Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 22:25

En raison du manque de données disponibles pour des époques reculées, beaucoup ont cherché à quantifier le développement économique des pays avant la Révolution industrielle en s’appuyant sur les salaires réels [Broadberry et alii, 2011]. Dans le cas de l’économie britannique, ce sont les travaux de Phelps Brown et Hopkins (1955) qui font figure de référence. Ceux-ci ont suggéré qu’il n’y avait pas eu de véritable tendance dans l’évolution des salaires réels journaliers des manœuvres entre la fin du treizième siècle et le milieu du dix-neuvième siècle. C’est notamment en s’appuyant sur les salaires réels que certains comme Gregory Clark (2010) ont cherché à construire le PIB britannique de l’ère préindustrielle, non pas via le côté production, mais via le côté revenu. Ces divers travaux ont suggéré que l’économie britannique avait connu une stagnation des niveaux de vie avant la Révolution industrielle. Au terme de son étude, Clark rejette l’idée qu’il y ait eu entre 1300 et 1800 une longue période croissance « smithienne », c’est-à-dire basée sur l’approfondissement de la division du travail impulsée par l’expansion géographique des marchés. Les revenus au début de la Révolution industrielle n’étaient pas plus élevés que quatre siècles plus tôt, ce qui tend à confirmer que l’économie britannique était jusqu’alors piégée dans un régime de croissance malthusien. Pour autant, Clark constate qu’il y a eu une période de faible croissance du PIB par tête qui débuta autour de 1600, si bien que l’accélération de la croissance associée à la Révolution industrielle n’a pas été aussi brutale que beaucoup ont pu le penser. 

Plusieurs raisons amènent toutefois à douter que l’économie britannique ait connu une longue stagnation durant les siècles qui ont précédé la révolution industrielle [Broadberry et alii, 2011]. D’un côté, divers éléments suggèrent que cette période fut au contraire marquée par une amélioration du niveau de vie, comme la diversification des régimes alimentaires, l’introduction de biens de consommation nouveaux et moins chers, l’accroissement des patrimoines légués par les testateurs, la lente éradication des famines, le recul de l’analphabétisme, la diversification des professions, l’approfondissement de l’urbanisation, etc. D’un autre côté, beaucoup, notamment Angus Maddison (2007) et même Phelps Brown et Hopkins, ont souligné qu’il pouvait être trompeur de chercher à déduire l’évolution du PIB par tête à partir des salaires réels. 

Dans un ambitieux ouvrage, Stephen Broadberry, Bruce Campbell, Alexander Klein, Mark Overton et Bas van Leeuwen (2015) ont cherché à donner une meilleure image de l’économie britannique au Moyen-âge et au début de l’ère moderne. Ils ont fourni de nouvelles estimations annuelles du PIB réel (non plus en le construisant via le côté revenu, mais via le côté production), de la population et de la production réelle dans les secteurs agricole, industriel et tertiaire entre 1270 et 1870. Leur ouvrage présente plusieurs conclusions [Crafts et Mills, 2016]. Premièrement, au cours des 500 années qui ont précédé la Révolution industrielle, l’économie britannique n’était ni en stagnation, ni en déclin. La croissance annuelle du PIB réel par tête était légèrement positive : elle s’élevait en moyenne à 0,2 %, si bien que le PIB par tête a quasiment doublé entre 1270 et 1700, puis à nouveau entre 1700 et 1870, avec la Révolution industrielle. L’ouvrage rejoint les conclusions de Roger Fouquet et Stephen Broadberry (2015) en montrant que les pays européens sont loin d’avoir connu une longue stagnation de leurs niveaux de vie avant la Révolution industrielle, mais que ces derniers ont en fait fortement fluctué. Deuxièmement, cette croissance a eu deux principales composantes : un fort accroissement du niveau du PIB réel par tête associée à l’épidémie de la peste qui a divisé de moitié la population, puis pour la première fois un taux de croissance tendancielle positif au cours de la seconde moitié du dix-septième siècle. Troisièmement, l’économie britannique n’a pas connu de renversements de croissance (growth reversals) : au contraire, la stabilité et la croissance ont prévalu sur le déclin du PIB réel par tête, si bien que les gains en termes de niveaux de revenu se sont révélés soutenus sur le long terme. Quatrièmement, la Révolution industrielle a marqué une transition entre un régime de croissance « smithien » et un régime de croissance moderne, caractérisé par une nouvelle accélération du taux de croissance tendancielle du PIB réel par tête, par une forte croissance de la population et par des avancées technologiques.

Nicholas Crafts et Terence Mills (2016) ont récemment cherché à juger de la validité du travail de Broadberry et alii. En utilisant un filtre à la Hodrick-Prescott, ils constatent que la croissance tendancielle du PIB par tête britannique s’est élevée en moyenne à 0,2 % par an entre 1270 et 1770. Cette période qui a précédé la Révolution industrielle est toutefois marquée par différentes sous-périodes. Entre 1400 et le milieu du dix-septième siècle, c’est-à-dire entre l’épidémie de peste et la guerre civile, la croissance tendancielle du niveau de vie fut en moyenne approximativement nulle. Elle s’est accélérée au dix-huitième siècle, suite à la Révolution industrielle et aux guerres napoléoniennes, pour atteindre environ 0,3 % par an. Autrement dit, une accélération significative de la croissance britannique a eu lieu avant la Révolution industrielle. Après celle-ci, la croissance du PIB réel par tête s’est de nouveau accélérée et a atteint en moyenne à 1,25 % par an.

Crafts et Mills se sont ensuite demandé si l’économie britannique n’a effectivement pas connu de renversement de croissance. Ils se penchent sur l’impact de l’épidémie de peste. Cette dernière a certes permis de fortement accroître le niveau de vie en réduisant la taille de la population, mais pas son rythme de croissance. En effet, le taux de croissance tendanciel du PIB réel par personne était de 0,03 % par an que ce soit avant 1350 ou après 1400, mais au cours de cette seconde période, le niveau de vie était supérieur de 40 % au niveau qu’il atteignait avant l’épidémie. Plus largement, suite à un quelconque choc, l’économie britannique a su rapidement retourner à sa trajectoire tendancielle. Au cours de la seconde moitié du dix-septième siècle, la croissance tendancielle du PIB réel par personne a été significativement supérieure à zéro, ce qui suggère que l’ère malthusienne était bel et bien terminée.

 

Références

BROADBERRY, Stephen, Bruce M. S. CAMPBELL, Alexander KLEIN, Mark OVERTON & Bas VAN LEEUWEN (2011), « British economic growth, 1270-1870: An output-based approach », London School of Economics, document de travail.

BROADBERRY, Stephen, Bruce M. S. CAMPBELL, Alexander KLEIN, Mark OVERTON & Bas VAN LEEUWEN (2015), British Economic Growth, 1270-1870, Cambridge University Press.

CLARK, Gregory (2010), « The macroeconomic aggregates for England, 1209-2008 », in Research in Economic History, vol. 27.

CRAFTS, Nicholas, & Terence C. MILLS (2016), « Six centuries of British economic growth: a time-series perspective », Université de Warwick, working paper, n° 297, août.

FOUQUET, Roger, & Stephen BROADBERRY (2015), « Seven centuries of European economic growth and decline », in Journal of Economic Perspectives, vol. 29, n° 4, automne.

MADDISON, Angus (2007), Contours of the World Economy, 1-2030 AD: Essays in Macro-Economic History, Oxford University Press.

PHELPS BROWN, Henry, & Sheila V. HOPKINS (1955), « Seven centuries of building wages », in Economica, 22, 195-206.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher