Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 13:30
L'Afrique est en pleine transformation structurelle

En 2000, la revue The Economist qualifiait l’Afrique de « continent sans espoir » : celle-ci connaissait depuis plusieurs décennies une très faible croissance, alors même que les revenus moyens de ses habitants étaient plus faibles que sur les autres continents, notamment l’Asie de l’Est ou l’Amérique latine. Pourtant, les pays africains ont connu par la suite une période de forte croissance économique. Non seulement les taux de croissance moyens ont été positifs pour la première fois depuis plusieurs décennies et certaines des économies africaines ont même connu une croissance supérieure à plus de 6 % par an, mais les taux de croissance ont pu en outre être sous-estimés. Parallèlement, toujours à partir du tournant du siècle, la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté et le taux de mortalité infantile ont fortement diminué, tandis qu’une part croissante de la population accédait à l’éducation. Bref, au cours de ces dernières décennies, nous avons été les témoins d’un véritable « miracle de la croissance africaine » et, pour l’heure, celui-ci se poursuit.

Cette accélération de la croissance économique en Afrique pourrait résulter de la transformation structurelle que connaît le continent. En effet, plusieurs études ont suggéré que l’agriculture constituait le secteur d’activité le moins productif de l'économie ; ce serait d'ailleurs particulièrement le cas en Afrique. Par conséquent, lorsque l’emploi et l’activité productive sont réalloués du secteur agricole vers l’industrie et les services, alors la productivité des travailleurs augmente mécaniquement et la croissance économique tend à s’accélérer. C’est pour cela que Margarita Duarte et Diego Restuccia (2010) ou encore Berthold Herrendorf, Richard Rogerson et Ákos Valentinyi (2014), par exemple, ont pu récemment affirmer que ce changement structurel constituait une caractéristique fondamentale de la croissance économique. Beaucoup jugent toutefois que les niveaux de productivité et les gains de productivité sont plus faibles dans le tertiaire que dans l’industrie, or la part de l’emploi de l’industrie n’augmente pas indéfiniment : à partir d’un certain niveau de développement, elle amorce son déclin. Par conséquent, une économie a beau continuer à se tertiariser, sa croissance risque de ralentir lorsque s’amorce sa désindustrialisation.

Par conséquent, selon Xinshen Diao, Kenneth Harttgen et Margaret McMillan (2017), si des pays à différentes étapes de développement tendent à ne pas présenter la même structurelle sectorielle, l’écart de niveau de vie que les pays africains vis-à-vis des autres pays pourrait s’expliquer par le fait que les premiers ne se situent pas à la même étape de développement que les seconds. Ils ont alors cherché à relier l’accélération de la croissance économique et la baisse de la pauvreté que les pays africains ont récemment connues aux transformations structurelles qui sont à l’œuvre en leur sein. Ils constatent qu’une grande partie de cette croissance et de cette réduction de la pauvreté s’explique effectivement par un fort déclin de la part de la main-d’œuvre employée dans le secteur agricole, donc par la hausse de la part des actifs employés dans l’industrie et le tertiaire.

Dans l’échantillon de neuf pays à bas revenu que Diao et ses coauteurs analysent, ils observent que la part de la population active employée dans l’agriculture (qui était en particulièrement élevée dans les années quatre-vingt-dix) a baissé en moyenne de 9,33 points de pourcentage entre 2000 et 2010, tandis que la part de l’emploi dans l’industrie augmentait de 1,46 point de pourcentage et que la part de l’emploi dans le tertiaire augmentait de 6,13 points de pourcentage. Le déclin de l’emploi agricole a été le plus prononcé parmi les femmes du milieu rural âgées de plus de 25 ans qui ont bénéficié d’un enseignement primaire. Il a été accompagné par une hausse systématique de la productivité du travail, dans la mesure où la réallocation de la main-d’œuvre s’est effectuée d’un secteur à faible productivité (l’agriculture) vers des secteurs à plus forte productivité (l’industrie et le tertiaire). Dans l’échantillon de pays qu’ils étudient, la productivité du travail s’est accrue au rythme moyen de 2,8 % par an entre 2000 et 2010 ; 1,57 point de pourcentage de cette croissance s’explique par le changement structurel. Par contre, entre 1990 et 1999, la croissance de la productivité du travail était proche de zéro et le changement structurel tendait en fait à freiner la croissance économique. Lorsque Diao et ses coauteurs se penchent sur un échantillon de pays africains à plus hauts revenus, ils constatent que ces derniers ont connu la même accélération de la croissance de leur productivité du travail, mais les concernant l’ensemble de cette croissance s’explique par la croissance de la productivité intra-sectorielle.

Diao et alii ont notamment comparé le niveau des parts sectorielles de l’emploi en Afrique avec celui observé dans les autres pays, en prenant en compte le niveau de revenu. Ce faisant, ils remarquent qu’au vu des niveaux de revenu par tête en Afrique, les parts respectives de l’agriculture, de l’industrie et du tertiaire correspondent assez bien à ce que l’on peut s’attendre en observant ce qu'on pu connaître les autres pays par le passé. En outre, bien que la part de l’industrie dans l’emploi ne s’accroisse pas rapidement, cette part n’a pas atteint son pic dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne et elle continue de s’accroître.

La forte croissance que l’Afrique a connue ces dernières décennies n’est donc pas due (seulement) à des facteurs conjoncturels, comme par exemple la hausse des prix des matières premières, mais elle tient (également) à des facteurs structurels. Diao et ses coauteurs se montrent ainsi optimistes quant à la poursuite de la croissance en Afrique : tant que le changement structurel se poursuit et surtout que la part de l’emploi industriel n’a pas encore atteint son pic, la croissance africaine va se poursuivre. Toutefois, certains comme Dani Rodrik (2015) ont pu remarquer qu’à mesure que le temps passe, la part de l’industrie tend à atteindre son maximum de plus en plus tôt, relativement au niveau de vie : les pays en développement feraient aujourd’hui face à une « désindustrialisation précoce » (premature deindustrialization) par rapport aux pays qui ont amorcé leur développement plus tôt. Autrement dit, les pays africains risquent de ne pas profiter autant de l’industrialisation que n’en ont profité les autres pays.

 

Références

Diao, Xinshen, Kenneth Harttgen & Margaret McMillan (2017), « The changing structure of Africa's economies », NBER, working paper, n° 23021, janvier.

DUARTE, Margarita, & Diego Restuccia (2010), « The role of the structural transformation in aggregate productivity », in Quarterly Journal of Economics, vol. 125, n° 1.

Herrendorf, Berthold, Richard Rogerson & Ákos Valentinyi (2014), « Growth and structural transformation », in Aghion & Durlauf (dir.), Handbook of Economic Growth, vol. 2.

RODRIK, Dani (2015), « Premature deindustrialization », NBER, working paper, n° 20935, février.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 21:45
Comment peut-on expliquer les cycles d’affaires ?

Il existe deux grandes explications orthodoxes des cycles d’affaires. D’un côté, selon les néoclassiques, les cycles d’affaires trouvent avant tout leur origine du côté de l’offre. Lorsque l’économie subit un « choc d’offre positif » (une vague d’innovations améliorant la productivité, un contre-choc pétrolier, une baisse de la fiscalité etc.), l’activité tend à s’en trouver stimulée et l’inflation tend à ralentir. Par exemple, grâce au progrès technique, les entreprises ont accès à des méthodes de production qui leur permettent de produire plus rapidement et à moindres coûts ; la baisse des coûts leur permet de baisser leurs prix, donc d’accroître les ventes pour écouler leur supplément de production. Inversement, si l’économie subit un « choc d’offre négatif » (un choc pétrolier, des intempéries ou un conflit qui détruisent le tissu productif et les récoltes, une hausse de la fiscalité, etc.), l’activité tend à ralentir et l’inflation à s’élever. Par exemple, si les prix du pétrole augmentent, les coûts de production se renchérissent, ce qui réduira les profits ; pour maintenir leur marge, les firmes sont incitées à relever leurs prix de vente, mais ce faisant elles accroissent de nouveau les coûts de production des entreprises qui se fournissent auprès d’elles, donc l’inflation risque de s’accélérer. C’est précisément ce qui s’est passé lors de l’épisode de stagflation des années soixante-dix.

D’un autre côté, selon les keynésiens, les cycles d’affaires trouvent avant tout leur origine du côté de la demande globale. Dans leur optique, les entreprises prennent leurs décisions en matière de production, d’investissement, d’embauche et de fixation des prix en fonction de la demande, notamment de leurs anticipations de demande. Si les entreprises anticipent une forte demande, elles auront tendance à augmenter leur production, à investir pour accroître leurs capacités de production, à embaucher et à relever leurs prix. Réciproquement, si elles anticipent qu’elles vendront peu, elles auront tendance à réduire leur production, à réduire leurs dépenses d’investissement de façon à ne pas avoir trop de capacités de production excédentaires, à réduire les embauches, voire à licencier, mais aussi à baisser leurs prix. Autrement dit, une faible demande est susceptible d’entraîner une récession. 

Si le cycle économique trouve effectivement sa source du côté de la demande, alors plusieurs mécanismes sont susceptibles d’amplifier les cycles économiques. En effet, lorsque l’économie est en surchauffe, plusieurs cette dernière. Par exemple, si les prix augmentent, les agents vont avoir tendance à anticiper une poursuite de la hausse des prix, ce qui les incite à avancer leurs dépenses, notamment leurs achats de biens durables ; or, l’accroissement immédiat de la demande incite les entreprises à répondre à celle-ci en relevant leurs prix, en particulier si elles font face à des goulots d’étranglement, ce qui alimente en retour l’inflation. Lorsque leurs capacités de production sont saturées, les entreprises sont incitées à les accroître, donc à investir, mais l’investissement n’accroît pas immédiatement l’offre ; par contre, elle alimente instantanément la demande globale. Réciproquement, lorsque l’économie est en récession, cette dernière est susceptible de s’aggraver et de se muer en véritable dépression. En effet, face à une faible demande, les entreprises réduisent leurs dépenses (en investissement ou en consommation intermédiaire), licencient, voire réduisent les salaires, mais elles contribuent par là même à réduire davantage la demande globale. Si les firmes réduisent les prix pour tenter de vendre plus, les agents sont susceptibles d’être incités à reporter leurs achats de biens durables, afin de profiter de plus faibles prix à l’avenir, mais cela comprime davantage la demande à court terme.

Ces deux interprétations ne sont pas en soi contradictoires : théoriquement, il n’est pas impossible que l’économie puisse connaître successivement des chocs d’offre et des chocs de demande. Il est toutefois difficile de déterminer quelle est la source exacte des fluctuations de l’activité, en particulier en temps réel [1]. Dans l’une et l’autre de ces interprétations, les variables réelles comme la production, la consommation et l’investissement ont un comportement procyclique, ce qui est confirmé par les données empiriques. Comme le suggérait notamment Larry Summers (1986), les économistes peuvent observer le comportement de l’inflation afin de déterminer si une récession (ou une expansion) résulte d’un choc d’offre ou de demande ; c’est notamment sur cette idée que se sont appuyés Olivier Blanchard et Danny Quah (1989) lorsqu’ils ont proposé une méthode d’identification empirique des chocs. En effet, si la récession résulte d’une insuffisance de la demande globale, l’inflation devrait avoir tendance à ralentir, voire à laisser place à une déflation. Par contre, si elle résulte de problèmes du côté de l’offre, les prix devraient avoir tendance à augmenter. 

Il y a quelques années, Michal Andrle, Jan Brůha et Serhat Solmaz (2013) avaient observé le comportement de l’inflation et de la production dans la zone euro. Ils avaient mis en évidence que les deux variables tendaient à varier dans le même sens. Cette co-variation n’était pas apparente à première vue, mais elle apparaissait clairement à la fréquence des cycles d’affaires. A la fréquence des cycles d’affaires, la production et l’inflation sous-jacente tendent à varier dans le même sens et cette variation est à la fois stable et robuste ; les variations de l’inflation étaient toutefois en retard par rapport aux fluctuations de la production.

Dans une nouvelle contribution, Andrle et alii (2016) ont cherché à déterminer quels sont les principaux facteurs derrière les fluctuations de l’activité économique, mais en élargissant leur échantillon à l’ensemble des pays développés. Ils mettent à nouveau en évidence une tendance robuste et prévisible des variables réelles à varier dans le même sens au cours du cycle d’affaires, aussi bien d’un pays à l’autre qu’au cours du temps. Les cycles d’affaires dans les pays développés semblent trouver leur origine dans une unique source. Dans la mesure où la production réelle et l’inflation tendent à varier dans le même sens, cela plaide à nouveau en faveur d’une explication des cycles d’affaires reliant directement ces derniers à la demande globale. En l’occurrence, cette dernière expliquerait 80 % des variations des agrégats macroéconomiques au cours du cycle d’affaires.

 

[1] Cette question est cruciale pour les autorités publiques. Celles-ci doivent réagir à un choc d’offre négatif en mettant en œuvre des réformes structurelles afin d’accroître le potentiel de production de l’économie ; elles doivent réagir à un choc de demande négatif en stimulant la demande globale. Par contre, si elles mettent en œuvre des réformes structurelles à l’instant même où l’économie souffre d’une insuffisance de la demande globale, elles risquent de déprimer davantage cette dernière, donc d’aggraver la récession. De même, si elles assouplissent leurs politiques conjoncturelles alors même que la récession résulte de problèmes d’offre, elles risquent de ne pas parvenir à stimuler l’activité, mais par contre d’aggraver la récession en alimentant les pressions inflationnistes et dégradant par là davantage la profitabilité des firmes.

 

Références

ANDRLE, Michal, Jan BRŮHA & Serhat SOLMAZ (2013), « Inflation and output comovement in the euro area: Love at second sight? », FMI, working paper, n° 13/192, septembre.

ANDRLE, Michal, Jan BRŮHA & Serhat SOLMAZ (2016), « Output and inflation co-movement: An update on business-cycle stylized facts », FMI, working paper, n° 16/241, décembre.

BLANCHARD, Olivier J., & Danny QUAH (1989), « The dynamic effects of aggregate demand and supply disturbances », in American Economic Review, vol. 79, n° 4.

SUMMERS, Lawrence H. (1986), « Some skeptical observations on real business cycle theory », in Federal Reserve Bank of Minneapolis Quarterly Review, automne.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : D'un champ l'autre
  • : Méta-manuel en working progress
  • Contact

Twitter

Rechercher