Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 18:05

Plusieurs modèles ont été proposés ces dernières années pour évaluer quantitativement les effets économiques du changement climatique. William Nordhaus (2010) a notamment développé un modèle de croissance économique à multi-régions pour évaluer quantitativement l’impact de différentes politiques de réduction des émissions polluantes. De leur côté, Melissa Dell, Benjamin Jones et Benjamin Olken (2012) ont de leur côté conclu de leurs travaux que si le réchauffement climatique semble peu affecter la croissance économique des pays avancés, il s’avérera à l’avenir particulièrement négatif pour les performances macroéconomiques des pays en développement. Toutefois, si Dell et alii négligent la relation entre température et production sectorielle.

Klaus Desmet et Esteban Rossi-Hansberg (2012) ont récemment développé un cadre d’analyse pour observer comment le réchauffement climatique influe sur la répartition spatiale de l’activité économique. Ils modélisent l’hémisphère nord de la terre et calibrent leur modèle en utilisant les données actuelles et des prévisions de température et de croissance économique. En raison de son impact sur l’innovation et les améliorations dans les technologies locales, leur modèle suggère que le changement climatique aura des effets durables sur l’activité économique. Puisque le changement se traduit par un réchauffement des régions du Nord, l’un de ses principaux effets sera de déplacer la production et la population vers ses latitudes.

La modélisation développée par Desmet et Rossi-Hansberg incorpore deux secteurs, en l’occurrence l’agriculture et l’industrie manufacturière, dont les productivités respectives dépendent à la fois de la température et des technologies locales dont disposent chaque secteur. La technologie locale est le fruit des innovations technologies et de leur diffusion spatiale. Il s’agit donc d’un modèle de croissance endogène. Les entreprises des secteurs agricole et manufacturier doivent notamment décider de la localisation de leur production en prenant en compte les coûts de transport. Certains travaux précédents avaient beau inclure plusieurs régions dans leur analyse, ils n’avaient pu saisir les changements qui surviendront dans la spécialisation géographique et les flux commerciaux, tout comme dans la géographie de l’innovation et des migrations. 

Leur modèle incorpore deux externalités ; la première est reliée à la diffusion technologique, la seconde à l’usage énergétique et aux émissions de carbone. Les entreprises utilisent le travail, la terre et l’énergie comme intrants dans la production, or l’usage des énergies s’accompagne d’émissions polluantes. Les émissions sont locales, mais elles mènent à une hausse du stock mondial de carbone dans l’atmosphère, qui entraîne elle-même des variations dans les températures locales. Les innovations technologiques participent à réduire l’usage énergétique par unité produite. L’innovation locale génère elle-même une externalité positive, puisqu’elle se révèle bénéfique en termes d’usage énergétique, de pollution et finalement de réchauffement global. Toutefois, sans autorités politiques pour aiguillonner leur comportement, les entreprises locales n’internalisent pas les effets de leurs émissions sur la température. Taxer l’usage de l’énergie contribue à amortir certains des effets du réchauffement climatique. Les taxes vont interagir avec les schémas de spécialisation et les choix en termes d’innovations pour avoir des effets positifs, quoique faibles, sur la croissance globale et le bien-être collectif. Elles tendent également à réduire le stock de carbone et génèrent ainsi des bénéfices sur le plan de la santé et de la consommation.

L’analyse développée par Desmet et Rossi-Hansberg mettent en exergue les deux principaux effets que l’élévation des températures entraînera sur la géographie de l’espace économique.  D’une part, le nord devient peu à peu la localisation idéale pour les entreprises des deux secteurs. Les hausses de températures sur la productivité sont relativement plus prononcées dans le secteur agricole. Les spécialisations géographiques évoluent, ce qui entraîne des changements dans les innovations technologiques.  Les espaces aux abords du Pôle Nord vont subir les plus larges variations de températures et voir leur avantage comparatif s’améliorer dans l’agriculture. Le Nord tendrait à se spécialiser dans l’activité agricole, tandis que le Sud se spécialise dans l’activité manufacturière en déployant des technologies à faible productivité. Les technologies industrielles étant initialement meilleures dans le Nord, ce dernier va accélérer son flux d’innovations.

Ces deux dynamiques, en refaçonnant la géographie de l’espace économique, vont générer de larges flux migratoires. En l’absence de restrictions à l’immigration, le changement de température aurait pu se traduire durant un temps par des gains positifs en termes de bien-être puisque le Nord dispose d’une meilleure technologie. Toutefois, si les émissions de carbone provoquent de larges variations de températures et si l’immigration continue de subir de fortes restrictions, alors que les pertes en bien-être global s’en trouveront accentués et les coûts du réchauffement climatique seront particulièrement massifs pour le Sud. Le modèle développé par Desmet et Rossi-Hansberg suggère ainsi que la politique migratoire aura une place déterminante dans la gestion macroéconomique du réchauffement climatique.

 

Références Martin ANOTA

DELL, Melissa, Benjamin F. JONES & Benjamin A. OLKEN (2012), « Temperature shocks and economic growth: Evidence from the last half century », in American Economic Journal: Macroeconomics, vol. 4, n° 3, juillet.

DESMET, Klaus, & Esteban ROSSI-HANSBERG (2012), « On the spatial economic impact of global warming », NBER working paper, n° 18546, novembre.

NORDHAUS, William D. (2010), « Economic aspects of global warming in a post-Copenhagen environment », Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 10 mai.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher