Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 17:47
Le changement d'entraîneur en cours de saison améliore-t-il les performances d’une équipe de football ?

Toute une littérature en économie et en finance cherche à déterminer l’importance du dirigeant d’une entreprise pour la performance de celle-ci. Il existe aussi toute une littérature économique qui cherche à déceler quelle est la contribution d’un entraîneur pour la performance d’une équipe de football [Drut, 2014 ; Arrondel et alii, 2020].

Pour certains, notamment Chris Anderson et David Sally (2014), l’influence des entraîneurs est déterminante. Après tout, l'entraîneur forme les joueurs, cherche à les motiver, sélectionne les joueurs pour chaque match, décide de la tactique à suivre lors d’un match et l’ajuste si nécessaire au cours de celui-ci, etc. Pour d’autres, sa valeur ajoutée est à peu près nulle : pour Simon Kuper et Stefan Szymanski (2014), un entraîneur pourrait être remplacé par un ours en peluche sans que les performances de son équipe en soient affectées.

Dans tous les cas, lorsqu’une équipe de football subit une série de défaites consécutives, l’entraîneur est souvent rapidement accusé d’en être responsable, si bien que les dirigeants, sous la pression notamment des supporters et des éventuels actionnaires, sont alors incités à limoger l’entraîneur en milieu de saison pour le remplacer par un autre. Le changement d’entraîneurs est d’ailleurs devenu une pratique de plus en plus courante au fil des décennies, en raison aussi bien de l’intensification du niveau de concurrence que de l’accroissement de l’importance économique du football [D’Addina et Kind, 2014]. En conséquence, un entraîneur était en moyenne maintenu en place un an et demi dans le cas de la Premier League anglaise au début des années 2010, soit à peu près la même durée que pour un entraîneur dans la Ligue 1 française en 2020.

Si la direction d’un club remplace un entraîneur, c’est avant tout dans l’espoir d’améliorer les performances de l’équipe : le nouvel entraîneur peut être plus compétent et avoir une stratégie plus efficace ; en créant un choc psychologique, le remplacement est susceptible de motiver les joueurs. Bien sûr, les dirigeants peuvent aussi remplacer l’entraîneur pour détourner les accusations d’incompétence dont ils pourraient être la cible de la part des médias, des supporters et des actionnaires en cherchant ainsi à présenter l’entraîneur comme le responsable des défaites [De Paola et Scopa, 2012].

D'un autre côté, le choc psychologique que provoque le remplacement de l'entraîneur peut, non pas motiver, mais décourager les joueurs. Surtout, le travail réalisé par un entraîneur comporte ce qui s'apparente à un investissement : il avait par exemple accumulé des informations sur les joueurs, sur leurs caractéristiques, leurs atouts et leurs faiblesses, construit des liens avec les jours, susceptibles de favoriser la coopération, mis en place des routines, etc. Or, le nouvel entraîneur ne pourra pas forcément profiter de l'investissement réalisé par son prédécesseur. Il devra à son tour procéder à un tel investissement et défaire les routines instaurées par son prédécesseur avant de pouvoir coacher efficacement son équipe.

Plusieurs travaux empiriques ont cherché à identifier l’importance des entraîneurs pour les performances de leur équipe en étudiant l’impact des changements d’entraîneurs en cours de saison. Cette littérature aboutit à des résultats hétérogènes, mais elle tend plutôt à conclure que les remplacements ne changent pas significativement les performances. Cette hétérogénéité des résultats ne s’explique pas par les différences dans les indicateurs et les méthodologies utilisés.

Il faut dire que si les travaux empiriques n'arrivent pas à aboutir à un consensus, c'est notamment parce que l'exercice soulève de redoutables défis à l'économètre. Tout d'abord, il y a un problème d'endogénéité, dans la mesure où le licenciement d'un entraîneur est une décision prise par les propriétaires du club, si bien qu'elle n'est pas aléatoire, elle est endogène aux résultats. Ce problème est en partie surmonté par l'utilisation de groupes témoins, c’est-à-dire en comparant les performances des équipes qui changent leur entraîneur avec les équipes aux caractéristiques similaires qui gardent le leur. Certaines des études qui s'appuient sur des groupes témoins ont pu suggérer que les clubs qui remplacent leur entraîneur en cours de saison réduisent leurs chances d'améliorer leurs résultats : leurs performances ultérieures sont moins bonnes que celles des équipes similaires qui gardent leur entraîneur. Mais la plupart aboutissent généralement à la conclusion que le remplacement n'a pas d'effet significatif [Llorca et Scelles, 2016]. Mais d'autres problèmes économétriques demeurent. Par exemple, il peut y avoir des caractéristiques non observables qui s'avèrent déterminantes.

Dans une nouvelle étude, Luc Arrondel, Richard Duhautois et Cédric Zimmer (2020) ont observé l'impact des changements d’entraîneurs en cours de saison sur les performances des clubs en analysant les données relatives à la Ligue 1 au cours de la période allant de 1998 à 2018. Au cours des 20 saisons qu'ils ont observées, 103 entraîneurs ont été limogés, soit en moyenne 5,2 par saison, une fréquence légèrement moindre que celle généralement enregistrée à l'étranger. Les entraîneurs limogés en cours de saison le sont généralement quand leur équipe est classée seizième, suite à 57 % de défaites parmi les matchs joués à domicile.

Les clubs qui changent d’entraîneur en cours de saison ont des caractéristiques différentes des clubs qui ne le font pas. Certaines caractéristiques sont observables à partir des données ; d’autres, non. Le nombre de points gagnés par le club est l'une des caractéristiques observables. En moyenne, au cours d'une saison, un club qui change au moins une fois son entraîneur gagne 1,14 point par match, tandis qu'un club qui ne change pas son entraîneur en gagne 1,42. Lorsqu'un club change d'entraîneur, ses performances s'améliorent et se stabilisent autour de 1,2 point par match. Il y a donc une légère amélioration, mais cela peut s'expliquer par un phénomène de « retour à la moyenne » : plus une équipe essuie de défaites, plus elle a de chances de connaître une victoire (1). La question est de savoir ce qui se serait passé si le club n'avait pas changé d'entraîneur. 

En s'appuyant sur une méthode empirique permettant de prendre en compte les différences dans les caractéristiques observables et non observables, l'analyse d'Arrondel et alii montre qu’un changement d’entraîneur n’a pas d’effet significatif sur les performances d’une équipe, sauf à court terme, sur les cinq premiers matchs joués avec le nouvel entraîneur, où il est possible de déceler un effet positif. Lorsqu’ils distinguent entre les matchs joués à domicile et les matchs joués à l’extérieur, Arrondel et ses coauteurs constatent que l’effet positif ne s’observe que pour les matchs joués à domicile. Ils en concluent que l’effet positif résulte certainement davantage de la pression exercée par les supporters plutôt que d'une éventuelle amélioration de la qualité du coaching. Cette étude vient donc conforter l’idée qu’un club doit attendre l’intersaison pour changer un entraîneur s’il désire améliorer les performances de son équipe à long terme.

 

(1) Attention, ce n'est pas dans le sens où la succession des défaites rend l'équipe plus performante pour les matchs suivants (au contraire, il est possible que la succession des défaites décourage les joueurs). Prenons une métaphore. Plus vous piochez dans un jeu de cartes, plus vous avez de chances de piocher au moins un cœur. Plus vous tardez à piocher un cœur, plus vous avez de chances d'en piocher un ensuite. 

 

Références

ANDERSON, Chris & David SALLY (2014). The Numbers Game: Why Everything You Know About Football is Wrong, Penguin.

ARRONDEL, Luc, Richard DUHAUTOIS & Cédric ZIMMER (2020), « Within-season dismissals of football managers: evidence from the French Ligue 1 », Paris School of Economics, working paper, n° 11.

D’ADDONA, Stefano, & Axel KIND (2014), « Forced manager turnovers in English soccer leagues: A long-term perspective », in Journal of Sports Economics, vol. 15, n° 2.

DE PAOLA, Maria, & Vincenzo SCOPPA (2012), « The effects of managerial turnover: Evidence from coach dismissals in Italian soccer teams », in Journal of Sports Economics, vol. 13, n° 2.

DRUT, Bastien (2014), Economie du football professionnel, éditions La Découverte, nouvelle édition.

KUPER, Simon, & Stefan SZYMANSKI (2014), Soccernomics, Nation Books.

LLORCA, Matthieu, & Nicolas SCELLES (2016), « Managerial change and team performance: Empirical evidence from the French football Ligue 1 », document de travail.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher