequel les inégalités de revenu freinent la création de richesses.

 

Références

ALGAN, Yann, & Pierre CAHUC (2013), « Trust, growth, and well-being: New evidence and policy implications », in Philippe Aghion & Steven Durlauf (dir.), Handbook of Economic Growth.

BARONE, Guglielmo, & Sauro MOCETTI (2016), « Inequality and trust: New evidence from panel data », in Economic Inquiry, vol. 54, n° 2, avril.

GOULD, Eric D., & Alexander HIJZEN (2016), « Growing apart, losing trust? The impact of inequality on social capital », FMI, working paper, n° 16/176, août.

GUSTAVSSON, Magnus, & Henrik JORDAHL (2008), « Inequality and trust in Sweden: Some inequalities are more harmful than others », in Journal of Public Economics, vol. 92, n° 1-2, février.

KNACK, Stephen, & Philip KEEFER (1997), « Does social capital have an economic payoff? A cross-country investigation », in Quarterly Journal of Economics, vol. 112, n° 4, novembre.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 22:59

Si certains, comme Robert Gordon (2012), craignent que la croissance s’essouffle avec le ralentissement de l’innovation, d’autres pensent que cette dernière se poursuit au contraire à un rythme soutenu, mais avec de profonds effets pervers. Beaucoup, comme Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee (2012), craignent que les avancées technologiques, notamment celles associées à la révolution numérique, entraînent une réduction du nombre d’emplois disponibles dans l’économie. Certains, comme Lukas Karabarbunis et Brent Neiman (2013) estiment que la réduction de la part du revenu national rémunérant le travail que l’on a pu également observer ces dernières décennies dans les pays développés, en particulier aux Etats-Unis, s’explique précisément par le progrès technique : la baisse du prix des biens d’investissement, liée aux technologies d’information et de communication, pousserait les entreprises à délaisser le travail pour le remplacer par du capital dans le processus de production. Enfin beaucoup estiment également que le progrès technique a alimenté les inégalités salariales ces dernières décennies. Il serait en effet « biaisé en faveur du travail qualifié » (skill-biased) : les machines tendent à être plutôt complémentaires avec le travail qualifié, mais substituables avec le travail peu qualifié. D’un côté, les avancées technologiques permettent d’automatiser un nombre croissant de tâches de production, ce qui réduit la demande de main-d’œuvre qualifiée. De l’autre, l’innovation et l’adoption de machines toujours plus complexes accroissent la demande de main-d’œuvre très qualifiée. Comme la rémunération d'un facteur est censée être d'autant plus forte qu'il est demandé, les travailleurs peu qualifiés voient leurs salaires stagner, voire diminuer, tandis que les travailleurs qualifiés voient leurs salaires augmenter.

Daron Acemoglu et Pascual Restrepo (2016a, 2016b) jugent que certaines de ces craintes sont exagérées. Beaucoup par le passé, notamment certains des économistes les plus influents, qu’il s’agisse de Ricardo, de Keynes, de l’historien Heilbroner ou encore de Leontief, ont estimé que le « travail humain » deviendrait « redondant » et qu’un véritable « chômage technologique » se généraliserait. Les événements ont donné tort à ces auteurs... pour l'instant. Cela ne signifie pas que la présente vague d’innovations technologiques n’est pas destructrice d’emplois. Mais pour Acemoglu et Restrepo, rien ne suggère non plus qu’elle diffère des précédentes vagues d’innovations. Les dynamiques sur les marchés du travail des pays développés seraient en effet impulsées par deux forces technologiques : d’une part, l’automatisation des tâches existantes et, d’autre part, la création de nouvelles tâches de production complexes. Ces deux forces contribuent à la croissance économique, mais elles n’ont pas le même impact sur les prix des facteurs, l’emploi et les parts du revenu national rémunérant chaque facteur. L’automatisation permet aux entreprises de réaliser des tâches qui étaient autrefois réalisées par les travailleurs avec du capital, tandis que la création de nouvelles tâches complexes (pour lesquelles les travailleurs disposent d’un avantage comparatif par rapport aux machines) permet aux entreprises de remplacer les vieilles tâches par de nouvelles variantes pour lesquelles les travailleurs sont plus productifs.

Acemoglu et Restrepo proposent alors une modélisation pour examiner les répercussions de ces deux formes de progrès technique sur la croissance, l’emploi, les salaires et la répartition du revenu national. Ils s'inscrivent pleinement dans la tradition néoclassique en considérant que l'usage et la rémunération de chaque facteur de production dépend avant tout de son prix relatif. Dans la version statique de leur modèle, le capital est fixe et la technologie exogène. Ils montrent alors que la mécanisation réduit l’emploi et le part du revenu national rémunérant le travail, mais qu’elle est également susceptible de réduire les salaires. La création de tâches plus complexes conduit à l’enchaînement inverse : non seulement elle entraîne une hausse de l’emploi, de la part du revenu national rémunérant le travail et des salaires, mais elle est également susceptible de pousser le taux de rendement du capital à la baisse. Dans cette optique, pour que les avancées technologiques ne conduisent pas à l’avenir à une destruction nette d’emplois, la création de tâches domestiques doit être au moins aussi rapide que le processus d’automatisation.

Acemoglu et Restrepo complètent ensuite leur modèle en endogénéisant l’accumulation du capital et l’orientation de la recherche-développement en faveur de l’une ou de l’autre des forces technologiques en fonction des opportunités de profit qu’elles offrent respectivement. Par exemple, plus le coût du capital diminue, plus l’automatisation sera profitable, ce qui stimule cette dernière. Un sentier de croissance équilibrée et stable est possible, mais à la condition que l’automatisation et la création de nouvelles tâches complexes progressent au même rythme. La réponse du capital assure que les gains de productivité tirés de l’automatisation et de l’introduction de nouvelles tâches complexes affectent directement le travail (le facteur qui est relativement inélastique) et accroissent les salaires globaux à long terme, ce qui correspond à ce qu’Acemoglu et Restrepo qualifient d’« effet de productivité ». Même si ce dernier pousse les salaires réels à la hausse, l’automatisation réduit toujours la part du revenu national rémunérant le travail. Toutefois, à long terme, la réponse endogène de la technologie ramène la part du travail dans le revenu national et l’emploi à leurs niveaux initiaux, en raison d’effets-prix. Par exemple, si l’automatisation est plus rapide que la création de nouvelles tâches complexes, les forces du marché provoquent un ralentissement de l’automatisation et une accélération de la création de nouvelles tâches complexes. En effet, une hausse de l’automatisation réduit le coût d’usage du travail dans la production, ce qui décourage l’automatisation de nouvelles tâches et réoriente la recherche-développement en faveur de la création de nouvelles tâches intensives en travail. Au final, après avoir diminué, la part du revenu national rémunérant le travail augmente à nouveau. En outre, Acemoglu et Restrepo suggèrent qu’une automatisation rapide ne signale pas forcément une régression du travail, mais qu’elle pourrait au contraire précéder une phase d’innovations technologiques favorisant le travail.

Bien que l’économie possède de puissantes forces autocorrectrices, l’équilibre se caractérise cependant par un excès d’automatisation et par d'insuffisantes créations de nouvelles tâches complexes. Cette inefficacité apparaît parce que la mécanisation, qui permet aux entreprises d’économiser en termes de masse salariale, réagit aux hauts salaires : lorsqu’une partie des salaires correspond à des rentes, alors il y aura davantage d’automatisation que ne le désirerait un planificateur social et la technologie est alors biaisée, de façon inefficace, en faveur de la substitution du travail par le capital.

Finalement, Acemoglu et Restrepo étendent leur modèle pour prendre en compte la diversité des compétences et ils considèrent que la main-d’œuvre qualifiée présente un avantage comparatif dans les nouvelles tâches complexes. L’automatisation détruit les emplois des travailleurs peu qualifiés, ce qui accroît les inégalités de revenu en réduisant la demande de travail peu qualifié. De même, toujours parce que les travailleurs qualifiés ont un avantage comparatif dans les nouvelles tâches complexes, la création de telles tâches contribue également à accroître les inégalités de revenu, mais cette fois-ci en stimulant la demande de travail qualifié. Mais des forces autocorrectrices limitent la hausse des inégalités à long terme. En effet, les nouvelles tâches finissent pas être standardisées, si bien qu'elles peuvent employer des travailleurs peu qualifiés de façon plus productive.

 

Références

ACEMOGLU, Daron, & Pascual RESTREPO (2016a), « The race between machine and man: Implications of technology for growth, factor shares and employment », NBER, working paper, n° 22252, mai.

ACEMOGLU, Daron, & Pascual RESTREPO (2016b), « The race between machines and humans: Implications for growth, factor shares and jobs », in voxEU.org, juillet.

BRYNJOLFSSON, Erik, & Andrew MCAFEE (2014), The Second Machine Age, Norton.

GORDON, Robert (2012), « Is U.S. economic growth over? Faltering innovations confronts the six headwinds », NBER, working paper, n° 18315.

KARABARBUNIS, Lukas, & Brent NEIMAN (2013), « The global decline of the labor share », NBER, working paper, n° 19136.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 16:28

John Komlos (2016) a cherché à déterminer comment les fruits de la croissance économique ont été répartis dans la population américaine au cours des trois dernières décennies. L’auteur a utilisé les données du Census et du Congressional Budget Office (CBO) pour évaluer la croissance du revenu des différents quintiles entre 1979 et 2011, ainsi que les variations associées du bien-être. Ses constats sont cohérents avec l’idée d’une « érosion » de la classe moyenne aux Etats-Unis. Le revenu des deuxième et troisième quintiles se sont accrus à un rythme compris entre 0,1 % et 0,7 %, soit à un rythme presque nul. Ce rythme est d’autant plus désolé qu’il n’a pu être atteint qu’avec l’accroissement substantiel des revenus de transfert à destination des classes moyennes. Si l’estimation la plus basse (une croissance annuelle de 0,1 %) est juste, alors il faudra environ six siècles pour que les revenus du deuxième quintile double. Un tel rythme est précisément le même que celui qui prévalait avant la Révolution industrielle.

GRAPHIQUE  Estimations du taux de croissance du revenu en fonction des quintiles et centiles entre 1979 et 2011 (par an, en %)

Les fruits inégalement répartis de la croissance américaine

source : Komlos (2016)

Malgré tout, le revenu du premier quintile a connu une croissance positive. Les 20 % des Américains les plus pauvres ont connu une croissance du revenu comprise entre 0,5 % et 1 %, c’est-à-dire à un rythme plus rapide que les deuxième et troisième quintiles, mais égal à celui du quatrième. Ce résultat est d’autant plus surprenant que le premier quintile a reçu de moins en moins de revenus de transferts au cours du temps, contrairement aux classes moyennes. Le revenu du premier quintile reste au strict minimum pour vivre aux Etats-Unis. En effet, son revenu moyen, équivalent à environ 17.900 par an en 2011, était à peu près au même niveau que le seuil de pauvreté pour une famille de trois personnes.

Le seul quintile qui a bénéficié d’une amélioration significative de son niveau de vie est le dernier, ce qui confirme un profond creusement des inégalités de revenu au cours des dernières décennies [Piketty et Saez, 2003 ; Saez, 2015]. Le revenu des 1 % des ménages les plus aisés s’est accru à un rythme compris entre 3,4 et 3,9 % par an au cours des trois décennies observées. La valeur annuelle moyenne de leur revenu a plus que triplé entre 1979 et 2011, en passant d’environ 281.000 dollars à 918.000 dollars. Le revenu après redistribution des 1 % des plus aisés représentait 51 fois celui du première quintile en 2011, contre 21 en 1979. Le revenu des personnes comprises entre les 96ème et 99ème centiles sont passés d’un multiple de 8,1 à un multiple de 11,3. 

Au final, Komlos estime que l’économie américaine a échoué à améliorer le bien-être de tous les résidents et même de la majorité d’entre eux. Le revenu moyen a beau avoir augmenté, une partie de la population n’a pas vu sa situation s’améliorer. En effet, la classe moyenne américaine a connu une baisse relative de son revenu et de son bien-être, ce qui explique selon Komlos pourquoi les indices de satisfaction de vivre des Américains a pu avoir tendance à diminuer avant même qu’éclate la crise financière [Easterlin, 2016].

 

Références

EASTERLIN, Richard A. (2016), « Paradox lost? », IZA, discussion paper, n° 9676, janvier.

KOMLOS, John (2016), « Growth of income and welfare in the U.S, 1979-2011 », NBER, working paper, n° 22211, avril.

PIKETTY, Thomas, & Emmanuel SAEZ (2003), « Income inequality in the United States, 1913-1998 », in Quarterly Journal of Economics, vol. 118, n° 1.

SAEZ, Emmanuel (2015), « Striking it richer: The evolution of top incomes in the United States ».

Partager cet article
Repost0
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 10:32

Ces dernières décennies ont été marquées par une nouvelle phase soutenue de mondialisation des échanges. Celle-ci s’est peut-être traduite par une baisse des inégalités de revenu entre les pays, mais elle semble plus sûrement s’être accompagnée d'une détérioration des inégalités dans chaque pays. Les canaux exacts par lesquels la mondialisation des échanges affecte les inégalités de revenu prêtent  toutefois toujours à discussion. Peter Egger, Sergey Nigai et Nora Strecker (2016) se sont récemment penchés sur l’un des possibles canaux de transmission : celui de la fiscalité.

D’un côté, des auteurs comme Dani Rodrik (1998) suggèrent que diverses mesures de la mondialisation sont corrélées avec les dépenses dans les biens publics. D’un autre côté, l’accroissement de la mobilité des facteurs de production, dans un contexte de libéralisation financière, est susceptible de réduire la capacité des Etats à prélever des impôts ; c’est ce que constant notamment Michael Devereux et alii (2008) dans le cas de la mobilité du capital ou encore Henrik Jacobsen Kleven et alii (2014) dans le cas de la mobilité des travailleurs très qualifiés et à haut revenu. Par conséquent, chaque Etat tend à faire face à une demande croissante de biens publics, alors même qu’il repose sur des bases fiscales de plus en plus étroites ; ces dernières comprennent essentiellement le patrimoine, les dépenses et le revenu personnel des travailleurs relativement immobiles. Cette dynamique est alors susceptible d’avoir deux conséquences perverses : une tendance à la détérioration des finances publiques et un accroissement des inégalités, ces deux effets pervers ayant en outre sûrement tendance à se renforcer mutuellement, comme l’ont suggéré Martin Larch (2010), Marina Azzimonti et alii (2012) ou encore Santo Milasi (2012).

GRAPHIQUE  Composition des recettes fiscales (en %)

Le contrecoup fiscal de la mondialisation

source : Egger et alii (2016)

Egger et alii ont donc analysé les répercussions de la mondialisation sur la taille et la composition des recettes fiscales (cf. graphique), sur le fardeau fiscale propre aux travailleurs et sur les taux d’imposition effectifs du revenu du travail. Pour cela, ils se sont basés sur un large échantillon de données internationales relatives à la période comprise entre 1980 et 2012. Ils constatent que les gouvernements recherchent de plus en plus des sources fiscales autres que les impôts sur les entreprises, ce qui est cohérent avec la théorie selon laquelle l’Etat a de plus en plus en plus de difficulté de taxer les facteurs de production, notamment le capital. En l’occurrence, la mondialisation a incité les gouvernements à accroître les impôts à la charge des salariés. Le fardeau fiscal sur les classes moyennes, relativement à celui des ménages les plus modestes et des ménages les plus aisés, a eu tendance à augmenter, en particulier dans les pays développés. Cette dynamique découle entre autres des modifications des lois relatives à la fiscalité, ce qui permet de taxer plus agressivement les classes moyennes par rapport aux extrêmes de la répartition des revenus. Entre 1994 et 2007, la mondialisation aurait contribué à accroître leur taux d’imposition du revenu de 1,5 point de pourcentage, tandis que les 1 % des travailleurs les plus aisés virent le leur diminuer d’environ 1,5 point de pourcentage. Une telle dynamique contribue alors à expliquer pourquoi des indicateurs d’inégalités de revenu comme l’indice de Gini et la part du revenu national détenu par les 1 % les plus aisés aient eu tendance à se dégrader ces dernières décennies.

 

Références

AZZIMONTI, Marina, Eva DE FRANCISCO & Vincenzo QUADRINI (2012), « Financial globalization, inequality, and the raising of public debt », Federal Reserve Bank of Philadelphia, working paper, n° 12-6, 17 février.

DEVEREUX, Michael P., Ben LOCKWOOD & Michela REDOANO (2008), « Do countries compete over corporate tax rates? », in Journal of Public Economics, vol. 92, n° 5-6.

EGGER, Peter, Sergey NIGAI, Nora STRECKER (2016), « The taxing deed of globalization », CEPR, discussion paper, n° 11259 , mai.

KLEVEN, Henrik Jacobsen, Camille LANDAIS, Emmanuel SAEZ & Esben Anton SCHULTZ (2014), « Migration and wage effects of taxing top earners: Evidence from the foreigners' tax scheme in Denmark », in Quarterly Journal of Economics, vol. 129, n° 1.

LARCH, Martin (2010), « Fiscal performance and income inequality: Are unequal societies more deficit-prone? Some cross-country evidence », European economy Economic paper, vol. 414.

MILASI, Santo (2012), « Top income shares and budget deficits », document de travail.

RODRIK, Dani (1998), « Why do more open economies have bigger governments? », in Journal of Political Economy, vol. 106, n° 6.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 15:56

Même si beaucoup d’études ont depuis longtemps cherché à préciser le lien entre l’inflation et la répartition des revenus et richesses, l’impact direct de la politique monétaire sur les inégalités n’est par contre analysé que depuis très récemment, en particulier parce que l’accroissement des inégalités de revenu que l’on a pu observer ces dernières décennies dans les pays avancés semble avoir joué un rôle déterminant dans l’accumulation des déséquilibres qui ont conduit à la crise financière mondiale.

Olivier Coibion, Yuriy Gorodnichenko, Lorenz Kueng et John Silvia (2012) ont pourtant identifié plusieurs canaux via lesquels la politique monétaire était susceptible d’influencer les inégalités. La politique monétaire cherche à influencer l’activité via les variations des taux d’intérêt et des prix d’actifs (les cours boursiers, les cours des obligations, les prix des logements...). Or, selon le canal de la redistribution de l’épargne, une hausse non anticipée des taux d’intérêt ou une désinflation inattendue entraînent une redistribution de richesse au profit des épargnants et au détriment des emprunteurs, or ce sont justement les plus pauvres qui ont tendance à emprunter. Selon le canal du portefeuille, la hausse des prix des actifs financiers (actions, obligations) bénéficie de façon disproportionnée aux ménages les plus aisés, dans la mesure où ce sont surtout ces derniers qui les possèdent. 

Coibion et ses coauteurs ont alors étudié les contributions de la politique monétaire sur la consommation et les inégalités de revenu depuis 1980. Ils constatent que les resserrements monétaires ont systématiquement accru les inégalités de revenu du travail, de revenu total, de consommation et de dépenses totales. En outre, les chocs monétaires expliquent une part importante des variations cycliques du revenu et de consommation. Malgré le formidablement assouplissement des politiques monétaires ces dernières années, celles-ci ont pu contribuer à accroître les inégalités. En effet, la Grande Récession a été si violente que les économies avancées se sont retrouvées dans une trappe à liquidité : le taux d’intérêt « naturel » a été fortement négatif. Or, les banques centrales peuvent difficilement réduire leurs taux directeurs en-deçà de zéro, si bien que leur politique monétaire demeure excessivement restrictive même lorsque les taux d’intérêt nominaux sont à leur borne inférieure.

Afin d’assouplir davantage leur politique monétaire une fois leurs taux directeurs au plus proche de zéro, les banques centrales ont eu recours à des mesures non conventionnelles, notamment à des achats d’actifs à large échelle via des programmes d’assouplissement quantitatif (quantitative easing). Ayako Saiki et Jon Frost (2014) ont observé comment de telles mesures ont affecté les inégalités au Japon. Leur analyse suggère qu’elles ont accru les inégalités, en particulier après 2008, lorsque l’assouplissement quantitatif est devenu plus agressif. Saiki et Frost estiment que c’est à travers le canal de portefeuille, c’est-à-dire via la hausse des prix d’actifs, que la politique monétaire non conventionnelle a eu tendance à aggraver les inégalités dans l’économie insulaire.

La Banque du Japon n’a pas la seule banque centrale à avoir utilisé des mesures non conventionnelles : la Fed, la Banque d’Angleterre et la BCE ont toutes les trois utilisé une forme ou une autre d’achats d’actifs à grande échelle. Klaus Adam et Panagiota Tzamourani (2015) se sont penchés sur les répercussions des achats d’actifs à grande échelle sur les prix d’actifs et la répartition du revenu et du patrimoine en zone euro. Ils constatent que les hausses des cours boursiers entraînent une hausse significative des inégalités de patrimoine, alors que les hausses des cours obligataires ne semblent pas modifier la répartition des richesses. Ils aboutissent à ce constat, aussi bien en observant la zone euro dans sans ensemble que les pays-membres pris individuellement. Ils constatent également que 20 % des ménages de la zone euro, caractérisés par un plus faible revenu et un plus faible patrimoine que la moyenne, n’ont absolument pas bénéficié des hausses des prix d’actifs financiers.

Encore plus récemment, Dietrich Domanski, Michela Scatigna et Anna Zabai (2016) se sont penchés sur la récente hausse des inégalités de richesse dans les pays développés en observant les effets de valorisation sur les actifs et passifs des ménages. En utilisant les données d’enquêtes réalisées auprès des ménages en Allemagne, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, en Italie et aux Royaume-Uni, ils analysent les possibles vecteurs des inégalités de richesse et les répercussions de la politique monétaire via son impact sur les taux d’intérêt et les prix d’actifs. Leurs simulations suggèrent que les inégalités de richesse se sont généralement accrues depuis la crise financière mondiale dans les six pays qu’ils étudient. En l’occurrence, sur la période étudiée, le patrimoine net des plus riches a augmenté deux fois plus vite que le patrimoine des plus pauvres en Allemagne et en Italie ; quatre fois plus vite aux Etats-Unis ; et cinq fois plus vite en France. Les inégalités de richesse ont retrouvé leur niveau d’avant-crise, alors qu’elles avaient initialement baissé. Alors que les faibles taux d’intérêt et à la hausse des cours obligataires semblent avoir un impact négligeable sur les inégalités de richesse, ce n’est pas le cas de la hausse des cours boursiers : les rendements boursiers élevés qui sont observés depuis 2010 ont continué le principal moteur de la forte croissance du patrimoine net parmi les ménages les plus aisés. La reprise observée dans les prix de l’immobilier n’a compensé que partiellement cet effet. 

Les résultats sont d’autant plus inquiétants que l’accroissement des inégalités tendrait, d’une part, à freiner la croissance en déprimant la demande globale et, d’autre part, à accroître le risque d’instabilité financière, donc, dans les deux, à non seulement réduire l’efficacité de la politique monétaire, mais aussi à accroître le risque que l’économie se retrouve en récession, en déflation, voire dans une trappe à liquidité. Les analystes de la stagnation séculaire donnent notamment un rôle déterminant à l’accroissement des inégalités dans l’affaiblissement structurel de la demande globale. Les mesures non conventionnelles que les banques centrales adoptent pour sortir une économie d’une trappe à liquidité tendraient, par le biais des inégalités, à l’y enfermer. Au vu des missions des banques centrales (maintenir une inflation proche de 2 %, refermer l’écart de production, voire assurer le plein emploi), elles sont donc contre-productives. De telles conclusions amènent à douter de l’opportunité de s’appuyer sur des mesures non conventionnelles lorsque l’économie se trouve confrontée à une trappe à liquidité ; une fois les taux d’intérêt au plus proche de leur borne inférieure, c’est bien aux gouvernements de prendre en charge la stabilisation de l’activité en s’appuyant sur la relance budgétaire.

 

Références

ADAM, Klaus, & Panagiota TZAMOURANI (2015), « Distributional consequences of asset price inflation in the euro area », Deutsche Bundesbank, discussion paper, n° 27/2015.

COIBION, Olivier, Yuriy GORODNICHENKO, Lorenz KUENG & John SILVIA (2012), « Innocent bystanders? Monetary policy and inequality in the U.S. », FMI, working paper, n° 12/199, août.

DOMANSKI, Dietrich, Michela SCATIGNA & Anna ZABAI (2016), « Wealth inequality and monetary policy », BRI, Quarterly Review, mars.

SAIKI, Ayako, & Jon FROST (2014), « How does unconventional monetary policy affect inequality? Evidence from Japan », De Nederlandsche Bank, working paper, n° 423, mai.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 11:37

En France, les inégalités avant redistribution ont augmenté de 2,9 points de pourcentage au cours de la période s’écoulant entre 2007 et 2011, amenant le coefficient de Gini à 0,51, soit un niveau supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE (en l’occurrence 0,47). En comparaison avec les autres pays avancés, les inégalités de revenus primaires sont relativement élevées en France. En l’occurrence, les inégalités du revenu du travail sont certes plus faibles en France que dans l’ensemble des pays de l’OCDE, mais les inégalités du revenu du capital sont sensiblement plus élevées. Thomas Piketty a montré que les inégalités du revenu du capital ont augmenté en France ces trois dernières décennies en raison d’un accroissement des dons et des héritages, dans un contexte de baisse des impôts sur le revenu du capital et sur le patrimoine.

Par conséquent, les politiques sociales ont naturellement à jouer un rôle déterminant dans la réduction des inégalités de revenu. Elles reposent notamment sur la mise en place d’un salaire minimum visant à réduire les écarts de salaires, ainsi que sur une fiscalité et une redistribution visant à réduire les inégalités de revenu disponible. Malgré la détérioration des inégalités de revenus primaires, le coefficient de Gini mesurant les inégalités de revenu disponible n’a augmenté que de 0,7 point de pourcentage entre 2007 et 2011pour atteindre 0,3, soit à peu près la moyenne de l’ensemble des pays de l’OCDE. Le système fiscal et redistributif réduit ainsi plus amplement les inégalités en France qu’ailleurs. Pour autant, Raphael Espinoza et Esther Pérez Ruiz (2016) notent que la redistribution française se caractérise par une moindre progressivité que parmi les autres pays de l’OCDE (cf. graphique). Du côté des dépenses sociales, des pensions de retraite peu progressives dominent des transferts de revenu plus progressifs. Du côté des prélèvements obligatoires, en comparaison avec la fiscalité des autres pays de l’OCDE, la fiscalité française repose davantage sur les taxes sur la consommation et moins sur les impôts sur le revenu personnel. Autrement dit, si le système fiscal et redistributif réduit fortement les inégalités, ce n’est pas en raison de sa progressivité, mais de son ampleur.

GRAPHIQUE Ampleur et progressivité des transferts de revenu dans les pays de l'OCDE

Comment les politiques sociales affectent-elles les inégalités de revenu en France ?

source : Espinoza et Pérez Ruiz (2016)

Le modèle français d’Etat-providence fait depuis l’objet de vives critiques et ces dernières ont pu s’accentuer ces dernières années, dans un contexte où les dépenses publiques représentent en France 57,5 % du PIB et la dette publique 95,5 % du PIB en 2014 et où le taux de chômage se maintient autour de 10 %. D’un côté, il est possible que certaines politiques visant à réduire les inégalités se traduisent par une perte en termes d’efficacité pour l’ensemble de l’économie française, en l’occurrence par une détérioration des finances publiques et par des pertes en termes d’emploi et de production. Sur ce plan, Andrew Berg, Jonathan Ostry et Charalambos Tsangarides (2014) ont beau avoir mis en évidence que la redistribution favorisait la croissance économique, ils notaient également que la redistribution avait atteint une telle ampleur en France (ainsi que dans d'autres pays développés) que tout surcroît supplémentaire de la redistribution était susceptible de freiner la croissance. D’autre part, il est également possible que certaines politiques soient contre-productives, c’est-à-dire qu’elles parviennent effectivement à réduire les inégalités de revenu disponible ex post, mais en contribuant à fortement accroître les inégalités de revenus primaires ex ante. 

Dans leur récente contribution pour le FMI, Espinoza et Pérez Ruiz ont alors cherché à éclairer ces deux possibles arbitrages. Pour cela, ils ont utilisé un modèle d’équilibre général avec les données du revenu du travail et du revenu du capital de différentes catégories d’individus, en l’occurrence, les chômeurs, les travailleurs non qualifiés, les travailleurs qualifiés et les fonctionnaires. Pour chacune de ces catégories, ils combinent les données relatives à la répartition du revenu avec les résultats des simulations pour évaluer l’impact d’un ensemble de mesures politiques sur la production, le solde budgétaire, le coefficient de Gini et la forme de la courbe de Lorenz. 

Au terme de leurs simulations, Espinoza et Pérez Ruiz constatent que la plupart des formes d’expansions budgétaires accroissent certes le déficit et la dette publique à court terme, mais qu’elles stimulent la production à long terme et réduisent les inégalités de revenu, à l’exception des réductions d’impôts sur les revenus du capital. Une réduction du salaire minimum a un impact ambigu sur la répartition du revenu.  Elle tend à améliorer les marges de profits des entreprises, si bien qu’elle stimule l’investissement, la production et l’emploi des moins qualifiés. Par conséquent, le coefficient de Gini augmente, mais le premier quintile de revenu améliore sa position relative dans la répartition des revenus grâce aux plus fortes créations d’emplois parmi les bas revenus. Espinoza et Pérez Ruiz identifient plus politiques susceptibles de réduire les inégalités de revenu, tout en stimulant la production et l’emploi. C’est le cas de certaines réductions ciblées des impôts sur le revenu du travail, couplées à une réduction de la masse salariale dans la fonction publique, à condition que cette dernière ne détériore pas la motivation et la productivité des fonctionnaires. Un meilleur approvisionnement en services publics (notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation) présente également des bénéfices, tant sur le plan de la répartition des revenus que de l’efficacité macroéconomique, dans la mesure où il génère des externalités positives.

 

Référence

BERG, Andrew, Jonathan D. OSTRY, & Charalambos G. TSANGARIDES (2014), « Redistribution, inequality, and growth », staff discussion note, n° 14/02, février.

ESPINOZA, Raphael, & Esther Pérez RUIZ (2016), « How do fiscal and labor policies in France affect inequality? », FMI, working paper, n° 16/41, février.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 16:20

Les trois dernières décennies ont été marquées par un essor des inégalités de revenu dans plusieurs pays à travers le monde, notamment au sein des pays avancés. Les études se sont multipliées pour expliquer cette évolution et plusieurs d’entre elles se sont focalisées sur le rôle du commerce international dans la mesure où la mondialisation des échanges commerciaux s’est poursuivie à un rythme soutenue durant cette période : l’ouverture au commerce extérieur et l’émergence de pays émergents comme la Chine ont peut-être eu tendance à déprimer les salaires des travailleurs les moins qualifiés des pays avancés et à accroître leur exposition au chômage.

La mondialisation n’a toutefois pas été seulement commerciale. Ces trois dernières décennies ont été également marquées par une ouverture financière croissante des économies : chaque pays a eu tendance à alléger les restrictions sur les flux de capitaux avec le reste du monde, or si les études ont cherché à préciser l’impact que cet aspect de la mondialisation financière peut avoir sur la croissance économique, elles ont par contre eu tendance à négliger son impact sur les inégalités.

Davide Furceri et Prakash Loungani (2015a) ont pourtant identifié plusieurs canaux à travers lesquels la libéralisation du compte de capital est susceptible d’influencer les inégalités de revenu. Premièrement, la libéralisation influence le partage des risques. En théorie, l’ouverture financière stimule le partage international des risques et contribue par là à lisser les dépenses de consommation. Cela dépend toutefois en pratique de la qualité des institutions financières en place. En effet, si les institutions financières d’un pays sont peu développées et si l’accès du crédit est très inégal en son sein, alors la libéralisation ne favorisera que les ménages ayant accès au crédit, en l’occurrence les ménages les plus riches, ce qui est susceptible d’accroître les inégalités de revenu au sein de ce pays.

Deuxièmement, la libéralisation financière peut alimenter l’instabilité financière. En effet, les mouvements internationaux de capitaux tendent à être volatiles, si bien que les réformes tendent à accentuer la fréquence des crises financières. L’impact des crises financières sur les iéngalités de revenu est toutefois ambigu. D’un côté les crises financières peuvent contribuer à réduire les inégalités de revenu en réduisant les revenus et la richesse des ménages les plus aisés, dans la mesure où elles se traduisent par une baisse des prix d’actifs et où ce sont avant tout les plus aisés qui possèdent un patrimoine financier et immobilier. D’un autre côté, les récessions provoquées par les crises financières tendent à affecter les ménages les plus pauvres, notamment parce que ce sont ces derniers qui sont les plus susceptibles de perdre leur emploi et de rester au chômage. 

Troisièmement, la libéralisation du compte de capital peut affecter la répartition des revenus en influençant la répartition du revenu entre travail et capital. Par exemple, la libéralisation du compte de capital accroît le pouvoir de négociation des propriétaires du capital face aux travailleurs, dans la mesure où les entreprises domestiques peuvent menacer de délocaliser leur production à l’étranger ; elle amène ainsi les travailleurs à plus facilement accepter les baisses de salaires ou tout du moins la modération salariale. Or, les revenus du capital sont plus concentrés entre les mains des ménages les plus aisés que les revenus du travail, si bien qu’une déformation du partage du revenu national en faveur du capital est susceptible d’entraîner une hausse des inégalités de revenu [Milanovic, 2015].

Davide Furceri et Prakash Loungani (2015a) ont analysé l’impact de la libéralisation du compte de capital sur la répartition des revenus en utilisant les données relatives à 149 pays sur la période s’écoulant entre 1970 et 2010. Les réformes contribuant à libéraliser le compte de capital sont associées à une hausse statistiquement significative et persistante des inégalités de revenu. En effet, ces réformes accroissent en moyenne le coefficient de Gini de 0,8 % à très court terme (au cours de l’année qui suit la réforme) et d’environ 1,4 % à moyen (au cours des cinq années suivant la réforme). La hausse des inégalités semble tout particulièrement s’expliquer par la déformation du partage des revenus : les réformes tendent en effet à réduire la part du revenu rémunérant le travail. En outre, l’analyse de Furceri et Loungani suggère que le niveau de développement financier et la probabilité de crises financières façonnent la réponse des inégalités aux réformes. En l’occurrence, les réformes de libéralisation du compte de capital accroissent d’autant plus les inégalités dans un pays donné que les institutions financières domestiques sont peu développées et que les réformes sont suivies par des crises financières. Ces résultats confirment aux yeux de Furceri et de Loungani qu’une ouverture du compte de capital n’est réellement bénéfique aux pays que si le développement de leurs institutions financières a atteint un certain seuil.

 

Références

FURCERI, Davide, & Prakash LOUNGANI (2015a), « Capital account liberalization and inequality », FMI, working paper, novembre, n° 15/243.

FURCERI, Davide, & Prakash LOUNGANI (2015b), « Openness and inequality: Distributional impacts of capital account liberalization », in iMFdirect, 24 novembre.

MILANOVIC, Branko (2015), « Increasing capital income share and its effect on personal income inequality », MPRA paper, n° 67661.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 18:33

Les pays avancés ont connu un accroissement des inégalités de revenu et de richesse ces dernières décennies. Beaucoup ont notamment suggéré qu’il s’expliquait (du moins en partie) par une déformation du partage de la valeur ajoutée en faveur du capital. L’économie néoclassique a longtemps eu tendance à supposer que les parts du revenu rémunérant les facteurs de production sont constantes ; Nicholas Kaldor a lui-même considéré cette constance dans la répartition factorielle des revenus comme un fait stylisé en science économique. Cette hypothèse n’a été que très récemment reconsidérée et les études publiées ces dernières années tendent à la rejeter : la part du revenu rémunérant le travail aurait eu tendance à diminuer ces dernières décennies dans les pays avancés, en particulier aux Etats-Unis. 

Plusieurs auteurs ont confirmé cette déformation du partage du revenu en faveur du capital et proposé des explications. Par exemple, Lukas Karabarbunis et Brent Neiman (2013) ont montré que la part du revenu rémunérant le travail a significativement diminué depuis les années quatre-vingt, dans la majorité des pays et dans la majorité des secteurs. Ils estiment que la baisse du prix relatif des biens d’investissement, liée aux nouvelles technologies d’information et de communication, a poussé les entreprises à délaisser le travail pour le remplacer par du capital. Une telle hypothèse, qui avait déjà été avancée par John Hicks (1932), met l'accent sur le rôle que jouent la substitution entre facteurs et l’approfondissement du capital, c’est-à-dire la hausse du ratio capital sur travail, dans la détermination des parts du revenu. Selon Karabarbunis et Neiman, elle expliquerait la moitié du déclin de la part du revenu du travail. De leur côté, Michael Elsby, Bart Hobijn et Ayşegül Şahin (2013) confirment que la part du revenu rémunérant le travail a eu tendance à diminuer aux Etats-Unis au cours du dernier quart de siècle. Ils rejettent l’idée que ce déclin s’explique par la substitution du travail (non qualifié) par le capital. Ils notent notamment que l’accélération de la baisse de la part du travail durant les années deux mille ne coïncide pas avec une accélération de l’approfondissement du capital. Par contre, les délocalisations des tâches de production intensives en travail contribueraient selon eux tout particulièrement au déclin de la part du revenu rémunérant le travail en accroissant le ratio capital sur travail. Robert Lawrence (2015) estime quant à lui que la baisse de la part du travail s’explique non pas par une hausse, mais par une baisse du ratio capital sur travail. Selon lui, les estimations suggèrent que les facteurs travail et capital sont, non pas substituables, mais plutôt complémentaires. Or, le progrès technique rend les travailleurs plus efficaces, si bien que les entreprises ont moins besoin de main-d’œuvre et réduisent leur demande de travail, ce qui déprime les salaires et réduit par là la part du revenu rémunérant le travail. Ainsi, Lawrence suggère que l’accroissement de la formation du capital est susceptible d’accroître la part du revenu rémunérant le travail. D’autres explications ont été avancées (notamment par Thomas Piketty, 2013), en particulier la réduction du pouvoir de négociation des travailleurs, la capture des élites politiques, etc.

Branko Milanovic (2015a, 2015b) rappelle que, sur le plan théorique, la hausse de la part du revenu rémunérant le capital n’entraîne pas nécessairement une hausse des inégalités interpersonnelles. Pour que ce soit le cas, il faut que deux conditions soient respectées. D’une part, il faut que le revenu du capital soit plus concentré que le revenu du travail. En effet, si le revenu du capital est réparti également dans la population (c’est-à-dire, si le coefficient de Gini est égal à zéro), alors la déformation du partage du revenu en faveur du capital conduit, non pas à une hausse, mais à une baisse des inégalités. D’autre part, il faut que ce soit les mêmes personnes qui perçoivent les plus hauts salaires et les plus hauts revenus du capital. Dans la réalité, ces deux conditions sont vérifiées, ce qui laisse effectivement suggérer qu’une hausse de la part du revenu rémunérant le capital entraîne une hausse des inégalités interpersonnelles.  

GRAPHIQUE  Elasticité des inégalités interpersonnelles de revenu vis-à-vis des variations de la part du revenu rémunérant le capital

Comment la déformation du partage du revenu en faveur du capital accroît-elle les inégalités ?

Milanovic distingue alors trois systèmes économiques idéal-typiques : le socialisme (où le revenu du capital est également réparti), le capitalisme classique (où les capitalistes sont riches et ne tirent un revenu que du capital et où les travailleurs ne tirent un revenu que de leur seul travail) et le nouveau capitalisme (où ce sont les mêmes personnes qui captent les plus larges parts de revenu du travail et du capital). Milanovic détermine alors les élasticités de transmission dans chacune de ces trois situations, c’est-à-dire la sensibilité des inégalités interpersonnelles de revenu aux variations de la part du revenu rémunérant le capital. Si l’élasticité est proche de l’unité, alors le coefficient de Gini augmente de 1 point (les inégalités de revenu interpersonnelles augmentent) lorsque la part du revenu rémunérant le capital augmente de 1 point de pourcentage ; c’est notamment le cas dans le système capitaliste classique. A l’opposé, si l’élasticité est nulle, alors la part du revenu rémunérant le capital s’accroît sans que les inégalités de revenu interpersonnelles augmentent ; c’est le cas dans le système socialiste.

Milanovic cherche alors à déterminer ces élasticités dans les économies modernes, en se focalisant sur quatre pays avancés aux modèles d’Etat-providence différents : l’Allemagne, l’Espagne, les Etats-Unis et la Suède. Ces élasticités sont généralement comprises entre 0,4 et 0,6. Ainsi, si la part rémunérant le capital passe de 35 % à 36 % du revenu nette (ce qui est le cas aux Etats-Unis), le coefficient de Gini s’accroît de 0,5 point (en l’occurrence de 42 à 42,5 points aux Etats-Unis). En outre, Milanovic constate que l’élasticité tend à s’accroître au cours du temps, ce qui signifie que les inégalités de revenu interpersonnelles tendent à être de plus en plus sensibles aux variations de la part du revenu rémunérant le capital. Si l’Allemagne, l’Espagne et la Suède se rapprochaient ainsi du modèle socialiste durant les années soixante-dix, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Milanovic avance des recommandations d’ordre politique. Si les autorités désirent alors réduire les inégalités, elles peuvent recourir à la taxation (notamment à la taxation du capital, comme le préconise Piketty) ou bien chercher à rendre la répartition du capital plus égalitaire (comme le préfère Milanovic).

 

Références

ELSBY, Michael W. L., Bart HOBIJN & Ayşegül ŞAHIN (2013), « The decline of US labor share », in Brookings Papers on Economic Activity.

HICKS, John R. (1932), « The theory of wages ».

KARABARBUNIS, Lukas, & Brent NEIMAN (2013), « The global decline of the labor share », NBER, working paper, n° 19136. 

LAWRENCE, Robert Z. (2015), « Recent declines in labour’s share in US income: A neoclassical account », NBER, working paper, n° 21296.

MILANOVIC, Branko (2015a), « Increasing capital income share and its effect on personal income inequality », MPRA, paper, n° 67661.

MILANOVIC, Branko (2015b), « Does a shift toward more capital income guarantee rising income inequality? No », in globalinequality (blog), 6 novembre.

PIKETTY, Thomas (2013)Le Capital au XXIe siècle.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 16:13

 

L’ouvrage de Thomas Piketty (2013) a profondément renouvelé l’intérêt pour la recherche sur les inégalités de revenu et de richesse et notamment sur leurs interactions avec la croissance économique. Piketty affirmait notamment qu’avec la persistance d’un taux de rendement du capital supérieur au taux de croissance de l’économie, le revenu perd de son importance comme principale source de richesse au cours du temps ; les héritages joueraient par contre un rôle de plus en plus crucial. Cet ouvrage s’appuie sur les travaux réalisés par Piketty et ses divers coauteurs, notamment Anthony Atkinson et Emmanuel Saez. Généralement à partir de données fiscales, ils ont décrit comment la concentration des revenus et des héritages alimente le patrimoine, mais aussi comment ce dernier tend à s’autoalimenter.

Cependant peu d’études ont analysé la richesse, le revenu et l’héritage dans une perspective comparative transnationale, notamment à cause du manque de données appropriées. C’est précisément ce manque que Pirmin Fessler et Martin Schürz (2015) espèrent contribuer à combler. A partir des données de l’enquête sur la finance et la consommation des ménages (Household Finance and Consumption Survey), ils ont examiné le rôle que jouent l’héritage, le revenu et l’Etat-providence pour expliquer les écarts de richesse nette parmi les ménages entre les pays de la zone euro et au sein de chacun d’entre eux. Ils en tirent quatre principaux constats.

Premièrement, Fessler et Schürz comparent les ménages héritiers avec les ménages qui n’ont reçu aucun héritage. Environ un tiers des ménages dans les 13 pays européens qu’ils étudient indiquent avoir reçu un héritage et ces ménages ont une richesse nette considérablement plus importante que ceux qui n’ont pas hérité. En effet, l’écart de richesse nette atteint environ 100.000 euros au niveau médian de la richesse nette et dépasse 1 million d’euros au 99ème centile de la répartition. Ces chiffres sont énormes, dans la mesure où la richesse nette des ménages héritiers est d’environ 210.000 à la médiane (alors que les ménages qui n’ont pas hérité disposent d’environ 60.000 euros) et d’environ 3.000.000 d’euros au 99ème centile (alors que les ménages qui n’ont pas hérité disposent d’environ 1,2 million d’euros en richesse nette). Sur l’ensemble de la répartition, les ménages qui ont hérité ont des niveaux considérablement plus élevés de richesse nette que les ménages qui n’ont pas hérité.

Deuxièmement, Fessler et Schürz observent comme les transferts intergénérationnels influent sur la position relative des ménages au regard des autres ménages. En moyenne, alors que l’élévation d’un centile sur l’échelle des revenus ne s’accompagne que d’une élévation de 0,4 centile sur l’échelle de la richesse nette, un transfert intergénérationnel élève un ménage de 14 centiles sur l’échelle de la richesse nette. En d’autres termes, un transfert intergénérationnel élève autant un ménage sur l’échelle de la richesse nette que l’élévation de 35 centiles sur l’échelle des revenus. Les transferts intergénérationnels contribuent ainsi tout particulièrement à l’accumulation du patrimoine. Cette importance relative des transferts intergénérationnels par rapport à la position sur l’échelle des revenus varie toutefois fortement d’un pays européen à l’autre. A un extrême, en Slovaquie, un transfert intergénérationnel accroît autant le patrimoine qu’une élévation de 25 centiles sur l’échelle des revenus ; à un autre extrême, en Autriche, il accroît autant le patrimoine qu’une élévation de 52 percentiles sur l’échelle des revenus.

Troisièmement, les régressions transnationales mettent en évidence une corrélation négative entre l’ampleur des dépenses d’Etat-providence et la richesse nette des ménages. Plus l’Etat assure les individus contre les aléas de la vie, moins il est nécessaire pour les ménages d’accumuler de la richesse pour des motifs de précaution. Ce constat suggère que les services sociaux fournis par l’Etat constituent des substituts à l’accumulation de richesse privée. Ces services contribuent à expliquer les écarts observés entre les pays européens dans l’ampleur de la richesse des ménages.

Quatrièmement, l’effet de substitution des dépenses sociales vis-à-vis de la richesse nette diminue avec l’accroissement des niveaux de richesse. La relation négative entre les dépenses d’Etat-providence et la richesse nette des ménages est plus forte en bas de la répartition de la richesse nette qu’à son sommet. Lorsque les dépenses d’Etat-providence augmentent, la baisse de la richesse nette (exprimée en pourcentage) est relativement plus forte pour les ménages les plus pauvres que pour les ménages au sommet de la répartition de la richesse. Avec l’essor de l’Etat-providence, les ménages relativement pauvres sont moins incités à détenir de l’épargne de précaution, si bien qu’ils peuvent consacrer une part plus importante de leur revenu à la consommation. Au final, une hausse des dépenses d’Etat-providence peut s’accompagner d’une hausse (plutôt qu’une baisse) des inégalités de richesse : les indicateurs relatifs standards d’inégalités de richesse (comme le coefficient de Gini) ont tendance à s’accroître. Il est toutefois possible que les politiques de l’Etat-providence influencent à long terme les inégalités via différents canaux. Par exemple, les possibles répercussions sur la mobilité sociale sont susceptibles d’entraîner une baisse des inégalités à long terme. Au final, selon Fessler et Schürz, le retrait de l’Etat-providence depuis les années soixante-dix et l’essor de l’importance de la richesse privée, qui donne aussi un rôle plus important à l’héritage, apparaissent ainsi comme les deux faces d’une même pièce : ils accroissent tous deux la concentration du pouvoir dans nos démocraties.

 

Références

FESSLER, Pirmin, & Martin SCHÜRZ (2015), « Private wealth across European countries: the role of income, inheritance and the welfare state », BCE, working paper, n° 1847, septembre.

PIKETTY, Thomas (2013), Le Capital au 21ième siècle.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 11:00

Depuis les années quatre-vingt, les inégalités de revenu semblent se creuser dans plusieurs pays avancés, comme le suggèrent la hausse des coefficients de Gini et la hausse des parts du revenu rémunérant les ménages les plus aisés. Elles font l’objet de nombreuses études macroéconomiques en raison de leurs potentielles répercussions sur la croissance économique. Il est possible que les inégalités incitent les individus à davantage travailler et investir, ce qui est en soi favorable à la croissance. Toutefois, certains travaux empiriques, comme l’étude réalisée par Andrew Berg et alii (2014), celle de Markus Brueckner et Daniel Lederman (2015) ou encore plus récemment celle d'Era Dabla-Norris et alii (2015), suggèrent que la hausse des inégalités tend à être associée à une croissance moins forte et moins soutenable à moyen terme. Selon une logique néoclassique, les inégalités de revenu privent les plus pauvres de la capacité d’investir dans l’éducation et l’entrepreneuriat, ce qui pénalise la croissance potentielle en frainant la productivité et l'innovation. Selon une logique keynésienne, elle freine l’activité économique en comprimant la demande globale, car les ménages les plus riches ont une moindre propension à consommer que les ménages les plus pauvres. Michael Kumhof et Romain Rancière (2010) montrent que la hausse des inégalités est susceptible d’avoir alimenté l’instabilité financière à la veille de la Grande Récession (mais aussi à la veille de la Grande Dépression) en incitant les ménages les plus pauvres et les classes moyennes à emprunter.

Cette déformation du partage du revenu est souvent expliquée comme étant le fruit du progrès technique (biaisé en faveur du travail qualifié) et de la mondialisation, deux processus qui ont accru la demande relative de travailleurs qualifiés, donc leurs salaires relatifs. La littérature s’est récemment davantage penchée sur les facteurs institutionnels. Les différents travaux réalisés par Thomas Philippon, Thomas Piketty, Emmanuel Saez et leurs divers coauteurs ont notamment mis l’accent sur la déréglementation financière et la réduction des taux marginaux d’imposition supérieurs (c’est-à-dire l’érosion de la progressivité de l’impôt). L’impact qu’a pu avoir l’érosion des institutions du marché du travail sur la répartition des revenus n’a toutefois reçu (jusqu’à présent) que très peu d’attention.

Pourtant, de significatifs bouleversements ont touché les marchés du travail dans les pays avancés durant les trois dernières décennies, notamment la désyndicalisation et dans certains pays une baisse du salaire minimum relativement au salaire médian. Or l’affaiblissement des institutions du marché du travail est susceptible d’accroître les parts du revenu rémunérant les plus aisés en réduisant le pouvoir de négociation des salariés les moins aisés. Enfin, En l’occurrence, Le recul du syndicalisme peut réduire le pouvoir de négociation des travailleurs par rapport aux propriétaires du capital, ce qui accroît la part du revenu du capital, or ce dernier est plus concentré que le revenu du travail. En outre, elle peut réduire l’influence des travailleurs sur les décisions des entreprises touchant notamment à la forme et au montant des rémunérations des dirigeants. L’affaiblissement des institutions du marché du travail peut également réduire l’influence des travailleurs sur les politiques de redistribution, ce qui contribue à accroître les inégalités du revenu disponible.

Florence Jaumotte et Carolina Osorio Buitron (2015) ont observé l’impact des institutions du marché du travail (et de leur érosion) sur les inégalités de revenu à partir d’un échantillon de 20 pays avancés entre le début des années quatre-vingt et 2010. Pour cela, ils ont utilisé deux mesures des inégalités, en l’occurrence la part du revenu national rémunérant les 10 % les plus aisés et le coefficient de Gini (du revenu primaire et du revenu disponible, afin de prendre en compte l’impact des institutions du marché du travail sur la redistribution).

Leur analyse empirique confirme tout d’abord que la hausse des inégalités dans la plupart des pays avancés s’explique par la hausse des parts du revenu rémunérant les 10 % les plus aisés. Elle suggère en outre que l’érosion des institutions du marché du travail dans les pays avancés, notamment la baisse des taux de syndicalisation, est associée à la hausse des inégalités de revenu. Si cette relation est interprétée de façon causale, elle suggère que l’affaiblissement des syndicats a contribué à la hausse des parts du revenu détenues par les plus aisés. L’analyse empirique indique également que les syndicats peuvent influencer la redistribution des revenus en influençant la politique publique, si bien que leur érosion a pu contribuer à réduire l’ampleur et l’efficacité de la redistribution. Au final, selon Jaumotte et Osorio Buitron, la désyndicalisation peut expliquer environ la moitié de la hausse des parts du revenu des 10 % les plus aisés et du coefficient de Gini des revenus disponibles. Les réductions du salaire minimum (relativement au salaire médian) observées dans plusieurs pays avancés sont également associées à une hausse des inégalités de revenu.

 

Références

BERG, Andrew, Jonathan D. OSTRY, & Charalambos G. TSANGARIDES (2014), « Redistribution, inequality, and growth », FMI, staff discussion note, n° 14/02, février.

BRUECKNER, Markus, & Daniel LEDERMAN (2015), « Effects of income inequality on aggregate output », Banque mondiale, policy research discussion paper, n° 7317, juin. Traduction partielle, « Quel est l’impact des inégalités de revenu sur la production agrégée ? », disponible sur Annotations.

DABLA-NORRIS, Era, Kalpana KOCHHAR, Nujin SUPHAPHIPHAT, Frantisek RICKA et Evridiki TSOUNTA (2015), « Causes and consequences of income inequality: A global perspective », FMI, staff discussion paper, n° 15/13, juin.

JAUMOTTE, Florence, & Carolina OSORIO BUITRON (2015), « Inequality and labor market institutions », FMI, staff discussion note, n° 15/14, juillet.

KUMHOF, Michael, & Romain RANCIÈRE (2010), « Inequality, leverage and crises », FMI, working paper, n° 10/268.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 19:22

Les inégalités de revenu s’accroissent dans la plupart des pays. Entre 1990 et 2012, dans les pays avancés, le coefficient de Gini a augmenté en moyenne de 5,25 points de Gini, tandis que le coefficient de Gini du revenu disponible (c’est-à-dire calculé après redistribution) a augmenté en moyenne de 3 points de Gini. La part du revenu captée par les 1 % des ménages les plus aisés tend à s’accroître et représente désormais environ 10 % du revenu total des pays avancés. Cette déformation dans la répartition du revenu s’explique notamment par un creusement des inégalités dans la répartition du revenu du travail que du revenu du capital.

GRAPHIQUE Les variations du coefficient de Gini entre 1990 et 2012 (en points de pourcentage) et son niveau en 2012 dans quelques pays

Le creusement des inégalités entrave la croissance

Les précédentes études du FMI, notamment celle réalisée par Jonathan Ostry, Andrew Berg et Charalambos Tsangarides (2014), ont constaté que les inégalités de revenu (mesurées à travers le coefficient de Gini) tendent à détériorer la croissance et à la rendre moins soutenable. Dans une étude plus récente, Era Dabla-Norris, Kalpana Kochhar, Nujin Suphaphiphat, Frantisek Ricka et Evridiki Tsounta (2015) ont montré que ce ne sont pas seulement les inégalités de revenu, mais plus largement la répartition même du revenu qui importe pour la croissance.

Dabla-Norris et alii confirment tout d’abord l’un des résultats d’Ostry et alii : une hausse du coefficient de Gini est associée à une moindre croissance de la production à moyen terme. Ils constatent en outre que l’accroissement de la part du revenu allant aux pauvres et aux classes moyennes contribue à stimuler la croissance économique, tandis que l’accroissement de la part du revenu rémunérant les 20 % les plus aisés se traduit par une plus faible croissance économique à moyen terme. Si la part du revenu rémunérant les 20 % les plus aisés augmente d’un point de pourcentage, la croissance du PIB diminue de 0,08 point de pourcentage au cours des cinq années suivantes, ce qui suggère que lorsque les plus riches s’enrichissent, il n’y a pas de « ruissellement » (trickle-down) des riches vers les pauvres. Par contre, si la part du revenu allant aux 20 % des plus pauvres augmente d’un point de pourcentage, la croissance économique augmente de 0,38 point de pourcentage. Une relation positive apparaît également entre les parts du revenu disponible et la croissance économique pour les deuxième et troisième quintiles (correspondant aux classes moyennes). 

Certes les inégalités peuvent stimuler la croissance, si elles incitent les agents à davantage investir et à fournir plus de travail, mais elles peuvent également la freiner. Par exemple, le creusement des inégalités empêche les plus pauvres de rester en bonne santé et d’accumuler aussi bien du capital physique que du capital humain, ce qui freine la productivité du travail et l’innovation. Dans une optique plus keynésienne, la concentration des revenus peut aussi freiner la croissance en réduisant la demande agrégée, car les plus riches ont une plus faible propension à consommer que les plus pauvres. L’essor des inégalités peut également nuire à la croissance en favorisant les crises financières. Par exemple, une période prolongée d’accroissement des inégalités dans les économies développées accroît le risque d’instabilité financière en incitant les ménages les plus pauvres à s’endetter et en permettant à certains groupes de pression d’appeler à une poursuite de la dérégulation financière. De plus, un accroissement de la part du revenu captée par les plus riches, dans un contexte de libéralisation financière, accroit les déficits extérieurs, or de tels déséquilibres augmentent également le risque de crise financière, donc de retournements brutaux de l’activité. Enfin, de fortes inégalités nuisent à l’investissement et aux relations marchandes en sapant la confiance et à la cohésion sociale, voire en favorisant l’émergence de conflits sociaux.

La littérature a déjà avancé plusieurs facteurs susceptibles d’expliquer les inégalités. Par exemple, en accroissant la demande de travail qualifié et en réduisant la demande de travail peu qualifié, le progrès technique aurait accru la prime de qualification (skill premium), c’est-à-dire l’écart entre les salaires des plus qualifiés et les salaires des moins qualifiés. Dans les pays avancés, la plus grande capacité des entreprises à adopter des technologies économes en main-d’œuvre et à délocaliser leurs unités de production a pu contribuer à accroître la prime de qualification et à exposer les moins qualifiés au chômage et à la modération salariale. La globalisation et la dérégulation financières ont pu accroître le patrimoine financier et les salaires dans le secteur financier, alors même que ce dernier est l’un des secteurs ayant connu la plus forte croissance au cours des dernières décennies. En outre, la plus grande flexibilité des marchés du travail a pu nuire aux travailleurs les moins qualifiés. En l’occurrence, le déclin de la syndicalisation a pu exacerber les inégalités de salaires en réduisant le pouvoir de négociation des travailleurs. Enfin, les systèmes de redistribution dans les pays avancés sont peut-être devenus de moins en moins progressifs au cours des dernières décennies, si bien qu’ils auraient eu de plus en plus de mal à contenir la hausse des inégalités.

A partir d’un échantillon de quasiment 100 pays avancés et en développement sur la période 1980-2012, Dabla-Norris et ses coauteurs réalisent alors une analyse empirique pour déterminer quels facteurs ont été à l’origine du creusement des inégalités à travers le monde. Ces facteurs ne sont pas les mêmes ou n’ont pas la même importance d’un pays à l’autre, mais certains sont communs à l’ensemble des pays. L’ouverture financière et le progrès technique sont associés à un accroissement des inégalités de revenu, puisqu’ils accroissent la prime de qualification et profitent par là de façon disproportionnée aux travailleurs qualifiés. La dérégulation du marché du travail bénéficie aux plus riches, mais réduit le pouvoir de négociation des travailleurs à faible revenu, si bien qu’elle contribue à accroître la part du revenu allant aux 10 % des plus aisés. L’approfondissement financier, le progrès technique et la dérégulation des marchés du travail expliquent l’essentiel de la hausse des inégalités des trois dernières décennies. Dans la mesure où le creusement des inégalités Dabla-Norris et ses coauteurs achèvent leur étude en appelant notamment à accroître la progressivité de l'impôt et à réprimer plus sévèrement les niches fiscales et l’évasion fiscale.

 

Références

DABLA-NORRIS, Era, Kalpana KOCHHAR, Nujin SUPHAPHIPHAT, Frantisek RICKA et Evridiki TSOUNTA (2015), « Causes and consequences of income inequality: A global perspective », FMI, staff discussion paper, n° 15/13, juin.

OSTRY, Jonathan D., Andrew BERG & Charalambos G. TSANGARIDES (2014), « Redistribution, inequality, and growth », FMI, staff discussion note, n° 14/02, février.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher