Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 18:15
L’hystérèse, ou comment la politique budgétaire a retrouvé sa légitimité

Ces dernières décennies, la littérature orthodoxe a eu tendance à distinguer les chocs d’offre des chocs de demande en considérant que seuls les premiers avaient un effet durable sur la production, tandis que les seconds n’auraient qu’un effet transitoire sur celle-ci. Les choses sont en réalité un peu plus complexes : l’offre globale n’est peut-être pas insensible à la conjoncture, donc à la demande globale. Certains ont qualifié d’« effets d’hystérèse » (ou d’« hystérésis ») les mécanismes par lesquels une insuffisance durable de la demande globale conduit non seulement à un enkystement du chômage, mais aussi à rendre permanentes les pertes en production que subit l’économie.

Par exemple, lorsque le chômage augmente lors d’une récession, la durée moyenne passée au chômage tend à augmenter. Or, plus un travailleur passe de temps au chômage, plus ses compétences s’usent et deviennent obsolètes, notamment parce qu’il ne peut, par définition, en acquérir de nouvelles en travaillant : un chômeur ne profite pas de l’apprentissage par la pratique (learning-by-doing). Voyant leurs perspectives d’embauche décliner, les chômeurs de longue durée tendent à se décourager et à sortir de la population active. Ainsi, le maintien du chômage à un niveau élevé tend non seulement à accroître le taux de chômage structurel (le « NAIRU »), mais aussi à dégrader la production potentielle, dans la mesure où l’économie dispose de moins de travailleurs et où les chômeurs, même s’ils finissent par être réembauchés, seront moins productifs que s’ils ne s’étaient pas retrouvés au chômage.

Les études empiriques confirment l’hypothèse selon laquelle les récessions ont des effets permanents sur le niveau de la production. Par exemple, Laurence Ball (2014) a estimé les effets de long terme de la crise financière mondiale de 2008-2009 sur la production potentielle dans 23 pays. Il a constaté que la plupart des pays ont souffert d’effets d’hystérèse, dans la mesure où la production n’est pas revenue à la trajectoire tendancielle qu’elle suivait avant la Grande Récession, mais a suivi après celle-ci une trajectoire tendancielle plus basse. Autrement dit, la population aurait été plus riche si la Grande Récession n’avait pas eu lieu. La Grande Récession de 2008-2008 n’est pas la seule crise économique à avoir eu un effet permanent sur la production. Olivier Blanchard, Eugenio Cerutti et Lawrence Summers (2015) ont analysé les répercussions des diverses récessions qui se sont produites au cours des 50 dernières années dans 23 pays. Ils ont constaté qu’environ les deux tiers des pays avaient souffert d’effets d’hystérèse.

La présence d’effets d’hystérèse amène à reconsidérer le rôle des politiques conjoncturelles et notamment de la politique budgétaire, or beaucoup d’analyses ne les prennent pas en compte, ce qui peut les amener à tirer de mauvaises prescriptions en matière de politique économique. C’est pour cette raison que Larry Summers (2015) a pu critiquer la tendance des modèles d’équilibre général dynamiques stochastiques (DSGE) et plus largement la nouvelle macroéconomie keynésienne à ignorer les effets d’hystérèse. En effet, dans les modèles des nouveaux keynésiens, les politiques conjoncturelles n’influencent pas le niveau moyen de la production au cours du temps : les politiques conjoncturelles contracycliques ne peuvent contribuer qu’à réduire l’ampleur des fluctuations économiques. Du point de vue des nouveaux keynésiens où les chocs que subit l’économie éloignent la production de sa trajectoire tendancielle, les politiques conjoncturelles ne peuvent que ramener la production à sa trajectoire précédente. Or, si des effets d’hystérèse sont présents, ils peuvent non seulement contribuer à ce que les chocs de demande aient un effet permanent sur la production, mais ils sont aussi susceptibles d’accroître la sensibilité de l’activité économique vis-à-vis de la politique budgétaire : lorsque l’économie est en récession, les effets d’hystérèse accroissent l’efficacité d’un plan de relance et aggravent la nocivité d’un plan d’austérité.

Il y a quelques années, Brad DeLong et Larry Summers (2012) avaient suggéré que le multiplicateur budgétaire était supérieur à l’unité dès lors que des effets d’hystérèse sont à l’œuvre dans l’économie : lors d’une récession, un plan de relance est susceptible de s’auto-financer, dans la mesure où le surcroît de recettes publiques que génère l’accélération subséquente de l’activité compense la hausse de la dette publique. S’appuyant sur cette étude, Antonio Fatas et Larry Summers (2016) ont montré que les plans d’austérité adoptés immédiatement suite à la Grande Récession ont tout particulièrement contribué à rendre permanentes les pertes de production qu’elle avait provoquées. Dans une plus récente contribution, Philipp Engler et Juha Tervala (2016) ont analysé les implications de l’hystérèse pour la conduite de la politique budgétaire dans un modèle DSGE. Ils supposent un mécanisme d’apprentissage par la pratique simple où l’insuffisance de la demande globale et le chômage que celle-ci génère sont susceptibles d’affecter de façon permanente le niveau de la productivité. Ils montrent que le multiplicateur budgétaire est bien plus large en présence d’hystérèse. Le principal bénéfice de la relance budgétaire en présence d’hystérèse est de réduire les dommages d’une récession pour le niveau à long terme de la productivité et donc de la production.

Les effets d’hystérèse ne conduisent pas seulement à justifier l’adoption d’un plan de relance lors des seules récessions. Aux Etats-Unis, plusieurs économistes et responsables de la politique économique ont récemment plaidé pour un maintien des politiques expansionnistes malgré le retour de l’économie au plein emploi. Autrement dit, ils plaident pour laisser l’économie américaine en surchauffe, la laisser devenir une « économie à haute pression » (high-pressure economy), du moins temporairement, pour renverser les effets négatifs que la crise a pu avoir sur l’offre [Yellen, 2016 ; Blanchard, 2016]. En effet, si l’on pense que la production potentielle tend à se déprimer lorsque la production reste inférieure à celle-ci (et si le NAIRU tend à s’accroître lorsque le taux de chômage demeure supérieur à celui-ci), alors la réciproque pourrait être vraie : le maintien de la production à son maximum pourrait contribuer à stimuler la production potentielle, tout comme le maintien du chômage en-deçà du NAIRU pourrait contribuer à réduire ce dernier.

Par exemple, lorsque la reprise se confirme et que le chômage commence à décliner, suggérant de meilleures perspectives d’embauche, les personnes qui avaient précédemment quitté la population active par découragement vont repartir à la recherche d’un emploi. Certes, un tel mouvement freine la baisse du chômage, mais la hausse du nombre de personnes en emploi contribue à accélérer la croissance économique, en stimulant à la fois la demande globale et en accroissant les capacités de productions.

 

Références

BALL, Laurence M. (2014), « Long-term damage from the Great Recession in OECD countries », NBER, working paper, n° 20185, mai.

BLANCHARD, Olivier (2016), « What size fiscal deficits for the United States? », in PIIE (blog), 21 novembre. Traduction française, « Quelle devrait être l'ampleur des déficits publics aux Etats-Unis ? », in Annotations (blog).

BLANCHARD, Olivier, Eugenio CERUTTI & Lawrence SUMMERS (2015), « Inflation and activity – Two explorations and their monetary policy implications », FMI, working paper, novembre.

DELONG, J. Bradford, & Lawrence H. SUMMERS (2012), « Fiscal policy in a depressed economy », Brookings Papers on Economic Activity, vol. 44.

ENGLER, Philipp, & Juha TERVALA (2016), « Hysteresis and fiscal policy », DIW, discussion paper, n° 1631, décembre.

FATÁS, Antonio, & Lawrence H. SUMMERS (2015), « The permanent effects of fiscal consolidations », NBER, working paper, n° 22734.

SUMMERS, Lawrence H. (2015), « Advanced economies are so sick we need a new way to think about them », in Financial Times, 3 novembre.

YELLEN, Janet (2016), « Macroeconomic research after the crisis », discours prononcé à la 60ème conférence annuelle de la Banque de réserve fédérale de Boston, 14 octobre. Traduction française, « La recherche en macroéconomie depuis la crise », in Annotations (blog).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nelson ESSIANE 09/01/2017 07:48

Article très intéressant.

Depuis le début de ma formation en économie, j'ai toujours été très sceptique sur ce prétendu "retour à l'équilibre" après une crise ou des mesures d'ajustement. L'effet d'hystérèse, à mon avis, est la règle!

Ce serait intéressant d'évaluer l'impact des Programmes d'Ajustement Structurel menés dans les pays africains en termes d'effets d'hystérèse....

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher