Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2018 4 19 /04 /avril /2018 19:33
Comment se répartissent les revenus en France ?

Bertrand Garbinti, Jonathan Goupille-Lebret et Thomas Piketty (2018) ont cartographié la répartition du revenu avant impôt en France de la période allant de 1900 à 2014, ce qui leur a permis de préciser comment les inégalités de revenu ont évolué à long terme.

GRAPHIQUE 1  Revenu moyen par adulte en France (en euros de 2014)

 

Leurs données confirment que le revenu moyen par adulte a fortement augmenté depuis le début du vingtième siècle : il a été multiplié par 7 entre 1900 et 2014 en passant de 5.000 à 35.000 euros (cf. graphique 1). Cette croissance des revenus a toutefois été loin d’être régulière ; elle s’est essentiellement réalisée au cours des Trente glorieuses, en l’occurrence entre 1945 et 1980. En effet, le revenu moyen par adulte a décliné de 0,1 % par an entre 1900 et 1945 ; il a augmenté de 3,7 % par an au cours des décennies qui ont immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale ; puis, entre 1980 et 2014, il a augmenté plus lentement, en l’occurrence au rythme de 0,9 % par an. C’est essentiellement la même évolution qui a été observée dans les autres pays européens et au Japon et, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

GRAPHIQUE 2  Parts du revenu national détenues en France par les…

En 2014, les 50 % les plus modestes détenaient un revenu moyen de 16.000 euros, soit la moitié du revenu moyen de l’ensemble de la population ; ils détenaient 23 % de l’ensemble du revenu national (cf. graphique 2). Les « classes moyennes » (en l’occurrence les personnes qui ne font partie ni des 50 % les plus modestes, ni des 10 % les plus rémunérés) avaient un revenu moyen de 39.000 euros et détenaient environ 45 % du revenu national. Les 10 % les plus riches avaient un revenu moyen de 110.000 euros, c’est-à-dire 3,2 fois plus élevé que le revenu moyen de la population, et détenaient environ 32 % du revenu national. Parmi eux, les 1 % les plus riches avaient un revenu moyen de 374.200 euros et détenaient 11 % du revenu national.

GRAPHIQUE 3  Part du revenu national détenue en France par les 1 % les plus rémunérés

Le plus grand bouleversement qu’a connu la répartition des revenus en France au cours du vingtième siècle a été la hausse de la part du revenu national allant aux 50 % les plus modestes et aux classes moyennes, autrement dit la baisse de la part du revenu national allant aux 10 % les plus rémunérés. Alors qu’elle atteignait plus de 50 % à la veille de la Première Guerre mondiale, la part du revenu national rémunérant les 10 % les plus riches a chuté pour atteindre légèrement plus de 30 % en 1945. Les inégalités ont augmenté jusqu’en 1968, lors de la période de reconstruction, pour ensuite fortement baisser à nouveau jusqu’en 1983. Cette baisse des inégalités de revenu s’explique, d’une part, par la chute des inégalités salariales, notamment avec les fortes revalorisations du salaire minimum dans le sillage de mai 1968 qui ont soutenu les bas salaires, et, d’autre part, par la baisse de la part du revenu rémunérant le capital. Durant les Trente glorieuses, en l’occurrence entre 1950 et 1983, les revenus ont augmenté plus rapidement parmi les 95 % les plus modestes que parmi les 5 % les plus rémunérés : le revenu des premiers augmentait au rythme de 3,5 % par an, contre 1,8 % pour les seconds, ce qui s’est traduit par un resserrement de l’éventail des revenus.

GRAPHIQUE 4  Part du revenu national détenue en France par les 0,1 % les plus rémunérés

Le début des années quatre-vingt marque un profond changement de tendance, puisque depuis la part détenue par les plus hauts revenus a eu tendance à augmenter. C’est en particulier le cas de la part du revenu national rémunérant les 1 % les plus rémunérés : entre 1983 et 2007, elle a augmenté de plus de 50 %, en passant de moins de 8 % à plus de 12 % (cf. graphique 3). Plus on zoome sur le sommet de la répartition des revenus, plus la hausse de la part détenue par les hauts revenus apparaît importante. La part des hauts revenus a légèrement diminué dans le sillage de la crise financière mondiale de 2008, mais elle reste bien plus élevée qu’au début des années quatre-vingt : entre 2008 et 2013, la part du revenu national rémunérant les 1 % les plus rémunérés a fluctué entre 10 % et 12 %. Au final, la hausse de la part des hauts revenus en France depuis les années quatre-vingt a beau être moins ample que celle observée aux Etats-Unis (où elle a atteint environ 20 %), elle reste spectaculaire.

GRAPHIQUE 5  Croissance réelle cumulée des revenus en France selon le centile dans la répartition (en %)

Entre 1983 et 2014, le revenu moyen par adulte a augmenté de 35 % en termes réels. La croissance cumulée n’a pas été la même d’une classe de revenus à l’autre (cf. graphique 5). Par exemple, entre 1983 et 2014, les 50 % les plus modestes ont vu leur revenu augmenter de 30 % en moyenne, les classes moyennes ont vu le leur augmenter de 27 % et les 10 % les plus riches de 50 %. En fait, ce sont surtout les 5 % les plus rémunérés qui ont vu leur revenu fortement augmenter : entre 1983 et 2014, le revenu des 5 % les plus riches a augmenté au rythme de 3 % par an environ, contre 1 % pour les 95 % les plus modestes. Par conséquent, les 1 % les plus rémunérés ont vu leur revenu augmenter de 100 %, c’est-à-dire doubler ; les 0,1 % les plus rémunérés ont vu le leur augmenter de 160 %. Au final, entre 1900 et 1950, les 50 % les moins rémunérés avaient capté 34 % de la croissance économique, contre 7 % pour les 10 % les plus rémunérés ; entre 1983 et 2014, les 50 % les moins rémunérés ont capté 22 % des fruits de la croissance, contre 42 % pour les 10 % les plus rémunérés et même 21 % pour les 1 % les plus rémunérés. 

GRAPHIQUE 6  Composition du revenu selon le niveau de revenu en 2012

L’accroissement des inégalités de revenu à partir du début des années quatre-vingt s’explique par l’augmentation tant des hauts revenus du travail que des hauts revenus du capital. La hausse des plus hauts revenus du capital s’explique, d’une part, par la hausse de la part du revenu national rémunérant le capital et, d’autre part, par l’accentuation de la concentration du patrimoine entre les mains des plus riches.  Or, c’est souvent les mêmes personnes qui gagnent à la fois les plus hauts revenus du travail et les plus hauts revenus du capital ; c’est le cas des dirigeants des plus grosses entreprises, qui bénéficient de bonus élevés et de nombreuses stock-options. Toutefois, la corrélation entre richesse et revenu du travail a eu tendance à changer ces dernières décennies : il est de plus en plus difficile d’accéder aux rangs des plus grandes propriétaires de patrimoine avec le seul revenu du travail. Dans la mesure où ce sont parmi les 5 % et surtout les 1 % les plus rémunérés que les revenus ont le plus fortement augmenté, Garbinti et ses coauteurs doutent que l’accroissement des inégalités s’explique par le progrès technique et les modifications de l’offre et de la demande de travail qualifié ; ils mettent plutôt l’accent sur les facteurs institutionnels, notamment la gouvernance d’entreprise, la désyndicalisation et le déclin des processus de négociation collective, ainsi que la baisse des taux marginaux d’imposition des hauts revenus. 

GRAPHIQUE 7  Inégalités de revenu versus inégalités de patrimoine en France

La baisse des inégalités de revenu à long terme s’explique essentiellement par la chute des revenus du capital ; ces derniers n’ont pas retrouvé le niveau qu’ils atteignaient avant la Première Guerre mondiale. Les conflits, mais aussi des mesures fiscales comme l’impôt sur le revenu et la taxation de la transmission de patrimoine ont réduit le volume et la concentration du patrimoine. A long terme, les inégalités de revenu du travail n’ont que peu diminué. Depuis le début du vingtième siècle, les plus modestes et les classes moyennes tirent l’essentiel de leurs revenus du revenu du travail ; ce sont essentiellement les plus hauts revenus qui gagnent les revenus du capital et ces derniers constituent effectivement l’essentiel de leurs revenus (cf. graphique 6). Le revenu du capital a toujours été plus concentré que le revenu du travail ; les 10 % les plus rémunérés dans la répartition du revenu du travail ont toujours capté entre 25 % et 30 % du revenu du travail total, tandis que les 10 % de ceux qui gagnent les plus hauts revenus du capital détiennent une part entre deux ou trois fois plus élevé du revenu du capital total (cf. graphique 7). En outre, le revenu du capital est plus concentré que le patrimoine, notamment parce que la détention d’actifs à haut rendement comme les actions est plus concentrée que la détention d’actifs à faible rendement tels que les obligations ou l’immobilier.

GRAPHIQUE 8  Ratio entre le revenu des hommes sur celui des femmes selon l’âge en France 

L’analyse de Garbinti et alii éclaire également les inégalités de revenu entre hommes et femmes. Même si elles restent encore plus élevées, les inégalités de revenu du travail entre les sexes ont eu tendance à décliner ces dernières décennies (cf. graphique 8), mais plus lentement parmi les plus hauts revenus du travail. Les femmes représentaient 12 % des personnes situées par les 0,1 % des plus hauts revenus, contre 7 % en 1994 et 5 % en 1970. 

GRAPHIQUE 9  Part du revenu national détenue par les 1 % les plus rémunérés en France et aux Etats-Unis

Enfin, Garbinti et ses coauteurs ont comparé la dynamique des inégalités de revenue en France avec celle que l’on observe aux Etats-Unis (cf. graphique 9). Au début du vingtième siècle, elles étaient à peu près au même niveau et ont connu par la suite une évolution du même profil, en l’occurrence celle d’un U. Au milieu des années soixante-dix, la part du revenu national détenue par les 1 % les plus rémunérés était à peu près la même des deux côtés de l’Atlantique. Dès la fin des années soixante-dix, elle augmentait aux Etats-Unis, tandis qu’elle poursuivait sa baisse en France, du moins initialement ; ce n’est qu’au début des années quatre-vingt qu’elles tendent également à augmenter en France, mais leur hausse est bien moins prononcée qu’aux Etats-Unis. En 2012, les 1 % les plus rémunérés captaient une part deux fois plus élevée du revenu national aux Etats-Unis qu’en France. Aujourd’hui, le revenu moyen par adulte a beau être 30 % plus faible en France qu’aux Etats-Unis, le revenu avant impôt moyen parmi les 50 % les plus modestes est plus élevé en France qu’aux Etats-Unis. 

 

Références

GARBINTI, Bertrand, Jonathan GOUPILLE-LEBRET & Thomas PIKETTY (2016), « Accounting for wealth inequality dynamics: Methods, estimates and simulations for France (1800-2014) », WIID, working paper.

GARBINTI, Bertrand, Jonathan GOUPILLE-LEBRET & Thomas PIKETTY (2018), « Income inequality in France, 1900-2014: Evidence from distributional national accounts (DINA) », Banque de France, document de travail, n° 677.

Observatoire des inégalités (2017), « Combien gagnent les très riches ? », 17 mars.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 18:16
Le capitalisme, les inégalités et la Première Guerre mondiale

Plusieurs publications, notamment les travaux de Thomas Piketty, ont récemment souligné le rôle que les conflits modernes ont pu jouer dans la réduction des inégalités de revenu et de patrimoine en particulier dans la première moitié du vingtième siècle : cette réduction serait en l’occurrence passée par la destruction des actifs physiques, notamment des logements, par la hausse des impôts en vue de financer la guerre, par l’hyperinflation et par la nationalisation de la propriété. Si les origines de la Première Guerre mondiale font actuellement l’objet de nombreuses publications, peu d’entre elles évoquent la possibilité que la causalité puisse aller dans l’autre sens, c’est-à-dire que la hausse des inégalités de revenu et de richesses ait pu être à l’origine du conflit.

Pourtant, plusieurs travaux en économie ont pu affirmer par le passé, notamment avant même le début du conflit, que les forces économiques qui étaient alors à l’œuvre rendaient celui-ci inévitable. C’est le cas de l’ouvrage de John Hobson (1902). Selon ce dernier, les inégalités de revenu dans les pays développés capitalistes, en particulier en Angleterre, avaient pour contrepartie une tendance séculaire à la sous-consommation. Comme les plus modestes et les classes moyennes manquaient de pouvoir d’achat, ces économies généreraient un excès d’épargne relativement aux investissements rentables qui existaient en leur sein. Les propriétaires de capital financier ont alors cherché des débouchés plus profitables pour leurs investissements et ils les trouvèrent à l’étranger, là où la productivité marginale du capital était plus forte, en raison même du manque local de capital : soit ils prêtèrent aux gouvernements étrangers en achetant leurs titres, soit ils procédèrent à des investissements directs à l’étranger. Aucun de ces investissements n’était toutefois sûr dans la mesure où ils étaient réalisés dans des territoires éloignés où, de surcroît, les droits de propriété étaient moins protégés que dans les pays développés. Les capitalistes ont donc cherché à sécuriser leurs investissements en s’appuyant sur le pouvoir étatique, soit en menaçant les gouvernements étrangers de l’usage de la force militaire s’ils ne remboursaient pas leur dette, soit en conquérant directement les territoires pour y faire appliquer les règles de la métropole, notamment en matière de droit de propriété.

L’analyse de Hobson inspira, dans les deux décennies qui suivirent sa publication, de nombreuses analyses, souvent d’obédience marxiste. Vladimir Lénine (1917) estimait que c’était la chute tendancielle du taux de profit dans les économies avancées du monde capitaliste, davantage que la répartition inégalitaire des revenus, qui était à l’origine de la quête de marchés étrangers. Rudolf Hilferding (1910) a suggéré que la baisse tendancielle du taux de profit se traduisait par la consolidation des marchés nationaux et par l’apparition de cartels domestiques qui tiraient leur profit en obtenant des tarifs protectionnistes sur des territoires périphériques toujours plus larges, ce qui générait en retour une demande pour le centre. Pour sa part, Rosa Luxembourg (1913) estimait que, dans la mesure où le capitalisme ne parvenait pas à écouler la totalité des biens produits de façon rentable en raison du manque de demande de la part des plus pauvres, il devait rechercher en permanence et conquérir des marchés non capitalistes à l’étranger ; autrement dit, elle considérait que la survivance de territoires dotés d’un régime précapitaliste était nécessaire à l’expansion du capitalisme.

Si la thèse selon laquelle la Première Guerre mondiale trouverait ses origines dans la propension du capitalisme à devenir impérialiste a continué de recevoir un certain écho par la suite, par exemple dans l’ouvrage de Samir Amin (1974), elle a par contre été délaissée par les économistes et les historiens ces dernières décennies. Branko Milanovic (2016) a quelque peu remis au goût du jour cette théorie en se focalisant sur le rôle que le niveau élevé des inégalités a pu jouer dans l’émergence du conflit. Selon l’explication endogène de la guerre qu’il a par là même avancée, la logique interne des sociétés capitalistes fortement inégalitaires au début du vingtième siècle prédisposèrent celles-ci à l’impérialisme et ce dernier provoqua la guerre.

Thomas Hauner, Branko Milanovic et Suresh Naidu (2017) ont cherché à juger de la pertinence de la thèse de Hobson-Lénine. Ils confirment tout d’abord que les inégalités s’élevaient à des niveaux historiquement élevés dans l’ensemble des pays avancés qui ont participé au conflit (cf. graphique 1). Par exemple, en Angleterre, aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, au Japon et en Italie, le coefficient de Gini était compris entre 46 et 55 points. La Grande-Bretagne, qui constituait le pays le plus riche, était aussi, parmi cet ensemble de pays, le plus inégalitaire. Il n’est pas impossible que la répartition du revenu était au Royaume-Uni aussi inégalitaire qu’elle l’est actuellement en Amérique latine.

GRAPHIQUE 1  Les inégalités de revenu entre 1860 et 1910

La répartition du patrimoine était encore plus inégalitaire (cf. graphique 2. Au Royaume-Uni, les 1 % les plus riches détenaient environ 70 % de la richesse nationale et cette part est restée relativement stable sur un quart de siècle. En France, les 1 % les plus riches détenaient une moindre part de la richesse nationale, mais cette part a eu tendance à augmenter ; elle atteignait environ 55-56 % à la veille de la Première Guerre mondiale. La part de la richesse nationale détenue par les 1 % les plus riches était plus faible aux Etats-Unis que dans les pays européens ; elle s’élevait à environ 44 % à la veille du conflit.

GRAPHIQUE 2  La part de la richesse totale détenue par les 1 % les plus riches en France et au Royaume-Uni (en %)

Hauner et ses coauteurs ont décelé d’autres preuves empiriques confortant la thèse de Hobson-Lénine. Par exemple, les détentions nettes d’actifs étrangers ont augmenté, de façons absolue et relative, à la veille du conflit, mais aussi que ces actifs étaient presque entièrement détenus par les plus aisés ; les rendements étrangers apparaissent plus élevés que les rendements domestiques, une fois qu’on les ajuste en fonction du risque, ce qui explique pourquoi les plus riches étaient incités à investir à l’étranger ; l’établissement d’un contrôle politique direct diminuait le degré de risque des actifs étrangers ; l’accroissement des inégalités était associé à une plus grande part des actifs étrangers dans le PIB ; les pays qui possédaient le plus d’actifs étrangers, en pourcentage de leur PIB, disposaient des plus grandes armées. Bref, tous les ingrédients pour qu’éclate le conflit étaient en place et étaient clairement associés à une logique économique. Surtout, les ingrédients des guerres semblent effectivement résidaient au sein même des sociétés capitalistes : les inégalités domestiques sont susceptibles d’alimenter les guerres à l’étranger.

 

Références

AMIN, Samir (1974), L’Accumulation à l’échelle mondiale.

HAUNER, Thomas, Branko MILANOVIC & Suresh NAIDU (2017), « Inequality, foreign investment, and imperialism », MPRA, paper, n° 83068.

HILFERDING, Rudolf (1910), Le Capital financier.

HOBSON, John A. (1902), Imperialism: A Study.

LENINE, Vladimir (1917), L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme.

LUXEMBURG, Rosa (1913), L’Accumulation du capital.

MILANOVIC, Branko (2016), Global Inequality: A New Approach For the Age of Globalization, Harvard University Press.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher