Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2019 5 17 /05 /mai /2019 15:11
Blocs commerciaux et guerres commerciales durant l’entre-deux-guerres

Il y a encore quelques années, les guerres commerciales semblaient n’être qu’une relique du passé. Suspectées d’avoir amplifié les effets de la Grande Dépression des années trente et d’avoir ainsi tracé la voie à certains régimes totalitaires et à la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements n’y avaient plus recouru. Au contraire, depuis le conflit, ils ont cherché à réduire les barrières commerciales pour favoriser les échanges, en y voyant une condition tant de la prospérité que de la paix. Beaucoup craignaient que la Grande Récession et la faible reprise qui s’ensuivit incitent les gouvernements à renforcer leurs barrières commerciales pour stimuler l'activité domestique, mais les tensions commerciales sont restées contenues. Du moins, jusqu’à ces toutes dernières années : aux Etats-Unis, l’administration Trump a relevé plusieurs droits de douane, notamment en ciblant la Chine, et ainsi lancé ce qui s’apparente de plus en plus nettement comme une véritable guerre commerciale.

Beaucoup ont naturellement cherché à dresser des parallèles entre la situation actuelle et la période de l’entre-deux-guerres. David Jacks et Dennis Novy (2019) viennent à leur tour de se pencher sur les causes et conséquences des guerres commerciales dans les années trente. Mais ils nuancent l’importance de celles-ci dans la reconfiguration du commerce mondial à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci pourrait résulter avant tout de forces plus profondes, qui étaient déjà à l’œuvre avant la Grande Dépression et dont les guerres commerciales n’ont fait que renforcer les effets.

Jacks et Novy ont tout d’abord rappelé les grandes évolutions du commerce mondial au cours de l’entre-deux-guerres. Entre 2015 et 1913, le volume des exportations mondiales a été multiplié par 50, tandis que le ratio exportations mondiales sur PIB est passé d’environ 1 % à 11,1 %. Les perturbations occasionnées par la Première Guerre mondiale constituent le premier grand effondrement du commerce international : alors que les exportations avaient augmenté en moyenne de 4,2 % par an entre 1901 et 1913, elles déclinèrent de 24,6 % lors du conflit (cf. graphique 1). Après ce dernier, les échanges connurent un rebond, initialement très fort, puis ensuite plus lent, mais régulier : en 1920, ils retrouvèrent leur niveau de 1906. Les exportations mondiales augmentèrent de 82,5 % entre 1921 et 1929, si bien qu’elles attinrent au cours de cette année un volume qui n’avait jamais été atteint jusqu’alors. A la fin des années vingt, l’idée d’une forte intégration commerciale faisait l’objet d’un assez large consensus.

GRAPHIQUE 1  Volume des exportations mondiales entre 1901 et 1920 (en milliards de dollars 1990)

Blocs commerciaux et guerres commerciales durant l’entre-deux-guerres

Malheureusement, le début des années trente a été marqué par un deuxième grand effondrement du commerce. D’un côté, l’activité économique mondiale s’écroula : le PIB mondial déclina de 10,1 % entre 1929 et 1932. De l’autre, les barrières commerciales se sont multipliées. La rédaction de la loi Smoot-Hawley aux Etats-Unis durant l’été 1929 constitua la première grande remise en cause du libre-échange. L’abandon de l’étalon-or et du libre-échange par la Grande-Bretagne en 1931 constitua également un événement important, révélant que les Britanniques étaient prêts à sacrifier le retour du multilatéralisme à la constitution d’un bloc commercial autour du Commonwealth. En conséquence de la Grande Dépression et de l’érection de barrières commerciales, les exportations réelles chutèrent de 49,1 % entre 1929 et 1932, soit cinq fois plus amplement que l’activité (cf. graphique 2). Jacks et Novy notent toutefois que les guerres commerciales du début des années trente ont avant tout été lancées contre l’ensemble des partenaires commerciaux et d’une façon non coordonnée. En fait, relativement rares ont été les mesures protectionnistes qui ont été adoptées dans une logique de représailles [Irwin, 2011]. Les barrières tarifaires et non tarifaires ont été utilisées comme moyens de défense contre les forces déflationnistes qui se déchaînaient à l’époque, en particulier par les pays qui étaient restés dans l’étalon-or et qui ne pouvaient ainsi recourir à une dévaluation externe [Eichengreen et Irwin, 2010].

GRAPHIQUE 2  Volume des exportations mondiales entre 1920 et 1939 (en milliards de dollars 1990)

Blocs commerciaux et guerres commerciales durant l’entre-deux-guerres

Jacks et Novy ont ensuite réalisé une analyse quantitative des flux commerciaux bilatéraux au cours de l’entre-deux-guerres. S’inspirant de Barry Eichengreen et Douglas Irwin (1995), ils analysent la performance de deux blocs commerciaux, en l’occurrence le Commonwealth et le bloc Reichsmark, et de deux blocs monétaires, en l’occurrence le bloc-or et la zone sterling. Ils ont distingué entre, d’une part, les tendances de long terme sur la période allant de 1920 à 1939 liées à la formation de blocs commerciaux et en particulier du Commonwealth britannique, et, d’autre part, les perturbations de court terme associées aux guerres commerciales.

Leur analyse suggère que le commerce entre les pays-membres du Commonwealth a commencé à s’intensifier brièvement avant qu’éclate la Première Guerre mondiale et que cette tendance s’est poursuivie jusqu’en 1939. Cette dynamique s’est opérée au détriment du commerce avec les autres pays-membres de la zone sterling. Jacks et Novy interprètent cette tendance comme dénotant une réorientation du commerce du Commonwealth autour d’une visée davantage géopolitique, notamment une sécurisation de l’accès aux ressources essentielles et au matériel de guerre. La distance moyenne des flux commerciaux bilatéraux a augmenté, ce qui reflète le fait que les principales relations bilatérales dans le Commonwealth avaient principalement la Grande-Bretagne comme centre et s’étendirent ainsi à travers tout le globe. En conséquence, la distance importa de moins en moins au cours du temps comme déterminant des flux commerciaux bilatéraux au sein du Commonwealth. Cette tendance ne s’est vraiment manifestée qu’au sein de ce dernier, non dans les autres blocs commerciaux.

Enfin, Jacks et Novy ont cherché à tirer des parallèles historiques avec l’épisode des années trente pour éclairer les guerres commerciales aujourd’hui. Il y a des aspects communs que l’on retrouve dans les deux périodes : par exemple, on peut craindre que système commerce multilatéral qui dominait jusqu’alors soit remplacé par un ensemble de traités bilatéraux. Mais pour l’heure, le système commercial actuel ne s’est pas effondré. C’est en particulier parce que les responsables politiques semblent avoir tiré des leçons de l’histoire de l’entre-deux-guerres et ne se sont ainsi pas tournés de façon unilatérale vers le protectionnisme. Cela amène Jacks et Novy à penser que les guerres commerciales qui sont aujourd’hui amorcées ont le même objectif que celles des années trente, c’est-à-dire renforcer les blocs commerciaux existants, en l’occurrence, pour la période actuelle, réorienter le commerce mondial autour de deux grands blocs commerciaux centrés respectivement sur la Chine et les Etats-Unis. Le contenu du commerce international n’est toutefois plus le même que lors des années trente : les biens manufacturés constituent la majorité des échanges et leur production s’est fortement fragmentée. Or l’existence de chaines de valeur mondiales limite l’ampleur d’une polarisation en blocs commerciaux. 

 

Références

EICHENGREEN, Barry, & Douglas A. IRWIN (1995), « Trade blocs, currency blocs and the reorientation of world trade in the 1930s », in Journal of International Economics, vol. 38, n° 1.

EICHENGREEN, Barry, & Douglas A. IRWIN (2010), « The slide to protectionism in the Great Depression: Who succumbed and why? », in Journal of Economic History, vol. 70, n° 4.

IRWIN, Douglas A. (2011), Peddling Protectionism: Smoot–Hawley and the Great Depression, Princeton University Press.

JACKS, David S., & Dennis NOVY (2019), « Trade blocs and trade wars during the interwar period », CEP, discussion paper, n° 1620.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher