Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 11:30
Petit aperçu du rôle des Etats-Unis dans l’économie mondiale

Ayhan Kose, Csilla Lakatos, Franziska Ohnsorge et Marc Stocker (2017) ont analysé le rôle des Etats-Unis dans l’économie mondiale. Ils se sont tout d’abord demandé quelle est l’importance des liens économiques entre l’économie américaine et le reste du monde. Ils rappellent que la population américaine est la troisième plus importante au monde. En 2016, le PIB américain s’élevait à 18.000 milliards de dollars en 2016, si bien que les Etats-Unis constituent la plus grande économie au monde, du moins aux taux de change du marché (cf. graphiques 1). Ils contribuent à plus de 25 % du PIB mondial, à environ 22% de la production mondiale et à un tiers de la capitalisation boursière. Depuis les années quatre-vingt, la part des Etats-Unis dans la production et le commerce est restée assez stable, alors qu’elle a eu tendance à diminuer dans les autres pays développés.

GRAPHIQUES 1  La taille des Etats-Unis vis-à-vis du reste du monde

Petit aperçu du rôle des Etats-Unis dans l’économie mondiale

En raison de la taille des Etats-Unis et de la force des liens liant ceux-ci au reste du monde, les chocs touchant l’économie américaine se transmettent au reste du monde via de multiples canaux. Le premier canal de transmission est celui du commerce international. En effet, les Etats-Unis contribuent à un dixième des flux commerciaux (cf. graphique 1b). En l’occurrence, ils représentent 14 % des importations mondiales de biens et 9 % des importations mondiales de services, si bien qu’ils constituent le premier exportateur et le premier importateur de biens et services. Les biens manufacturés constituent plus des trois quarts des importations américaines de biens ; le pétrole constitue l’essentiel du reste. Les deux tiers des importations américaines de biens manufacturés proviennent de Chine, de l’UE, du Mexique et du Canada. En outre, les Etats-Unis constituent la principale destination pour les exportations d’un cinquième des pays. L’essentiel du commerce américain s’opère sous le régime de la nation la plus favorisée, au droit de douane moyen de 3,5 %. En plus des accords multilatéraux, les Etats-Unis ont négocié 14 accords commerciaux bilatéraux ou régionaux avec 20 pays, qui représentent 32 % de leurs importations. Le plus important de ces accords est celui de l’ALENA, en vigueur depuis 1994.

Le deuxième canal est celui des liens financiers. Les marchés financiers américains les plus larges et les plus liquides au monde, mais en outre ils sont aussi très intégrés aux marchés internationaux. Les actifs et passifs internationaux ont fortement augmenté ces trois dernières décennies et représentent en moyenne désormais trois fois le PIB, soit le même niveau que dans les autres pays développés (cf. graphique 2b). Pour autant, les Etats-Unis constituent le plus grand débiteur et le plus grand créancier au monde. Ils contribuent à un cinquième des entrées et sorties d’IDE, si bien qu’ils sont la principale source et la principale destination des IDE. Le dollar américain constitue la devise la plus utilisée lors des échanges commerciaux et sur les marchés financières ; il constitue la première devise de réserve au monde.

GRAPHIQUE 2  Taille des marchés financiers et ouverture financière des Etats-Unis

Petit aperçu du rôle des Etats-Unis dans l’économie mondiale

Le troisième canal par lequel les chocs touchant l’économie américaine se transmettent au reste du monde est celui du marché des matières premières. Les Etats-Unis sont un grand producteur et consommateur de matières premières. En l’occurrence, ils sont redevenus le premier producteur de pétrole et de gaz naturels au cours des dernières années. Par exemple, ils réalisent 13 % de la production de pétrole mondiale. Ils contribuent également à plus d’un cinquième de la consommation mondiale de gaz naturel et de pétrole.

Kose et ses coauteurs se sont ensuite demandé dans quelle mesure les cycles d’affaires aux Etats-Unis sont synchronisés avec ceux du reste du monde. Ils confirment que les cycles d’affaires américains sont hautement synchronisés avec les cycles d’affaires mondiaux, en raison, d’une part, de la force des liens commerciaux et financiers qui relient les Etats-Unis au reste du monde et, d’autre part, de l’origine commune des chocs touchant à la fois les Etats-Unis et le reste du monde. Ainsi, les quatre récessions mondiales qui se sont produites depuis 1960 (en l’occurrence, celles de 1975, 1982, 1991 et 2009) ont coïncidé avec de sévères récessions américaines. Les cycles d’affaires américains sont toutefois davantage synchronisés avec les cycles d’affaires des autres pays développés qu’avec ceux des pays en développement, à l’exception toutefois du Mexique. La synchronisation est la plus élevée lorsque les Etats-Unis sont en récession. La croissance est souvent plus forte dans le reste du monde lorsque l’économie américaine est en expansion que lors des récessions américaines. 

Kose et ses coauteurs cherchent ensuite à déterminer l’ampleur des répercussions mondiales des chocs générés par l’économie américaine. Ils confirment qu’une accélération de la croissance américaine tend à stimuler l’activité économique dans le reste du monde, notamment via la hausse des importations. Leurs estimations suggèrent qu’une hausse de la croissance américaine de 1 point de pourcentage se traduit par une accélération de la croissance au cours de l’année suivante d’environ 0,8 point de pourcentage dans les autres pays développés et d’environ 0,6 point de pourcentage dans les pays en développement, soit de 0,7 point de pourcentage pour l’ensemble de l’économie mondiale. La réaction de l’investissement est encore plus ample. Ensuite, une hausse de l’incertitude à propos de l’orientation de la politique économique aux Etats-Unis déprime l’activité économique et l’investissement dans le reste du monde. En effet, une hausse soutenue de 10 % de l’incertitude autour de la politique économique américaine réduit la croissance de la production américaine de 0,15 point de pourcentage et la croissance de la production dans les pays en développement de 0,2 point de pourcentage.

En raison de l’importance du dollar dans le commerce mondial et les transactions financières, les variations de son taux de change ont de profondes implications au niveau mondial. Les épisodes d’appréciation du dollar tendent à coïncider avec le désendettement des banques étrangères, le resserrement des conditions de financement mondiales, une plus grande incidence les crises financières et un ralentissement de la croissance dans les pays en développement. La politique monétaire américaine a également de profondes répercussions sur le reste du monde, du fait de son impact sur l’activité domestiques et les marchés d’actifs. Un resserrement de la politique monétaire se traduit par une réorientation des flux de capitaux au détriment des Etats-Unis et en faveur du reste du monde, en particulier des pays en développement. Ainsi, une hausse des rendements obligataires à long terme américains réduit les flux de capitaux à destination des pays émergent de 20 à 45 %. Les effets négatifs associés au resserrement de la politique monétaire américaine et à l’appréciation du dollar sont en partie compensés par le fait que ces derniers surviennent lorsque l’économie américaine est en expansion, c’est-à-dire lorsque les importations américaines augmentent rapidement.

 

Référence

KOSE, M. Ayhan, Csilla LAKATOS, Franziska OHNSORGE & Marc STOCKER (2017), « The global role of the U.S. economy. Linkages, policies and spillovers », Banque mondiale, policy research working paper, n° 7962.

Partager cet article

Repost 0
publié par Martin Anota
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher